Littérature > Pages d’histoire (4)
Littérature
par Sylvain Boulouque le 12 décembre 2022

Pages d’histoire (4)

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6927




Il faut arrêter Hugo à tout prix répond à une double injonction policière et politique : lui faire arrêter d’écrire d’une part et l’arrêter au sens propre d’autre part.
Comme beaucoup d’autres, Victor Hugo a subi un contrôle tatillon des polices française, belge et anglaise.

L’auteur grâce à une enquête dans les différents centres d’archives des pays concernés montre la traque et la surveillance que Victor Hugo a eu à subir entre la prise du pouvoir par Louis Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851 et les débuts de la Troisième République, la surveillance baissera d’intensité après 1879.

L’auteur des Derniers jours d’un condamné connait un premier contrôle policier sous la monarchie de Juillet en raison de son appel à la libération des emprisonnés par Louis Philippe. L’ancien député de la IIe République, est en butte comme son collège Pierre-Joseph Proudhon, à un contrôle tatillon.
Menacé d’arrestation, il se réfugie à Bruxelles où il écrit Napoléon le Petit qui est officiellement publié en Angleterre pour ne pas gêné le bourgmestre belge qui lui a donné accueil.
Peu après, il part pour les îles anglo-normandes Jersey puis Guernesey. D’abord entouré d’indicateurs et de mouchards la surveillance se relâche au cours des années 1860.
Après son retour triomphal en France en 1870, il reste la proie du contrôle policier. La raison : son engagement auprès des fédérés, son amitié avec Louise Michel et son livre L’Année terrible. Ouvrage passionnant qui montre la continuité des polices à travers les régimes.




Il est possible de compléter la lecture de cet ouvrage par une remarquable synthèse du producteur d’émission radiophonique et par ailleurs brillant historien, Xavier Mauduit, qui nous fait rentrer dans les méandres de la vie de Napoléon III et rependre les grandes phases de l’histoire du Second Empire distinguant classiquement la prise du pouvoir entre 1848 et 1852, l’Empire autoritaire et celui dit libéral après les années 1860 sans oublier la fin oubliée de Napoléon le Petit en 1873.

Sylvain Boulouque

« il faut arrêter Hugo à tout prix ». La surveillance policière de l’opposition, Jean-Pierre Bédeï. Éditions Le bord de l’eau 2022 148 p 12 €
Napoléon III, Xavier Mauduit. PUF 2022 240 p. 14 €

"L’homme fort dit : je suis. Et il a raison. Il est. L’homme médiocre dit également : je suis. Et lui aussi a raison. Il suit."
Victor Hugo


PAR : Sylvain Boulouque
SES ARTICLES RÉCENTS :
Page d’histoire (9)
Page d’histoire (8)
Page d’histoire (7)
Histoire d’affiches
Page d’histoire (6)
Page d’histoire (5)
A jamais gravés
Ce vieux Nouveau monde...
Pages d’histoire (3)
Pages d’histoire (2)
Pages d’histoire
Les voix de leurs maîtres
Amour, anarchie …
Marqueuse d’histoires
Voyage au coeur de la propagande
A propos de Perón
Une double proposition de lecture
Deux livres
Rédac sur les réacs
Vous me trouverez bien un complot ?
C’est dans la rue...
Des nouvelles de Debord
Une autre vision sur la Russie et l’URSS
Le refus de Camus
Rêveur d’anarchie…
Femmes de l’extrème droite
Vox populiste
BD r’portage
Общая положительная оценка, товарищ Жорж ?
Le menteur d’histoire
Flora Tristan, aventurière de l’émancipation
Se rappeler de Michel Morphy
Soyons féroces avec les bouffeurs d’hostie
Au travail !
Emma
Emile
Portraits de staliniens
La mémoire d’un vaincu ?
Les filles du Kurdistan Une révolution féministe
Joe Hill
Terreur d’État en URSS
Francisco Ferrer, assassiné par l’Église avec la complicité de l’État
Le coin-lecture du 15 mars
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler