Littérature > Les voix de leurs maîtres
Littérature
par Sylvain Boulouque le 30 octobre 2022

Les voix de leurs maîtres

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6826

Depuis un peu plus de cent cinquante ans, la presse dite bourgeoise est vilipendée comme étant à la solde du pouvoir et de la pensée dominante .




Dominique Pinsolle , dans son libre A bas la presse bourgeoise ! Deux siècles de critiques anticapitalistes des médias De 1836 à nos jours, propose une mise en perspective de la critique de ces journaux qu’ils soient majoritairement écrits et depuis quelques décennies parfois radiophoniques ou télévisuels.

Le livre n’est pas une analyse de tous les réseaux militants qui ont critiqué la presse mais de quelques-uns choisis à travers les périodes.
Dominique Pinsolle commence son récit avec la Restauration et le règne de Louis-Philippe puis sous le Second dans lequel il montre que plusieurs journaux ont souligné l’inégalité existante due aux statuts différents des journaux et surtout aux subventions accordées par les argentiers.
Ensuite, lors des débuts de la Troisième République, la presse anticapitaliste notamment la presse syndicale souligne laproximité entre le pouvoir et l’industrie, l’auteur livre de larges extraits significatifs des organes de la CGT. En 1918, la parution de l’Abominable vénalité de la presse après la découverte à Moscou des subsides versés par le gouvernement tsariste à la presse bourgeoise en France permet de valider le postulat d’une presse aux ordres.
Lors de l’entre-deux-guerres apparaît l’idée d’une nationalisation partielle voire totale mais tous les projets de réforme sont abandonnés et la critique continue à dénoncer la collusion avec les banques.
L’épisode vichyste et la Libération n’amènent pas de changements fondamentaux.
La création des monopoles, comme l’ORTF, en même temps qu’elle renforce le pouvoir favorise la critique sans la rendre plus efficace.

La dénonciation de la collusion entre média et pouvoir reste la même depuis l’apparition des chaines d’information en continue et des réseaux sociaux, comme si les mutations du capital transformaient les formes de la critique mais pas la nature de la critique.

Sylvain Boulouque

A bas la presse bourgeoise ! Deux siècles de critiques anticapitalistes des médias De 1836 à nos jours, Dominique Pinsolle. Agone 2022 252 p. 17 €


PAR : Sylvain Boulouque
SES ARTICLES RÉCENTS :
A jamais gravés
Ce vieux Nouveau monde...
Pages d’histoire (3)
Pages d’histoire (2)
Pages d’histoire
Amour, anarchie …
Marqueuse d’histoires
Voyage au coeur de la propagande
A propos de Perón
Une double proposition de lecture
Deux livres
Rédac sur les réacs
Vous me trouverez bien un complot ?
C’est dans la rue...
Des nouvelles de Debord
Une autre vision sur la Russie et l’URSS
Le refus de Camus
Rêveur d’anarchie…
Femmes de l’extrème droite
Vox populiste
BD r’portage
Общая положительная оценка, товарищ Жорж ?
Le menteur d’histoire
Flora Tristan, aventurière de l’émancipation
Se rappeler de Michel Morphy
Soyons féroces avec les bouffeurs d’hostie
Au travail !
Emma
Emile
Portraits de staliniens
La mémoire d’un vaincu ?
Les filles du Kurdistan Une révolution féministe
Joe Hill
Terreur d’État en URSS
Francisco Ferrer, assassiné par l’Église avec la complicité de l’État
Le coin-lecture du 15 mars
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler