Littérature > Des idées et des luttes : Au cœur du grand déclassement, La fierté perdue de Peugeot-Sochaux.
Littérature
par Francis Pian le 7 juin 2022

Des idées et des luttes : Au cœur du grand déclassement, La fierté perdue de Peugeot-Sochaux.

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6543



La casse de l’outil industriel et de la vie sociale





Et si au travers de la vie d’un club de football, nous assistions au désastre économique et social d’une ville et de sa région ?
Dans son livre Au cœur du grand déclassement, La fierté perdue de Peugeot-Sochaux, Jean Baptiste Forray développe une passionnante analyse de la mise à sac d’un groupe industriel qui compta jusqu’à 42 000 salariés sur le site de Sochaux contre 7 000 aujourd’hui.
Un seul objectif pour les tenants du pouvoir économique : faire du fric, exploiter la marque, dégager des marges de profit, se débarrasser des superflus. A quoi sert un club de foot ? Surtout lorsque la marque Peugeot veut accéder à une image de … marque ! La chargée de communication énonce ce constat, symbole du mépris de classe : « Le football, c’est un sport qui ne va pas trop avec nos valeurs. Il véhicule des valeurs populaires, alors que nous, on essaie de monter en gamme ». C’est net, c’est clair !! Peugeot sur Sochaux, c’était une famille, une conception paternaliste qui dotait la ville de stades, de salles de spectacle, d’équipements destinés aux ouvriers. Attention, pas d’illusions naïves, ne pas croire que les syndicats soient les bienvenus, tout comme les revendications trop contestatrices. Chez Peugeot, les patrons de la famille sont intouchables. Saluons le courage des syndicalistes face à la politique répressive de la direction ! L’éclatement de la famille Peugeot favorise l’arrivée d’une forme de capitalisme hystérique, la course au fric menée par Carlos Tavares, un capitaine d’industrie : « Un euro est tout à fait essentiel. Nous ne pouvons pas en perdre le moindre ». Tout un programme ! Donc, on vire le musée, le club de foot et on produit des voitures. Les ouvriers n’ont plus qu’à courber l’échine. Une fille d’ouvrier raconte : « Mon père fabriquait des scooters Peugeot à l’usine de Mandeure, à côté de Sochaux. On était tous des Peuge. Trente ans plus tard, j’apprends qu’on était des bouseux. On était peut-être des bouseux mais on était heureux ». En plus de casser l’outil industriel, la vie sociale de la région, ces capitalistes humilient et brisent des hommes et des femmes.

Un club de foot bazardé !
La première partie du livre développe largement la construction du club créé en 1928 qui permettait, selon la famille Peugeot, d’écarter les ouvriers des syndicats. L’arrivée d’investisseurs chinois en 2015 justifie la vente du club à une société chinoise, Tech pro pour une faible somme. Peugeot a bazardé son club. C’est sa fin programmée dans l’indifférence des patrons. D’autres clubs connaissent les mêmes difficultés mais le cas du Football Club de Sochaux est typique des manœuvres dans ce milieu. Matthieu Triclot, professeur à la fac de Belfort-Montbéliard, souligne : « On conjugue les valeurs du football business d’aujourd’hui avec un patron voyou et celui des dix années à venir, où des vautours vont prendre ce qu’il y a à prendre jusqu’au démantèlement du club grâce à la multipropriété des équipes et la circulation des joueurs ». En parallèle de la vie du club, Jean Baptiste Forray relève les délocalisations industrielles, les sacrifices inutiles des ouvriers qui acceptent de revenir sur des droits dans l’espoir de garder un emploi, la baisse des salaires. En fait, Peugeot est un mammouth que l’on découpe en tranches. Les cadences de travail accrues, les relations humaines implacables, la concurrence entre les usines du groupe détruisent la cohésion des salariés. Les sous-traitants sont exploités.
Nous pouvons faire référence au livre d’Arno Bertina Ceux qui trop supportent, Le combat des ex-GM&S (2017-2020) Ed. Verticales, 2021, commenté sur le site du Monde libertaire dans la chronique Des idées et des luttes du 2 janvier 2022. Ces sous-traitants installés en Creuse qui ont tout perdu car Peugeot n’a pas respecté sa parole.

