Littérature > Des idées et des luttes, Flora Tristan
Littérature
par Francis Pian le 8 mars 2022

Des idées et des luttes, Flora Tristan

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6294

08/03/2022




Droit de vivre, droit au travail, Flora Tristan





Comment appeler Flora Tristan ? La Paria, comme elle choisit de se nommer. « Quelle vie fut plus variée que la mienne. Aussi dans ces 40 années, que de siècles j’ai vécu [sic] ! » Née aux marges de la société, fille bâtarde de parents socialement mal appariés, elle part pour le Pérou demander sa part d’héritage, elle en revient avec la matière d’un livre Pérégrinations d’une Paria (Ed. Actes Sud). Poursuivi par un mari violent tentant de l’assassiner, elle obtient le divorce et engage son combat pour l’égalité des sexes et le droit au divorce. Comme le souligne l’autrice d’une récente biographie, « son talent, c’est aussi son aptitude à savoir se placer à l’encroisement de plusieurs courants d’idées : la question sociale, la foi humanitaire, les droits des femmes, la réforme du système pénitentiaire ». Sa grande idée est la constitution de l’Union ouvrière, association qui offrirait un système d’assurance mutuelle contre la maladie et le chômage ainsi qu’un réseau d’écoles, d’infirmeries, de maisons de retraite mais en constituant la classe ouvrière au-delà des métiers et des particularités qui désunissent et fragilisent les prolétaires.

La place des femmes, son premier combat
Nous sommes dans cette première moitié du 19e siècle, Flora Tristan née en 1803 dispose d’une quarantaine d’années pour devenir cette Paria puisqu’elle décède à Bordeaux le 14 novembre 1844. Il est des femmes, des hommes qui sont les auteurs d’un livre ou d’une action, ils se sentent obligés d’aller vite comme si la mort les attendait très tôt. L’action politique de Flora Tristan se déroule essentiellement sous le règne de Louis-Philippe, la bourgeoisie triomphante, le libéralisme aussi, un ordre moral qui réduit la place des femmes.
Justement la place des femmes sera son premier combat. Comme le souligne Brigitte Krulic, « sur sa vie, elle apprend le sort des femmes et dénonce celui réservé à celles qui s’écartent du droit chemin »… comme elle. Deux grandes tendances coexistent dans le mouvement féministe, celle qui aspire au suffrage universel dans la lignée des droits liés à la citoyenneté et celle qui entend conquérir des droits concrets, le droit à l’éducation, celui de l’indépendance économique de la femme par le droit au travail. On retrouve dans les textes de Flora Tristan des propos tenus plus tard par Louise Michel ou Emma Goldman. Le droit de vivre passe par l’éducation et le travail. Elle refuse aussi, malgré les avanies causées par son mari, l’opposition entre les hommes et les femmes tout comme Louise et Emma. Elle démonte aussi les mécanismes de discrimination tant en France qu’au Pérou. Par ses écrits, elle entend tenir la dragée haute aux hommes écrivains, un côté André Léo avant l’heure.
Son autre grand combat sera celui de l’Union ouvrière. Elle milite pour la solidarité. En visitant les quartiers misérables de Londres, elle mesure la condition ouvrière qui dépasse les frontières. Son livre Promenades dans Londres (Ed. La Découverte) se rapproche celui de Villermé et des textes des socialistes dits utopiques Fourier, Cabet, Leroux, Proudhon même si elle rejette le machiste de l’époque.

