Arts et Spectacles > Le retour du brigadier libertaire
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 14 septembre 2020

Le retour du brigadier libertaire

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5093

CABARET LOUISE de Régis VLACHOS
par la Compagnie du Grand Soir




Mise en scène : MARC PISTOLESI
avec CHARLOTTE ZOTTO (SIMONE, LOUISE MICHEL)
RÉGIS VLACHOS (ÉDOUARD, THÉOPHILE FERRÉ, JULES FERRY, ADOLPHE THIERS)
et les voix de MICHEL PAPINESCHI et JACK FRANTZ
Régisseur : DAVID VAN TONGERLOO / LÉO DELORME
Lumière, scénographie, costumes : MARC PISTOLESI

J’avais reconnu le trublion à la terrasse de café du Lucernaire, eh oui, désormais pour apparaitre, il faut pouvoir s’attabler à un bistrot, le nez à l’air en sirotant quelque boisson. Était-il en train de concocter un nouveau cocktail, explosif, cela va sans dire ?
Ledit trublion était en train de rêver à Louise Michel. Je crois volontiers que son rêve a des allures de montagnes russes.
Son spectacle intitulé « CABARET LOUISE » avec une mise en scène tourbillonnaire de Marc PISTOLOSI, a pour mission de dérider les fesses des spectateurs à défaut de les démasquer.
Louise Michel et Johnny Halliday, Louise Michel et Adolphe Thiers, Louise Michel et Victor Hugo, Louise Michel et Mai 68 et la Commune etc.
Elle est irrécupérable cette dame-là ! C’est une grande figure de la Commune mais nous avons besoin, c’est évident, de piqûres de rappel pour nous en souvenir ; 150 ans nous séparent de l’histoire de la Commune et de la semaine sanglante, celle du massacre de 30000 parisiens.

Je ne suis qu’un bouffon, un comédien, semble nous seriner Régis VLACHOS, mais qu’importe je serai le faire-valoir de cette grande dame, elle aura le dernier mot, elle qui déclara à ses juges qu’elle préférait mourir plutôt que de renoncer à l’esprit de la Commune.
Dans son rôle de beauf et de fils à maman versaillaise, Edouard dans la pièce n’a pas fini de nous agacer avec ses complexes de petit bourgeois. Que faisait-il dans cette galère ? Avec cette honte d’être né en 1968 et de ne rien comprendre à Louise Michel. Nous-mêmes, ne sommes pas nés de la dernière pluie, au présent en 2020, nous ne digérons pas encore le Covid 19.
Les piqûres de rappel diligemment assenées, ouvrent donc une lucarne sur Louise Michel. Il faut batailler et avoir la pêche et le talent de Charlotte Zotto pour imposer un tel personnage malgré un partenaire qui chante comme un pied le « Je t’aime » de Johnny Halliday.
Nous avons droit à quelques scènes de ménage entre les deux comédiens, un peu longuettes à notre gré. Tétanisés sous leurs masques, les spectateurs vivent une expérience cruelle, celle de ne pouvoir rire aux éclats sous peine de faire éclater leurs baillons.
Mais on ne s’ennuie pas une seconde. Ça pschitt à tout instant et après le tourbillon de pitreries d’Edouard, de poèmes de Rimbaud et Hugo et de quelques scènes historiques de haut vol, nous nous permettons de respirer haut et fort en entendant Louise Michel répondre à ses juges lors du procès du 16 décembre 1871 qui l’accusent d’attentat ayant pour but la guerre civile « On dit que je suis complice de la Commune assurément oui … j’appartiens tout entière à la révolution sociale ! »

Paris, le 14 Septembre 2020
Evelyne Trân

Du 2 Septembre au 25 Octobre 2020 du mardi au samedi à 21 H et le dimanche à 17 H 30
au Théâtre du Lucernaire 53, rue Notre Dame des Champs 75006 PARIS
PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler