Anarchie dans le monde > Portugal : Sortie du dernier numéro de la revue A Idea
Anarchie dans le monde
par René Berthier le 13 février 2019

Portugal : Sortie du dernier numéro de la revue A Idea

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=3878

A IDEA, REVISTA DE CULTURA LIBERTÁRIA https://aideia.blog/2018/12/20/lancamento-d-a-ideia-84-86/



Nous annonçons avec un léger retard le dernier numéro de la revue A Ideia dont le lancement a eu lieu le 26 janvier 2019 au Musée Aljube, à Lisbonne, dans une pièce qui s’est avérée trop petite pour accueillir les participants.
Ce triple volume 84-85-86 fut présenté dans la première partie de la rencontre par Pedro Martins qui, avec Risoleta Pedro et António Cândido Franco, évoquèrent également la dimension libertaire d’Agostinho da Silva (1906-1994), un philosophe, poète et essayiste portugais. On trouvera la biographie du philosophe pages 139-147 de la revue, rédigée par António Cândido Franco, ainsi qu’une dizaine d’articles qui lui sont consacrés.
La seconde partie de la rencontre fut consacrée au centenaire de la naissance du journal ouvrier A Batalha. L’historien António Ventura a tracé son chemin critique, son organisation interne, son installation physique, son administration et les difficultés que l’organisation a traversées à travers ses étapes jusqu’aux années 40 du XXe siècle.
António Baião, l’un des rédacteurs en chef actuels du journal, s’est concentré sur la vie actuelle du journal et le projet de rénovation en cours.

A Ideia est un magazine qui fait de la culture son champ d’action. A travers la création poétique et plastique, l’expression philosophique, la recherche sociale, la recherche historique, l’ouverture à une science humanisée, déconnectée des intérêts lucratifs du dispositif industriel/militaire, la publication vise à créer les bases d’un esprit libre, créatif, et solidaire, contribution efficace pour la pleine réalisation de tout être vivant.
La revue se consacre à diffuser la culture anarchiste et n’a pas de plateforme programmatique.
Il s’agit d’une revue en format papier, sans but lucratif ou commercial, qui ne se destine pas au circuit commercial ; elle vit des contributions volontaires des collaborateurs et des lecteurs. Les textes publiés, sauf indication contraire des auteurs, n’ont pas de droits réservés et peuvent être reproduits librement, sous condition de mentionner l’auteur et le lieu de première parution, sans modifier la création originale et sans objectif commercial.
Il est attribué une valeur symbolique de 20 euros par numéro triple pour compenser les coûts d’édition et d’expédition. Pour tout renseignement sur les abonnements, contacter l’adresse mail suivante : aideia@outlook.pt.

Le dernier numéro d’A Idea est consacré sur un peu plus de 300 pages au surréalisme, avec une soixantaine d’articles et une trentaine de notes de lecture. Difficile de choisir mais je noterai trois articles : deux articles sur Ursula Le Guin, l’un écrit par Ana Palma (« Lire et relire Ursula Kroeber Le Guin »), l’autre par Teresa Antonia Lima (« L’Imaginaire éthique d’Ursula Le Guin ») (j’ai traduit les titres en français). Un article de Tomas Ibanez sur Mai 68 (en espagnol).

Et dans la rubrique « Notes et Lectures », une délicieuse description de notre librairie parisienne du 145 rue Amelot faite par Pedro Martins et Risoleta C. Pinto Pedro : « Entre République et Bastille : Un après-midi à la Fédération anarchiste ».
« L’ambiance de cette rue, dont la librairie est imprégnée, lit-on, est un peu hors du temps, ou peut-être dans un temps qui s’est arrêté à un moment donné, quelque part entre les années soixante et soixante-dix, avec son charme décadent, suggérant le Truffaut d’Antoine Doinel ou un certain Godard. Il n’y a pas de vitrines élégantes, pas de design de mode, cela nous rappelle un Paris, d’un autre imaginaire (…) plus proche de notre réalité. »
Se présentant comme des Portugais, les auteurs de la note ont suscité de la part de Laurent, le responsable de la librairie, « une certaine curiosité et une sympathie sans équivoque ».
« Le chauvinisme gaulois n’existe certainement pas dans la librairie de la Fédération anarchiste. Nous respirons un humanisme international et solidaire. Une confiance où le sentiment d’être étranger n’entre pas en ligne de compte... »
Je pense qu’il faut absolument que notre librairie continue de vivre encore longtemps...

René Berthier
PAR : René Berthier
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réflexions sur Proudhon et la propriété
Germinal juin 2019
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (9e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (8e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (7e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (6e partie)
La violence sociale est la pire des violences !
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (5e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (4e partie)
Des nouvelles du Brésil
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (3e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (2e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (1e partie)
Les taureaux catalans pour l’indépendance ?
« Policiers, suicidez-vous » ?
Terrorisme ou insurrectionalisme ?
Tierra y Libertad
Nito Lemos Reis
feliz aniversario
Recension et commentaire du livre de Reiner Tosstorff, The Red International of Labour Unions (RILU) 1920-1937
Ordre moral et partouze sado-maso
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler