Luttes syndicales > Les retraités et les autres vers un autre demain.
Luttes syndicales
par Jean-Jacques Chatelux le 7 juin 2022

Les retraités et les autres vers un autre demain.

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6547



Alexas Fotos

Macron droit dans ses bottes.
À l’issue du conseil des ministres du mercredi 1er juin, la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire a réaffirmé la volonté de l’exécutif de mener à bien sa réforme des retraites car il faut financer de "grandes priorités" notamment la question de l’autonomie.
Or 8% des personnes âgées seulement sont concernées par la perte d’autonomie,ce qui devrait permettre de s’en occuper correctement. Ces personnes cumulent plusieurs pathologies qui, si elles avaient été traitées à temps, ne les auraient pas précipitées dans la perte d’autonomie. Il n’y a pas assez de médecins et de personnels dans les établissements. En Allemagne et en Hollande, le taux d’encadrement est d’un agent pour une personne âgée.

Le point sur les retraites et les retraités en 2020.
Chaque année la DREES publie un rapport de tous les régimes pour dresser la situation des personnes en retraite.
Ce travail est laborieux. La DREES vient de publier la situation de fin 2020.

Le rapport est de 308 pages , en voici quelques éléments :
Le nombre de retraités de droit direct continue d"augmenter : 16,9millions, soit 1,2% de plus. Il faut y ajouter 1 million de personnes (88% sont des femmes) qui ne touchent qu’une pension de réversion. Les femmes représentent 53% des retraités.
La pension de droit direct brute moyenne est de 1444€ (1340€ nets) pour l’ensemble des régimes français. Les femmes en France ont une pension de droit direct inférieure de 40% à celle des hommes.
Le montant moyen de pension a diminué de 0,7% en euro constant (corrigé de l’inflation) depuis 2015 car les revalorisations n’ont pas suivi l’inflation alors qu’elle a augmenté de 0,4% en 2020.
L’âge de départ à la retraite s’est allongé depuis 2010 de 1 an et 9 mois. Fin 2020, l’âge conjoncturel de départ à la retraite s’élève à 62 ans et 4 mois. Il augmente depuis 2010 (+1 an et 9 mois) suite aux prélèvements des âges issus de la "réforme de 2010". Les femmes liquident leurs droits à la retraite 7 mois après les hommes. Elles prennent leur retraite à 62 ans et 7 mois contre 62 ans pour les hommes.

Mais une femme est à Matignon qui va corriger toutes ces injustices...
En attendant, ce gouvernement comme les précédents crée la pauvreté et combat les pauvres.

Groupe Orpea: les suites.

Après la publication du livre de Victor Castenet , beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et la parole se libère.
Pas moins de 80 familles de résidents d’ EHPAD du groupe Orpea ont porté plainte le lundi 4 avril pour mise en danger de la vie d’autrui, non assistance à personne en danger, violence par négligences, vol et homicide involontaire.
L’IGAS ( Inspection Générale des affaires sociales) et l’IGF ( Inspection Générale des Finances) ont dû ouvrir une enquête. Leur rapport de plus de 500 pages confirme certaines affirmations de Victor Castenet.

Début de mobilisation à Orpea.
Le groupe engraisse ses actionnaires.
Les salariés sont à bout , tant d’un système imposé que du manque de reconnaissance de leur direction.
Le personnel de l’EHPAD Orpea Saint Jean à Saint Omer dans le Pas de Calais s’est mis majoritairement en grève et a manifesté devant l’établissement, le mardi 24mai pour dire son épuisement, dénoncer la dégradation de ses conditions de travail et le non versement de la prime d’intéressement.
La direction d’Orpea a montré son sens du dialogue social : envoi d’un huissier pour le relevé d’identité des grévistes !
Malgré le scandale d’Orpea , l’or gris a toujours la cote.
Les fonds d’investissements cherchent des placements plus intéressants que les bureaux désaffectés par le télétravail.

Pourquoi pas l’immobilier de santé dont les EHPAD?
Les investisseurs , spéculateurs, ont acquis en 2020 , 5,5 milliards d’euros d’actifs d’habitation, incluant des résidences étudiantes ou pour seniors, soit 40% de plus qu’en 2019.
Comme dit l’autre "quand le bâtiment va tout va".

Des alternatives existent à l’EHPAD.
Le maintien à domicile est possible.
Les Pays-Bas misent sur l’autonomie des personnes âgées et sur leur maintien à domicile plutôt que sur les maisons de retraite. Les personnes âgées, même alitées et invalides, restent à domicile, car les soins sont pris en charge .Un infirmier regarde ce que le patient peut faire lui-même et l’aide pour le reste. Chaque jour l’infirmier voit une dizaine de patients, entre 5 minutes et une heure. C’est possible car le gouvernement consacre deux fois plus d’argent que la France au budget de la perte d’autonomie.
Bien- sûr il a fallu que nos voisins se mobilisent , mais le résultat est là.

Cela n’a rien à voir avec le "virage domiciliaire" du gouvernement Macron qui veut réduire la place en EHPAD alors que le nombre de personnes en grande perte d’autonomie va augmenter. Son seul objectif est de faire des économies à nos dépens en divisant par deux le budget autonomie.
Avec des pensions et le pouvoir d’achat en baisse de 10% depuis 2014, la santé et les fermetures des urgences, les services publics à rénover... les chantiers qui sont devant nous sont immenses.

C’est dans la rue , par les luttes unitaires et la grève que nous obtiendrons ce rapport de force qui nous fait tant défaut pour aller ensemble vers un autre demain.

Jean-Jacques Chatelux
Groupe anarchiste Salvador Seguí

PAR : Jean-Jacques Chatelux
Groupe anarchiste Salvador Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
retraites par répartition ou capitalisation
Halte à la fermeture des domiciles collectifs
Toujours à propos de retraite
L’Or gris : une réalité.
Mois de mars: les giboulées des mobilisations.
Réussite de la manifestation parisienne du social et médico-social.
Sous-traitance : sur-exploitation
La population et ses services publics
Barbecue contestataire
Soutien aux sans-papiers
La crise pour les uns, les milliards pour les autres !
La gauche, de moins en moins à gauche
Les JO approchent, les migrants sont « évacués »
Pendant le confinement le combat continue
Confinement ou pas la lutte se poursuit
Gouvernement cherche désespérément argent
Loi ELAN : un cadeau aux vautours de l’immobilier
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler