Chroniques du temps réel > Simple conclusion
Chroniques du temps réel
par Céd. le 8 mars 2021

Simple conclusion

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5499



S. Hermann & F. Richter

Il avait entendu un sermon langue-de-bois
Qui, semble-t-il, traitait de chaux et de foie.
Il avait rencontré le maréchal Déchaussez
Et avec lui quelques-uns de ses sous-officiers.
Il avait approché un commissaire sagittaire
Qui divisait ses brigades selon un principe stellaire.
Il avait croisé un fier apprenti-président
Et son aréopage de zélés cure-dents.
Il s’en était retourné sous les ponts
Avec tous ses souvenirs et son litron.

Il s’était rappelé le comment du pourquoi
De ces gesticulations en veux-tu en voilà.
Il avait perçu que pour accéder à la postérité
Des hommes étaient prêts à tout sacrifier.
Il avait compris qu’ils tueraient père et mère
Pourvu que leur nom soit gravé sur une pierre.
Il les avait vus user de mille boniments
Et s’embobiner eux-mêmes en passant.
Il en avait conclu que sans véritable don
On ne pouvait prétendre au titre de roi des cons.

Céd.
PAR : Céd.
SES ARTICLES RÉCENTS :
Nostalgie quand tu nous tiens…
L’étendard sanglant est levé
Sagesse antique
Extrême droiture
Modes & Travaux
Triste sort
Réponse du député de la 1ère Souscription de la Somme d’Argent, François Rupin.
Apprentis dictateurs
Agatha christique
HP
Quai de la marine
Saint-Sylvestre
Braderie militaire
Homophonie
Une morale sympathique
Rockin’ the Republicans
Solidarité avec les petits dieux
Excursion printanière
Drôle de guerre
Mais voici la guerre
Omelette bien baveuse
EMC
Veuillez décliner votre identité !
Homo ça pince
Délit... Délit...
Ajustements langagiers
Penta garrulus glandarius
Corona mon amour
Cure
Macronie - Talibanie
Rude endormissement
Vivre et ne rien regretter
Boucs émissaires
Crépuscule
La Légion de l’horreur
Leçon de français
Défense de François Fillon
Déscolarisation
Hymne à la police
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 11 mars 2021 18:10:01 par Luisa

Mille mercis, pour aujourd’hui et pour hier ....