Un climat social dégradé
« Les solidarités ont volé en éclats » selon un syndicaliste. La vie est dure sur les chaînes, un ouvrier a cette terrible phrase : « Ils ont bouffé tes mains ». La fin du paternalisme chez Peugeot date de juin 1968 lorsque, lors d’une bataille rangée, les CRS tirent sur les ouvriers. Un évènement un peu oublié. C’est aussi l’époque du SAC, le mouvement musclé du gaullisme, les tentatives d’entrisme de militants maos dans les ateliers, l’appel à l’immigration. De façon générale, le climat social du secteur se dégrade inexorablement, l’arrivée du crâne d’œuf pseudo socialiste, Pierre Moscovici en quête d’une circonscription ne change rien à l’affaire. On peut même considérer que les gesticulations des élus de droite et de gauche paraissent dérisoires car le groupe Peugeot Stellantis entend mener, pour son plus grand profit, la désindustrialisation de toute la région.

Francis Pian

Au cœur du grand déclassement, La fierté perdue de Peugeot-Sochaux, Jean Baptiste Forray. Ed. du Cerf, 2022.

Retrouvez- nous sur Radio Libertaire 89.4 ou sur le net et en podcast, les 2e et 4e mercredi de 17 h à 18 h 30 dans l’émission Au fil des pages avec analyse et lecture d’extraits d’ouvrages, interviews d’acteurs de la chaîne du livre.

PAR : Francis Pian
Groupe Commune de Paris
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des idées et des luttes : Le nouveau péril sectaire
Des idées et des luttes : Cahiers Tristan Corbière
Des idées et des luttes : Témoins
Des idées et des luttes : La France contre le monarque.
Des idées et des luttes : Libre nature.
Des idées et des luttes : La rafle du Vel d’Hiv.
Des idées et des luttes : La Commune de Paris
Des idées et des luttes : Dictionnaire de l’anarchie
Des idées et des luttes : S’unir, travailler, résister, les associations ouvrières au XIXème siècle
Des idées et des luttes : Vivre ma vie. Une anarchiste au temps des révolutions
Des idées et des luttes, les routes de Nestor Makhno
Des idées et des luttes, Sur les routes que j’ai parcourues.
Des idées et des luttes, La Suisse et la Commune de Paris, 1870-1871
Des idées et des luttes, Le Pen, Le Peuple
Des idées et des luttes,
Des idées et des luttes, bureaucratie.
Des idées et des luttes, La révolution à venir
Des idées et des luttes, Le grand détournement
Des idées et des luttes, la révolution russe en Ukraine
Des idées et des luttes, l’émancipation par les savoirs
Des idées et des luttes, La valeur du service public
Des idées et des luttes, Retronews n°2
Des idées et des luttes, Flora Tristan
Des idées et des luttes. Ubérisation, et après ?
Des idées et des luttes. Culture de masse et société de classes.
Des idées et des luttes. L’enfer des passes
Des idées et des luttes. La démocratie en état d’urgence
Des idées et des luttes. Le Puritanisme vert. Aux origines de l’écologisme.
Des idées et des luttes. La liberté ou rien
Des idées et des luttes. Une histoire visuelle de Solidarnosc
Des idées et des luttes. Ceux qui trop supportent
Des idées et des luttes. Un Siècle d’Antimilitarisme Révolutionnaire
Des idées et des luttes. La résistible ascension du néolibéralisme
Au fil des pages… sur Radio libertaire, dès le 8 décembre 2021 à 17h
Des idées et des luttes. L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique
Des idées et des luttes. Découvrir la Commune de Paris
Des idées et des luttes. Le 17 octobre des Algériens
Des idées et des luttes. Une brève histoire de l’anarchisme
Des idées et des luttes. Rétronews
Des idées et des luttes. Luigi Lucheni, l’anarchiste qui tua Sissi.
Des idées et des luttes. Commune de Paris, 1871-2021, Toujours Debout !
Des idées et des luttes. Le monde nouveau
Des idées et des luttes. Les anarchistes dans la ville
Des idées et des luttes. Les luttes et les rêves
Des idées et des luttes. Errico MALATESTA
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 7e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler