Littérature > LA TERREUR SOUS LENINE
Littérature
par René Berthier le 10 janvier 2024

LA TERREUR SOUS LENINE

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=7654


En 1975 Jacques Baynac avait publié La terreur sous Lénine, qui est devenu un ouvrage de référence sur la nature policière et totalitaire du régime instauré après la révolution russe de 1917. Ce n’est évidemment pas un hasard si les éditions L’Échappée ont décidé de rééditer ce texte en 2024, l’année du centenaire de la mort du dirigeant bolchevik.
Un siècle après sa mort survenue le 21 janvier 1924, que reste-t-il de Lénine ? Fondateur et théoricien du bolchevisme, il devient, après le coup d’État d’octobre 1917, le principal dirigeant du parti unique au pouvoir. Alors qu’aujourd’hui certains s’emploient à le réhabiliter, il est nécessaire de revenir sur les racines de ce régime qui, dès décembre 1917, a créé une terrifiante police politique : la Tchéka, devenue Guépéou en 1922, puis NKVD en 1934, à la tête du Goulag.
Ce recueil de textes éclaire d’une lumière crue la nature d’un système politique fondé sur la terreur. Pour Lénine : « Un bon communiste est aussi un bon tchékiste. »





Cette réédition, nécessaire en elle-même, est d’autant plus intéressante qu’elle est augmentée de nombreux textes tournant autour de la terreur et de la répression en Union soviétique, en particulier des textes officiels sur la Tchéka, un texte de notre regretté ami Alexandre Skirda sur la contre-terreur révolutionnaire, des textes de W. Woïtinsky, Martov, David Charachidsé, Raymond Duguet, Isaac Stenberg, Michel Heller.
Ajoutons que cette réédition du texte de Jacques Baynac nous permet d’avoir accès, enfin, à un document d’un intérêt exceptionnel, La répression de l’anarchisme en Russie soviétique, écrit en 1922 et publié l’année suivante par le « groupe des anarchistes russes exilés en Allemagne » constitué de rescapés du système policier soviétique. C’est un avertissement au mouvement ouvrier occidental, pour l’informer de la tournure contre-révolutionnaire que prenaient les événements dans la Russie soviétique. Ce texte essentiel avait été mis en ligne en 2011 sur monde-nouveau.net (http://monde-nouveau.net/spip.php?article361)

Berlin était alors une plaque tournante pour tous ceux qui allaient en Russie ou en revenaient. De nombreux militants syndicalistes révolutionnaires et anarcho-syndicalistes s’y rencontrèrent pour la première fois : en 1920 Augustin Souchy y rencontra Rudolf Rocker et Fritz Kater. Borghi et Pestaña s’étaient arrêtés à Berlin lors de leur retour et rencontrèrent les principaux dirigeants syndicalistes révolutionnaires allemands. Gaston Leval également avait fait une pause à Berlin. La plupart des militants russes qui réussissaient à s’échapper ou qui étaient expulsés se retrouvaient inévitablement à Berlin. Il n’est donc pas étonnant que d’intenses débats aient eu lieu dans la capitale allemande.
L’introduction d’André Colomer est directement adressée à ceux des militants syndicalistes révolutionnaires français qui viennent de soutenir l’adhésion de la CGTU à l’Internationale syndicale rouge :
« Cet ouvrage a été dédié aux ouvriers révolutionnaires français dont l’organisation syndicale – la CGTU – vient, par son adhésion à l’Internationale syndicale rouge, de se mettre sous la tutelle du gouvernement bolcheviste. Nos camarades qui ont encore, au dire de Trotsky et de Zinoviev, tant de préjugés fédéralistes et autonomistes, verront, à la lecture de ces pages, le sort qui leur sera réservé quand ils prétendront s’occuper eux-mêmes de l’organisation du travail, au lendemain de la prise du pouvoir par les “Communistes”. »

La répression de l’anarchisme en Russie soviétique, publié, rappelons-le, en 1923, montre sans contestation possible que le régime de terreur dont Jacques Baynac décrit les mécanismes avait été très rapidement dénoncé dès les premières années de la révolution russe et que ceux des militants syndicalistes révolutionnaires, comme Pierre Monatte, qui continuèrent à apporter leur soutien aux dirigeants communistes russes ne pouvaient simplement pas ignorer que ces derniers avaient étouffé toute voix indépendante dans le pays, détruit toute institution autonome du prolétariat, réduit les soviets à des chambres d’enregistrement des décisions de ceux qui avaient accaparé le pouvoir, emprisonné et massacré des centaines de milliers de militants et de travailleurs, imposé à toute la société un régime de terreur jusqu’alors totalement inédit. Les militants ouvriers qui soutenaient ce régime, ceux des militants syndicalistes révolutionnaires qui lui apportèrent leur caution ne pouvaient pas ignorer qu’ils soutenaient des assassins de masse.