« la solidarité des nations et des individus »
Les compagnons du Tour de France avec des hommes comme Agricole Perdiguier lui font entrevoir un type d’organisation qui concrétiserait son idéal d’Union ouvrière. Elle s’appuie sur ces réseaux à Paris, à Lyon et entend vaincre l’indifférence égoïste. « Rien de plus facile à faire comprendre à l’enfant [toujours le souci de l’éducation] que cette indivisibilité du grand corps humanitaire et cette solidarité des nations et des individus. » La classe la plus nombreuse et la plus utile doit se mobiliser et autour d’elle se rassemblent les autres composantes du peuple : « Voyez quelle richesse vous possédez seulement par votre nombre ! Mais pour jouir de cette richesse, il faut que le nombre se réunisse, forme un tout, une unité. »
Alors elle va écrire son livre L’Union ouvrière (Ed. des femmes). Difficile de trouver un éditeur ? Elle lance une souscription et comme les ouvriers doivent prendre leur sort en main, elle va porter le message d’union dans toute la France, elle organise son Tour de France, surveillée par la police, ostracisée par certains républicains. George Sand est des plus méfiantes. Pourtant à Lyon, à Toulon, elle tient des réunions. Plus de 30 000 exemplaires de son livre se vendent et suscitent la mobilisation. Elle distingue dans le regard des canuts une flamme de révolution.
Elle arrive, épuisée par une dysenterie peu soignée, à Bordeaux, accueillie par la famille Lemonnier dont Elisa défendra l’éducation des filles. Elle est à la rencontre des ouvriers mais elle s’éteint d’une congestion cérébrale le 14 novembre 1844. La mobilisation gagnera la classe ouvrière, elle ne sera pas pour le voir. Toutefois un procureur du roi, Louis-Philippe est toujours en place, écrira : « L’ouvrage de Madame Flora Tristan est répandu à profusion dans la classe ouvrière. Il y a semé des germes d’irritation contre les propriétaires et des principes subversifs de tout ordre public. »

Brigitte Krulic. Flora Tristan. Ed. Gallimard, 2022

Retrouvez- nous sur Radio Libertaire 89.4 ou sur le net et en podcast, les 2e et 4e mercredi de chaque mois de 17 h à 18 h 30 dans l’émission Au fil des pages avec analyse et lecture d’extraits d’ouvrages, interviews d’acteurs de la chaîne du livre.
Notre ami Ramon Pino est notre invité mercredi 9 mars à 17 h pour parler du livre, Salvador Puig Antich, Guérilla anticapitaliste contre le franquisme paru très récemment aux éditions du Monde libertaire et aux éditions Noir et rouge.

PAR : Francis Pian
Groupe Commune de Paris
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des idées et des luttes, Le Pen, Le Peuple
Des idées et des luttes, Le Pen, Le Peuple
Des idées et des luttes,
Des idées et des luttes, bureaucratie.
Des idées et des luttes, La révolution à venir
Des idées et des luttes, Le grand détournement
Des idées et des luttes, la révolution russe en Ukraine
Des idées et des luttes, l’émancipation par les savoirs
Des idées et des luttes, La valeur du service public
Des idées et des luttes, Retronews n°2
Des idées et des luttes. Ubérisation, et après ?
Des idées et des luttes. Culture de masse et société de classes.
Des idées et des luttes. L’enfer des passes
Des idées et des luttes. La démocratie en état d’urgence
Des idées et des luttes. Le Puritanisme vert. Aux origines de l’écologisme.
Des idées et des luttes. La liberté ou rien
Des idées et des luttes. Une histoire visuelle de Solidarnosc
Des idées et des luttes. Ceux qui trop supportent
Des idées et des luttes. Un Siècle d’Antimilitarisme Révolutionnaire
Des idées et des luttes. La résistible ascension du néolibéralisme
Au fil des pages… sur Radio libertaire, dès le 8 décembre 2021 à 17h
Des idées et des luttes. L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique
Des idées et des luttes. Découvrir la Commune de Paris
Des idées et des luttes. Le 17 octobre des Algériens
Des idées et des luttes. Une brève histoire de l’anarchisme
Des idées et des luttes. Rétronews
Des idées et des luttes. Luigi Lucheni, l’anarchiste qui tua Sissi.
Des idées et des luttes. Commune de Paris, 1871-2021, Toujours Debout !
Des idées et des luttes. Le monde nouveau
Des idées et des luttes. Les anarchistes dans la ville
Des idées et des luttes. Les luttes et les rêves
Des idées et des luttes. Errico MALATESTA
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 7e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler