Littérature > La bibliothèque Communale 7e fournée
Littérature
par Francis Pian le 3 mai 2021

La bibliothèque Communale 7e fournée

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5638




Vous retrouverez ici des présentations de livres consacrés à La Commune, 150e anniversaire oblige.

Tout sur la Commune de Paris … ou presque !




Quel défi se sont lancés plus de trente chercheurs emmenés par Michel Cordillot : rassembler dans un ouvrage de 1 438 pages la connaissance la plus large et néanmoins précise de cet évènement historique, objet de tant de livres, d’articles que Quentin Deluermoz considère qu’il est impossible à une seule personne de tous les lire. La diversité communarde apparaît dans les 500 biographies sélectionnées dans le Maitron, célébrissime dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Il faut suivre le conseil de Michel Cordillot et se rendre sur le Maitron-en-ligne pour découvrir 17 500 autres. Le point commun de toutes ces femmes et ces hommes ? « Leur vie a été profondément marquée par la Commune, qu’elle ait constitué un aboutissement, un épisode central de leur existence, ou un point de départ dans leur engagement ultérieur. »
Ce dictionnaire déjà riche de la relation de ces existences hors du commun est scandé de notices thématiques. Connaît-on vraiment l’histoire de la Commune, la chronologie des évènements ? Comment vivait-on à Paris pendant ces 72 jours, 73 si l’on intègre la résistance du fort de Vincennes jusqu’au 29 mai ? Quels sont les grands débats ? Fut-elle socialiste ou sociale ? Et l’après-Commune ? Comme disait Georges Renard, « revenir d’exil, c’est encore s’exiler ». L’étude des évènements est-elle enfin achevée ?

Au croisement de tant de destins
Quelles sont les causes de la Commune ? Une aspiration politique majeure : la République, mot générique qui anime les oppositions à l’Empire… Un contexte économique et social dit de révolution industrielle qui, pour beaucoup, se traduit par la misère, l’exploitation, la naissance du prolétariat, il suffit de relire Varlin, Malon… Paris est en pleine transformation, explosion économique, le décalage entre la capitale, révolutionnaire, dynamique et la province rurale, traditionnelle sous le contrôle des hobereaux et des conservateurs aura des conséquences pendant la Commune. La déclaration au peuple français du 20 avril 1871 recevra peu d’échos. Pour autant, n’y eut-il de Communes qu’à Paris ? Non, mais malheureusement elles furent réprimées par l’armée et à Marseille, Crémieux, un des organisateurs sera fusillé. A Lyon, la venue de Michel Bakounine en septembre 1870 n’a pas impulsé un mouvement conséquent. Un texte de cet auteur souligne en juin 1871 qu’une révolution ne se décrète pas. Les notices fournissent une analyse fine de cet « avant-Commune ».
A Paris, des femmes et des hommes vont se mobiliser à compter du 18 mars pour la Commune. Une notice tente d’en donner une définition que nous vous invitons à découvrir. Quelle légitimité avait-elle ? Des milliers de parisiens, les femmes ne votaient pas, ont élu leurs représentants. Leur programme est étonnamment moderne et les conseils, sur une très belle affiche, pour désigner les représentants font encore écho aujourd’hui.
La lecture de ce monument donne le sentiment de parcourir les rues de Paris, de se rendre dans les clubs en croisant des têtes connues, Nathalie Le Mel, Charles Delescluze, Jean Allemane, Emile Duval assassiné par les Versaillais à Clamart, Les frères Reclus, mais il y aussi les obscurs, les sans-grades ceux se battaient « simplement » pour une république démocratique et sociale, jusqu’à leur mort. Les femmes même non éligibles ont toute leur place, Eulalie Papavoine, André Léo, son nom de plume qui restera dans l’histoire, Anna Jaclard, une noble russe, tout comme Elisabeth Dmitrieff et évidemment Louise Michel. Mais il y tous les autres, cette autre Louise, vous la connaissez uniquement par son prénom… Oui, une infirmière au bas de Belleville, rue de la Fontaine-au-Roi, apporte son aide aux derniers combattants dont un certain Jean-Baptiste Clément qui lui dédicacera son Temps des cerises. Et puis, X… un communard inconnu, tombé au Père-Lachaise le 27 mai. « Clôturer la partie biographique de ce dictionnaire avec ce mort privé de nom sera une manière de rendre hommage aux milliers de combattants de la Commune condamnés à rester anonymes » car fusillés au coin d’une rue, jetés dans une fosse commune, oubliés dans les catacombes.

Un récit passionnant et analytique
Le lecteur sera séduit par la qualité des échanges entre les différents acteurs de la Commune. Ouvriers, artisans, journalistes, on disait publicistes, gens du peuple, ils prennent à bras le corps les enjeux. De quelle république parle-t-on ? Certes, Vallès donne de sa voix dans le Cri du Peuple, mais ce même peuple s’exprime dans les clubs qui favorisent ainsi l’expression d’une culture politique populaire, originale et influente, on y croise par exemple Paule Mink, une militante féministe ardente.
Certes, les canonnades rythment la vie des habitants mais la Commune impulse un certain nombre de réformes comme la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la question des loyers et du logement. Hugues Lenoir souligne dans une notice consacrée à l’éducation, les innovations notamment dans l’égalité entre les garçons et les filles, en matière pédagogique, Jean Louis Robert développe l’organisation des services publics dont celui de la justice. Des auteurs qui nous sont connus. La vie, ce sont aussi les chansons, les pièces de théâtre, les journaux comme Le Père Duchêne et plus original les jeux de hasard que la Commune interdira.
A la différence de nombreux ouvrages, celui-ci donne aussi la parole à ceux d’en face, aux opposants, notamment les écrivains, rappelle que des hommes comme Louis Blanc, une figure de 1848, Henri Tolain, un des fondateurs de l’AIT seront en désaccord avec la Commune. La section « Débats et controverses » montre les échanges vigoureux, Marx, Bakounine, les différentes visions et de la Commune et du socialisme. Impossible de mentionner la totalité des thèmes, vous irez au fil des pages comme des rues de la capitale. Il faut souligner la qualité de l’iconographie, la mise en page qui font de ce livre un outil de travail et de réflexion pour les chercheurs, les militants, un guide pour tout lecteur curieux de découvrir ces jours de « liberté sans rivages » selon l’expression de Jules Vallès. J’insisterai sur la notice La société fraternelle des anciens combattants de la Commune dont notre association des Amies et des Amis de la Commune est l’héritière.
Pour reprendre en conclusion une question initiale, a-t-on tout écrit ? Non répond Quentin Deluermoz, les archives ne sont pas toutes exploitées et le travail initié par Jacques Rougerie, le grand spécialiste de la Commune, est loin d’être achevé, voilà qui laisse des perspectives aux jeunes générations.
Pour nous militants, elle reste certes une source d’inspiration mais comme l’écrit Louise Michel dans ses Mémoires de 1886, « En révolution, l’époque qui copie est perdue, il faut aller de l’avant. »

La Commune de Paris. 1871. Les acteurs, les évènements, les lieux Coordonné par Michel Cordillot. Ed. de L’Atelier, 2021

Rappel de la 1ère fournée 2e fournée 3e fournée 4e fournée 5e fournée 6e fournée
PAR : Francis Pian
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des idées et des luttes. Commune de Paris, 1871-2021, Toujours Debout !
Des idées et des luttes. Le monde nouveau
Des idées et des luttes. Les anarchistes dans la ville
Des idées et des luttes. Les luttes et les rêves
Des idées et des luttes. Errico MALATESTA
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler