Littérature > Des idées et des luttes. La résistible ascension du néolibéralisme
Littérature
par Francis Pian le 9 décembre 2021

Des idées et des luttes. La résistible ascension du néolibéralisme

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6126

Bruno Amable aux éditions La Découverte, 2021

Une crise de toutes pièces ?

Crise sociétale ? Retraites menacées ? Fragilité du lien social ? Un président sûr de lui et dominateur ? Une situation sanitaire qui met à mal les libertés publiques ? Peu de doute quant à sa réélection malgré les manifestations qui ont émaillé son quinquennat et les frissons simulés qui parcourent la classe politique professionnelle. Comment a-t-on pu en arriver là ?




Bruno Amable, dans son ouvrage La résistible ascension du néolibéralisme, fournit une analyse politique et économique de la situation de la France sur les cinquante dernières années. Pour lui, nous avons vécu un entre-deux dans lequel la France n’a pas adopté les réformes libérales à tout crin et s’est même opposée à « une certaine tradition de contestation du néolibéralisme et du capitalisme en général » mais ses responsables, toutes tendances politiques confondues, se sont tournés vers les employeurs en espérant que les cadeaux notamment fiscaux, versés au fil des ans favoriseraient la croissance, donc l’emploi. Balivernes, comme nous le voyons toutes et tous. En réalité, les faits démontrent que cette classe n’a pas de ligne politique, ni idéologique pour organiser la société et faire face aux problèmes du temps. En réalité, la droite, la gauche et les autres cherchent périodiquement quelques points faussement clivants pour créer des enjeux lors des élections. Faute d’enjeu, l’abstention est au rendez-vous comme lors des dernières élections locales.

Tout est sclérosé ?

Pour Amable, le système capitaliste a connu deux temps forts, l’un, lors du plan de rigueur des années 1983 et l’autre, sous la présidence de François Hollande. C’est la fin des compromis. Le Ps se concentre autour des urbains et des classes supérieures, Amable les appelle « le bloc bourgeois », ils deviendront naturellement macroniens. L’ouvrage défend une thèse et donne matière à réflexion, tant mieux ! il ne s’agit pas d’être en accord mais de penser sur ce qui commence à devenir un temps un peu long. La stratégie est-elle manipulatrice ? Depuis les années 2010, il est de bon ton dans les médias de souligner la mauvaise performance de la France… en tout. Le système juridique est vieux, les prestations sociales mal calibrées, l’économie ne tourne pas, bref, tout est sclérosé, inflexible, boursouflé. Donc il faut réformer, le grand mot est lâché depuis plus de 20 ans. C’est si catastrophique que cela ? Pourtant Bruno Amable procède à une analyse comparative avec d’autres pays européens et notre économie supporte la comparaison. Vous découvrirez des chiffres intéressants notamment sur l’emploi. Il y a peut-être moins de chômage en Allemagne mais le temps partiel obligatoire fausse les données.

La voie des technocrates

Le « bloc social dominant » pour reprendre l’expression de l’auteur définit l’intérêt général et se compose d’experts, de gestionnaires qualifiés qui n’ont que mépris pour les « couches » populaires. Et les socialistes ont assuré cette transition. Là où la gauche même institutionnelle gardait quelques bases populaires et où après des acquis sociaux réels en 1981-1983 tels que les augmentations de minima sociaux, l’embauche de 55 000 fonctionnaires, le néolibéralisme sous couvert de réalisme s’affiche clairement. Selon Bruno Amable, un groupe d’intellectuels originellement composé d’Aron, de Rueff pour les plus connus, s’est attaché depuis longtemps à créer une troisième voie où des technocrates compétents pourraient diriger la société et réduire l’aspect démocratique à une illusion.

La nouvelle orthodoxie économique défend la compétitivité par l’augmentation des profits en faisant croire, qu’ils seront les emplois de demain. La fragilisation des droits sociaux s’affirme sous Jacques Chirac. La où la droite met en œuvre son programme, la gauche fait le contraire de ses promesses électorales, quitte à « décevoir sa base sociale de gauche en raison des options politiques prises après la victoire électorale ». Amable prend le cas de la célèbre loi El Kohmri et sa fragilisation des droits, ce que la droite n’a jamais osé faire avec autant d’audace. Un PS embourgeoisé où « les professions intellectuelles et hautement qualifiées » représentent 51 % des adhérents et les ouvriers seulement 17%. Et encore, l’écart est nettement plus écrasant dans les sphères parlementaires et de l’infrastructure partisane. Dès lors qu’un produit présidentiel se présente, ces professions sans vergogne se tournent vers le nouveau maître du pouvoir et abandonnent le parti qu’elles ont utilisé pour gagner la bataille du profit, de leurs profits, suscitant une plus grande fragilité sociétale.

• Bruno Amable
La résistible ascension du néolibéralisme
Ed. La Découverte, 2021

• Sur la crise du Parti socialiste, je renverrai vers un classique de la sociologie politique
Robert Michels
Les partis politiques
Ed. de l’Université de Bruxelles, 2009
PAR : Francis Pian
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des idées et des luttes. Le Puritanisme vert. Aux origines de l’écologisme.
Des idées et des luttes. La liberté ou rien
Des idées et des luttes. Une histoire visuelle de Solidarnosc
Des idées et des luttes. Ceux qui trop supportent
Des idées et des luttes. Un Siècle d’Antimilitarisme Révolutionnaire
Au fil des pages… sur Radio libertaire, dès le 8 décembre 2021 à 17h
Des idées et des luttes. L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique
Des idées et des luttes. Découvrir la Commune de Paris
Des idées et des luttes. Le 17 octobre des Algériens
Des idées et des luttes. Une brève histoire de l’anarchisme
Des idées et des luttes. Rétronews
Des idées et des luttes. Luigi Lucheni, l’anarchiste qui tua Sissi.
Des idées et des luttes. Commune de Paris, 1871-2021, Toujours Debout !
Des idées et des luttes. Le monde nouveau
Des idées et des luttes. Les anarchistes dans la ville
Des idées et des luttes. Les luttes et les rêves
Des idées et des luttes. Errico MALATESTA
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 7e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler