Anti-capitalisme > Retraite à 67 ans inacceptable et non digérée
Anti-capitalisme
par Elefthéria le 17 mars 2024

Retraite à 67 ans inacceptable et non digérée

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=7746





Acceptation ?
Je n’arrive toujours pas à me résigner et accepter, la réforme des retraites à 67 ans et venant de la part des re-traitres !
C’est toujours un sujet d’actualité, n’en déplaise à certaines et certains. Toute personne au travail a été, est et sera impacté par cette énième, infâme réforme. Donc oui c’est toujours et sera toujours d’actualité. Et pourquoi se taire ? Pourquoi accepter ? Parce que plus personne n’en parle ? Un bien étrange silence d’ailleurs.

A la table des tricheuses et tricheurs
Cette réforme me fait penser à une table de jeu, où les règles sont fixées au cours du temps, par des tricheuses et des tricheurs gouvernementaux, qui changent les règles quand cela les fait gagner. Et les perdantes et perdantes c’est nous toutes et tous. Des perdants et des perdantes sur plusieurs plans. Car bien obligés-es, d’accepter, une la partie, deux les changements de règles et trois de perdre à coup sûr.
Les négociatrices et les négociatrices, obligé-es d’accepter des négociations où là aussi le jeu est truqué.

Lutter que pour les retraites ?
Les gouvernements et ce quels que soient leurs systèmes de fonctionnement, leurs idéologies ne sont pas réformables. Ceux qui prétendent le contraire, sont soit des imbéciles qui croient qu’un jour le monde sera meilleur en conservant les gouvernements, le patronat, les Etats. Soit ce sont des menteurs et des menteuses. Depuis des siècles les systèmes sont créés par des classes dominantes qui font tout ce qu’elles peuvent pour conserver leurs avantages. Même dans les Etats marxistes-léninistes, où la hiérarchie et les privilèges de classes furent maintenus. C’est en se regroupant, en faisant la révolution pour une société autogestionnaire, libertaire que les problèmes d’exploitation, de dominations, de mensonges disparaîtront. Ainsi que le concept injuste de la retraite fixé, par toutes ces sortes de gouvernements.

Lutter encore ?
Bien évidemment, ce n’est pas parce que les partis ou médias ne parlent plus des retraites qu’on doit accepter cela comme un acquis pour le gouvernement. Voter ? Combien de promesses non tenues ? Ou de réformes promises et mises en route et abandonnées ; ou encore aboutissant et retirées par les mêmes qui ont tenu leurs promesses, parfois après des décennies, arguant que la réalité est la et qu’on ne peut faire malheureusement pas autrement ! Fourbes, qu’elles et ils sont et calculateurs et calculatrices, honte à vous.
La lutte de classe n’existe pas d’hier, et les luttes sociales ont obtenu des succès (congés payés, réduction du temps de travail, droit de grève, etc.). Certes il a fallu longtemps pour faire aboutir des luttes et parfois moins de temps comme en 1936 par exemple, par une très très large mobilisation et une grève massive et paralysant tout le système capitaliste. Ne baissons pas les bras, et n’oublions pas ce que les gouvernements nous imposent de souffrances physiques et psychologiques.




On ne peut plus faire grève ? Peur du licenciement si on lutte ? Pas besoin de lutter pour se faire virer sèchement, cela m’est arrivé. Pour le patronat, nous sommes des consommables jetables, vous en avez peut-être été victimes ou constaté ceci dans votre entourage professionnel, ou privé. Peur de ne pas avoir d’argent pour payer ses charges ? Qu’est ce qui nous empêche de créer des caisses de grèves sur une très longue durée, voir une très très longue durée, pour faire durer la grève très longtemps. La crainte d’une grève d’une très longue durée remplira d’angoisse le gouvernement, car plus le temps passe plus les caisses se remplissent. Patience, la crainte changera de camps ! A nous de lutter en s’auto-organisant ! Ce n’est là qu’une des possibilités, pour faire plier l’Etat, soyons inventifs individuellement et ou collectivement. Ne baissons pas les bras, mais redressons-nous, pour arracher ce qui nous est dû. Ne digérons pas cette réforme, mais régurgitons-la sur celles et ceux qui nous l’ont imposée.

Elefthéria
Groupe Commune de Paris.
PAR : Elefthéria
Groupe Commune de Paris
SES ARTICLES RÉCENTS :
Tristes Congés payés
Anticipation # 5 finie la Révolution
Sortir de l’électoralisme !
Anticipation #4 L’intelligence artificielle très intelligente
Anticipation #3 ‘’ L’inauguration de l’EPR Flamanville’’
Les Frontières sont des enclos
Anticipation #2 ‘’ Le deuxième incendie de la cathédrale Notre-Dame ‘’
Guerres-Massacres-Génocides en permanence
Anticipation- J.O. Paris 2024, la catastrophe
Sans Abri , à la rue!
Que veut -on de nous en plus ?
Crises, boucs émissaires, fascismes et pouvoirs autoritaires
Brève de rue, « ça ne peut pas marcher, il faut des chefs »
LA FAIM SANS FIN
Fragments d’oppressions. Suffocations !
Fêter le 14 juillet, pourquoi donc ?
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler