Littérature > Deux livres
Littérature
par Sylvain Boulouque le 12 septembre 2022

Deux livres

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6724

Sylvain Boulouque nous propose deux recensions. Les voici

.

Au premier temps de…





Le roman se veut à la fois une histoire policière et un récit historique replongeant dans la France de la fin du XIXe siècle alors coupée en deux entre dreyfusards et antidreyfusards.
La trame repose sur une histoire d’héritage, un milliardaire américain doit signaler à sa progéniture qu’il faut qu’il récupère leur part de la société qu’il a fondé.
La mort du capitaliste sert de prétexte à l’enquête dans laquelle le détective se rend à Paris et découvre que l’un des enfants est devenu antisémite, défilant aux côtés des bouchers des abattoirs de la Villette et affrontant lors de bagarres homériques ceux du Journal du Peuple animé par un certain Sébastien Faure. La fille a, quant à elle, disparu alors qu’elle vivait avec un peintre juif permettant au romancier de décrire les milieux artistiques et du monde de la culture fin de siècle où l’on croise toute la bohème libertaire.
Si l’intrigue est rondement menée, un peu gore, l’arrière fond aurai mérité d’être davantage travaillé les ficelles historiques étant souvent grosses pour qui s’est documenté sur la période.

La Valse des damnés, Philippe Chlous. La manufacture des livres 2022 284 p. 19,90 €

changement de style et d’époque avec une deuxième recension de livre.

Un parcours





Ce récit graphique n’incarne pas vraiment la tendance libertaire même si, aujourd’hui, l’autrice se réclame du communisme libertaire.
Il s’agit de l’autobiographie dessinée de Fabienne Lauret, ancienne militante des Jeunesses communistes révolutionnaires en 1968 qui pendant près de 40 ans a lutté de l’usine de Renault Flins où elle s’était établie en 1972 quand la Ligue communiste poussait ses militants à rejoindre la classe ouvrière.
Fille de militants communistes ayant rompu en 1956 lors de la répression de l’insurrection de Budapest, elle milite « trop », rate ses études et décide de partir à l’usine. Le choix se porte sur une des citadelles de la classe ouvrière selon les visions des différentes formations marxistes.

Les auteurs retracent alors les différentes conflits dans les ateliers, les luttes à la fois pour les salaires et de meilleures conditions de travail, les conflits avec la hiérarchie de l’usine qui tente à plusieurs reprises de la licencier.
Particulièrement honnête dans son récit, ils mentionnent les engagements, les désillusions liées à la réalité du communisme de la découverte des crimes des khmers rouges aux combats pour une Pologne libre. Bref, un récit marqué de la sincérité et de l’authenticité.

Une féministe révolutionnaire à l’Atelier, Fabienne Lauret , Philippe Guillaume et Elena Vieillard. La boîte à bulles 2022 144 p. 19 €


PAR : Sylvain Boulouque
SES ARTICLES RÉCENTS :
Une double proposition de lecture
Rédac sur les réacs
Vous me trouverez bien un complot ?
C’est dans la rue...
Des nouvelles de Debord
Une autre vision sur la Russie et l’URSS
Le refus de Camus
Rêveur d’anarchie…
Femmes de l’extrème droite
Vox populiste
BD r’portage
Общая положительная оценка, товарищ Жорж ?
Le menteur d’histoire
Flora Tristan, aventurière de l’émancipation
Se rappeler de Michel Morphy
Soyons féroces avec les bouffeurs d’hostie
Au travail !
Emma
Emile
Portraits de staliniens
La mémoire d’un vaincu ?
Les filles du Kurdistan Une révolution féministe
Joe Hill
Terreur d’État en URSS
Francisco Ferrer, assassiné par l’Église avec la complicité de l’État
Le coin-lecture du 15 mars
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler