Chroniques du temps réel > Anticipation- J.O. Paris 2024, la catastrophe
Chroniques du temps réel
par Elefthéria le 4 février 2024

Anticipation- J.O. Paris 2024, la catastrophe

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=7685

Paris, 14 août 2024.


Voilà la catastrophe des J.O. 2024 est terminée. Ouf enfin !
Déjà la météo. Une canicule comme jamais connue précédemment et une sécheresse, pas de pluie depuis la mi-février 2024. Des températures entre 38 et 42°C, des coupures d’eau. Vu les températures caniculaires, les épreuves sportives furent décalées, pendant la nuit. Mais même avec cette mesure, les malaises des sportives et sportifs furent nombreux et alarmants. Les spectatrices et spectateurs ne furent pas toutes et tous au rendez-vous, malgré la relative fraîcheur de la nuit, 28 ou 29 degrés, rester assis dans les stades relevait de la torture thermique. À cela s’ajoutaient des grèves de transports, pour protester contre les conditions de travail, conduire un bus, un métro, la nuit et par une chaleur étouffante était plus que pénible. Puis certaines et certains voulaient faire sentir le goût de l’humiliation tel que l’avait ressenti le monde du travail par rapport au report de l’âge de la retraite à 67 ans. Puis des grèves farces, une grève était annoncée, puis les salarié-es venaient travailler en désorganisant l’organigramme prévu pour la grève d’où une pagaille monstre pour réorganiser la charge de travail.

L’affolement général des pouvoirs publics
D’abord le gouvernement et le comité de J.O. promirent des primes exceptionnelles pour inciter toutes les personnes assurant directement et indirectement le fonctionnement des Jeux. En pure perte. Qu’à cela ne tienne, des réquisitions furent promulguées. À ceci la réponse fut des arrêts maladie, puis des contrôles des arrêts maladie furent diligentés. Dans la mesure où l’on trouvait, des médecins qui n’étaient pas occupés aux urgences dans les hôpitaux qui étaient encore en état de fonctionner.
Les touristes fuyaient, en masse, annulant leurs réservations, cherchant des avions qui malgré la grève pouvaient décoller.
Une cellule de crise, une allocution présidentielle à la télé, où le président fit un discours confus, empli de phrases creuses et la seule chose qui fut retenue, par les médias : ‘’ pendant une canicule c’est normal qu’il fasse chaud ‘’. La risée du monde entier, les journaux télévisés, les sites médiatiques, dont certains, titrèrent ‘’ la pluie mouille ‘’.

En parlant de l’eau, les épreuves nautiques prévues dans la Seine. Disons qu’elles furent très très problématiques. Le fleuve avait un niveau très bas, pour pallier il fut proposé de fermer le canal Saint-Martin, pour faire remonter le niveau de la Seine. De plus la Seine sous cette chaleur sentait très mauvais. Les athlètes refusèrent de barboter. L’organisatrice des J.O. convoqua les caméras des télés pour se baigner, pour attester que cela était possible de se baigner sans danger. Et plouf. Quelques ablutions, une petite coupure sur un tesson de bouteille. Une dermatose assez sévère, une infection du pied.
La cérémonie de clôture du 11 août annulée. Et le 12 août au matin, un orage monstre avec une chute vertigineuse des températures. Puis la canicule s’arrêta.
Il fallait que quelqu’un paye ! on ne pouvait pas convoquer la canicule au tribunal et lui demander de rembourser le manque à gagner. Donc un impôt spécial fut institué par 49-3.




La coupe était pleine. Révolte.
Au moment où j’écris ces lignes, les transports n’ont pas encore repris, les corps sont trop fatigués pour travailler, des manifestations spontanées éclatent par-ci par-là, de façon imprévisible de telle sorte que les forces de l’ordre sont dépassées et quand elles arrivent sur place, les manifestantes et manifestants sont déjà partis, ayant appris à adopter d’autres tactiques pour ne pas se faire blesser. Des pancartes ‘’ Faites payer la canicule et pas nous ‘’ ‘’ Je ne ferai plus de sports ‘’ ‘’ La pluie, ça mouille ‘’ ‘’ Plus jamais ça ‘’ !
Je vous tiendrai peut-être au courant, car le gouvernement menace de fermer internet et couper l’électricité ‘’ car comme l’a dit le chef du palais ‘’ ‘’ internet, ça consomme du courant et il faut que vous économisiez pour réarmer les caisses de l’organisation des J.O’’

Elthéria
Groupe Commune de Paris.



PAR : Elefthéria
Groupe Commune de Paris
SES ARTICLES RÉCENTS :
Guerres-Massacres-Génocides en permanence
Sans Abri , à la rue!
Que veut -on de nous en plus ?
Crises, boucs émissaires, fascismes et pouvoirs autoritaires
Brève de rue, « ça ne peut pas marcher, il faut des chefs »
LA FAIM SANS FIN
Fragments d’oppressions. Suffocations !
Fêter le 14 juillet, pourquoi donc ?
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler