Travail social > Toujours à propos de retraite
Travail social
par Jean-Jacques Chatelux le 3 avril 2022

Toujours à propos de retraite

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6344



Le retour de la réforme des retraites: toujours moins de justice sociale.



Le bilan du quinquennat de Macron tient en quelques lignes :

Baisse du pouvoir d’achat, augmentation des inégalités sociales, recul du système de santé, casse des services publics, mépris envers les personnes les plus pauvres et grands sourires aux personnes les plus riches et aux puissants.

Le désormais candidat à sa succession a pris position concernant l’âge de départ légal à la retraite. En cas de réélection, ce sera 65 ans pour le candidat En Marche. Les 42 régimes spéciaux seraient supprimés et l’âge pivot serait abandonné au profit d’ un âge minimum.

Un âge légal à 65 ans réduirait de 1,5 ans la durée de retraite !

Le temps passé en retraite diminuerait ce qui représente une inadmissible régression sociale.
Selon le scénario du Conseil d’Orientation des Retraites (c’est pas des gauchistes), la durée de vie moyenne à la retraite s’est raccourcie depuis la génération 1949, partie à 60 ans en 2009 avec l’espoir de passer 26,3 ans en retraite.
La génération 1955, partie à 62 ans en 2017, passera 25,1 ans en retraite.Elle a perdu un an et deux mois.
La réforme Macron va toucher la génération 1972, la moyenne passée à la retraite diminuera encore de 1,5 an, soit 3 ans de moins en retraite par rapport a la génération de 1955.
Laisser les vieux et les vieilles qui le peuvent au travail, c’est aussi augmenter des dépenses de minima sociaux, d’arrêts maladie, de pensions non versées.
Différentes études du COR concluent qu’un report de l’âge de départ de 62 a 65 ans ne rapporterait que 0,1 à 0,9 point du PIB....si la thèse libérale " On vit plus longtemps ,il faut travailler plus longtemps " se vérifie.

Pour travailler plus longtemps, il faudrait d ’abord du travail pour tout le monde, ce qui n’ est pas le cas. Les entreprises n’aiment pas les plus de 55 ans. Seulement 35 % des 60 - 64 ans ont une activité et ces chômeurs ne sont pas riches. L’État doit verser le RSA à 20 % d’entre eux.

Et puis travailler ne peut-être le but ultime d"une vie.

Les salariés ont déjà fait de lourds sacrifices. Tous les problèmes de la Sécurité sociale viennent du fait que les patrons ne veulent plus cotiser (les fameuses charges), ils et elles refusent d’ assumer leur juste part.
D’après une étude de l’Observatoire des Inégalités l"espérance de vie en bonne santé est de 65 ans pour les femmes et de 63 ans pour les hommes. Nous allons travailler en étant malade si le projet de Macron est adopté.
Toujours d’après la même source chez les hommes 13 années séparent l’espérance de vie des 5 % des plus pauvres (71 ans) des 5% des plus riches (84 ans).
Chez les femmes 8 années séparent l’espérance de vie des 5 % des plus pauvres (80 ans) des 5 % des plus riches (88 ans).

Le cercueil comme cadeau de retraite ,non merci.

Ce monde ne tient pas la route, il est mortifère. Les alternances politiciennes ne le changeront pas.
Une autre société est possible, à nous de la construire à partir de nos luttes d’aujourd’hui.


PAR : Jean-Jacques Chatelux
Groupe anarchiste Salvador Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
Les retraités et les autres vers un autre demain.
L’Or gris : une réalité.
Mois de mars: les giboulées des mobilisations.
Réussite de la manifestation parisienne du social et médico-social.
Sous-traitance : sur-exploitation
La population et ses services publics
Barbecue contestataire
Soutien aux sans-papiers
La crise pour les uns, les milliards pour les autres !
La gauche, de moins en moins à gauche
Les JO approchent, les migrants sont « évacués »
Pendant le confinement le combat continue
Confinement ou pas la lutte se poursuit
Gouvernement cherche désespérément argent
Loi ELAN : un cadeau aux vautours de l’immobilier
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler