Dans un sale État > Hymne à la police
Dans un sale État
par Céd. le 20 juin 2020

Hymne à la police

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4916




Je ne dirais pas que cela m’empêche de dormir
Mais de savoir qu’une fraction de l’humanité
Se sent à ce point déconsidérée et mal-aimée
M’invite à penser des solutions pour en finir.

Je suis un homme profondément réformiste
J’aspire à une société véritablement pacifiée
Je me défie très clairement de tous les exaltés
Parmi lesquels les pires sont les anarchistes.

Les modestes propositions que je verse au débat
Doivent donc être comprises comme un essai
Pour aboutir à un ordre social uniment policé
Et rendre grâce à la corporation du tonfa.

L’activité policière nécessite des compétences
Insuffisamment reconnues par les administrés
Qui oublient combien le racisme est une qualité
Dont tout le monde ne peut se prévaloir en France.

N’est pas imbécile, intolérant et brutal qui veut
Le tempérament nécessaire n’est pas chose innée
Une solide formation année après année
Est garante d’un professionnalisme sourcilleux.

Les flics sont méritants quand on y songe
Bigeard surinait librement les Niakoués
La grande muette cautionnait les à-côtés
Et le ministre de la guerre passait l’éponge.

Aujourd’hui on demande au brigadier-chef
De s’assurer que le corps des gardiens de la paix
Pratique la bavure et parfois même la curée
Comme s’il buvait un verre de Saint-Estèphe.

Au fond, exiger une telle délicatesse
Dans le traitement des sauvageons sénégalais
De la racaille malienne et des vils burkinabés
C’est faire injure à ces brutes épaisses.

Il devient donc maintenant urgent
D’effectuer un geste pour les remercier
De leur peine et de tous les bienfaits
Qu’ils procurent aux honnêtes gens.

On pourrait ainsi les applaudir à vingt heures
Les décorer aussi le jour du quatorze juillet
Et leur fournir une prime et des indemnités
Pour leur action contre les Noirs et les Beurs.

Céd
PAR : Céd.
SES ARTICLES RÉCENTS :
Leçon de français
Défense de François Fillon
Déscolarisation
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 25 juin 2020 00:09:34 par scalp

je ne comprends pas ce que vous voulez dire et pourquoi parlez vous aisi

2

le 28 juin 2020 16:32:56 par dexter

C’est amusant, l’image que vous avez utilisé pour illustrer l’article vient de la pochette d’un album de Despo Rutti.
Un rapper qui a un discours bien mesuré que vous sur la banlieue, la police, le racisme etc... Vous devriez l’écouter plutôt que de le plagier.

3

le 28 juin 2020 17:48:00 par bernard (crml)

c’est une photo qui circule sur un certain nombre de blogs ou de sites. L’origine n’en étant jamais signalée alors...

4

le 29 juin 2020 21:51:10 par Céd

Cher Scalp. Ce que je veux dire ? Rien de très différent de toi assurément. On peut être "carrément anti Le Pen" en chantant "La jeunesse emmerde le Front national" ou en usant d’ironie ou de sarcasme pour condamner les idées frontistes. On peut aussi chanter "Assassin de la police" ou user, là encore, d’ironie et de sarcasme. Quant à moi, je prends donc des chemins détournés. Sous couvert de flatter ( c’est vieux comme le monde ), je mords ! Souvent donc, j’utilise des "antiphrases" ( il faut comprendre le contraire de ce que j’écris ) à des fins de dérision. En bref, non, je n’invite pas à applaudir les policiers à 20h... et certainement pas parce qu’ils se livrent aux exactions que l’on sait. Au demeurant, je doute que les camarades du comité de rédaction du Monde libertaire laisseraient publier un hymne véritable à la police !!! ). Charles Pasqua est mort et enterré et je ne suis pas sa réincarnation. Céd

5

le 29 juin 2020 21:56:19 par Céd

Dexter. Ce n’est pas moi qui choisis les illustrations, et je ne plagie donc personne... ce qui ne m’empêche pas d’être pleinement solidaire des camarades du comité de rédaction qui font un superbe boulot pour illustrer mes petits poèmes. Je me doute bien qu’ils s’attachent à trouver des illustrations libres de droit. On peut avoir des préventions contre la propriété ( dite privée ) sans pour autant être irrespectueux de la propriété ( dite intellectuelle ). C’est bien le sens de la réponse de Bernard.