La réédition de La Terreur sous Lénine et la publication des textes qui y sont annexés vient à point pour empêcher l’oubli concernant la nature du régime dont le dirigeant bolchevik fut le principal fondateur.

René Berthier

La terreur sous Lénine
Jacques BAYNAC

Édition revue et augmentée par Charles Jacquier,
384 pages
Éditions l’Échappée,
14 euros




Qui était Jacques Baynac?
Jacques Baynac, né en 1939 à Agen, est un historien, romancier, documentariste et scénariste. Il a fait ses études d’histoire à l’École pratique des hautes études. En 1960, refusant de combattre en Algérie, il part six ans à l’étranger. De cette période, au cours de laquelle, selon ses propres dires, il a vu « sept pays sur trois continents » il revient « vacciné contre la révolution sur le modèle léniniste ». Il a été proche du communisme de conseils

De retour en France en 1966, il est employé pendant deux ans (1966-1968) à la librairie La Vieille Taupe de Pierre Guillaume et participe au groupe politique informel du même nom, puis rompt définitivement en 1969 avec Guillaume. Il est à l’origine en octobre 1980 de « la gangrène », article publié en octobre 1981 dans Libération, cosigné par des anciens de la Vieille Taupe, qui dénonce alors la dérive tendanciellement négationniste du nouveau groupuscule reconstitué par Guillaume sous ce nom.

Auteur de nombreux ouvrages, Jacques Baynac est décédé le 3 janvier 2023 au moment où allait être diffusé la réédition de La Terreur sous Lénine.
PAR : René Berthier
SES ARTICLES RÉCENTS :
Autres Brésils
Sempé est mort
États-Unis : le fossé religieux (3e partie)
États-Unis: le fossé religieux (2e partie)
États-Unis: le fossé religieux (1re partie)
Une médaille d’or pour le « Prix Nestor Makhno » ?
À propos des 34 démissionnaires de l’UCL
L’insurrection de Cronstadt, moment charnière de la Révolution russe (4e et dernière partie)
L’insurrection de Cronstadt, moment charnière de la Révolution russe (3e partie)
L’insurrection de Cronstadt, moment charnière de la Révolution russe (2e partie)
L’insurrection de Cronstadt, moment charnière de la Révolution russe (1e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (20e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (19e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (18e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (17e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (16e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (15e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (14e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (13e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (11e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (12e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (10e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (9e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (8e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (7e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (6e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (5e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (4e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (3e partie)
L’ Internationale syndicale rouge (2e partie)
Santé publique: Exigeons des comptes !!!
Histoire : L’Internationale syndicale rouge (1ère partie)
Revue d’études proudhoniennes
Pour un Nuremberg de la casse hospitalière
COVID-19 vs fondamentalistes protestants
"Eurabia". 4e et dernière partie
"Eurabia". 3e partie
"Eurabia". 2e partie
« Eurabia »
La fin de l’anarchisme ?
Guillaume Davranche : Dix questions sur l’anarchisme
Ancien article : Ordre moral et partouze sado-maso
Réflexions sur Proudhon et la propriété
Germinal juin 2019
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (9e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (8e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (7e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (6e partie)
La violence sociale est la pire des violences !
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (5e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (4e partie)
Des nouvelles du Brésil
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (3e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (2e partie)
Syndicalisme révolutionnaire et anarchisme (1e partie)
Les taureaux catalans pour l’indépendance ?
« Policiers, suicidez-vous » ?
Terrorisme ou insurrectionalisme ?
Tierra y Libertad
Nito Lemos Reis
feliz aniversario
Portugal : Sortie du dernier numéro de la revue A Idea
Recension et commentaire du livre de Reiner Tosstorff, The Red International of Labour Unions (RILU) 1920-1937
Ordre moral et partouze sado-maso
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler