Arts et Spectacles > Le brigadier au chevet
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 28 mars 2022

Le brigadier au chevet

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6335

LE ROI SE MEURT d’Eugène Ionesco





Mise en scène : Guillaume Morana
assisté par : Catherine Grammosenis
Décors et costumes : Gladys Busson
Avec : Jérôme Gracchus, Gladys Busson, Lucie Laffitte, Lionel Bouteau, Cécilia Bompuget, Arnoïs

C’est un hasard mais il n’y a pas de hasard dit-on, je m’apprête à rendre compte d’une pièce de Ionesco vue récemment et je découvre qu’aujourd’hui 28 Mars 2022, c’est l’anniversaire de sa mort en 1994, soit il y a 28 ans.
Qu’est-ce donc que 28 ans dans l’univers, juste quelques poussières d’années.

En tout cas sa pièce, Le Roi se meurt, écrite en 1962 alors que Ionesco sortait d’une grave maladie, n’a pas vieilli. Je l’ai découverte dans un tout petit théâtre à Nice, le théâtre de l’Impertinent dirigé par Guillaume MORANA. Sa mise en scène servie par une belle équipe de comédiens et comédiennes, est tout à fait épatante.
Le Théâtre de l’Impertinent intimiste et convivial possède un charme infini, celui de la simplicité et de la proximité aussi bien avec les spectateurs que les comédiens, exigüité de la salle oblige (i n’y a que 40 places). Quel plaisir de se retrouver dans cette niche théâtrale qui éveille pour les seniors une flopée de souvenirs.
Ionesco, je l’ai découvert enfant dans la pièce « Amédée où comment s’en débarrasser » avec Alice SAPRITCH et Jean-Marie SERREAU à la télévision en 1968. Cette vision des godillots qui grossissent, grossissent jusqu’à envahir l’antre d’une chambre désolée, est restée ancrée dans ma mémoire.

Ionesco pensait beaucoup à la mort. La pièce met en scène l’homme omnipotent, l’homme Roi, l’homme de tout un empire qui se voudrait immortel, face à sa cour, réduite à une femme de ménage, un médecin et sa première épouse qui l’exhortent à accepter sa mort prochaine. Il faut dire que tout autour de lui va à la catastrophe. Les spectateurs assistent donc à son agonie sachant qu’à la fin de la représentation comme l’annoncent les protagonistes, le Roi sera mort.

Le décor et les costumes semblent émaner d’un conte de fée intemporel ou d’une fable géante qui raconterait « il était une fois un Roi qui ne voulait pas mourir… ».

Comment passer de la terreur au drolatique, je l’ignore. C’est pourtant dans nos contes d’enfance qu’est stipulée la cruauté de la condition humaine.
Il ne semble pas que la notion d’absurdité à propos de son œuvre ait emballé Ionesco. Pour lui la connaissance ne pouvait être qu’existentielle ou métaphysique (ce sont ses propres propos). Ionesco s’est-il dit à lui-même « Je vais mourir donc je vais jouer ma mort. Il faut que quelqu’un me dise que je vais mourir, sinon je ne peux y croire ». Vaste frisson ! La vérité c’est que le jeu, le désir de jouer est primordial chez Ionesco le mot jeu ne se reflète-t-il pas dans son homonyme, le pronom Je ?

La pièce est politique puisqu’à travers le Roi Bérenger 1er, Ionesco fustige tous les pouvoirs, mais c’est aussi tout humain que Ionesco entend retrouver dans le miroir de ce personnage extrême.
Il est étrange comment descendant de son estrade au fur et à mesure qu’il s ‘approche de la mort, Bérenger oublie tout le mal qu’il a provoqué et saisi de ravissement exprime son amour de la vie. Certes sa première épouse prône le détachement et la deuxième l’hédonisme mais ce n’est pas la science philosophique qui vient au secours de Bérenger. Ce qui est manifeste dans ses propos c’est ce retour à l’enfance, sa capacité de délirer tout en exprimant des émotions simples. Alors qu’on attendait de ce Roi omnipotent au seuil de sa mort des réminiscences de sa gloire, le voilà qui parle longuement presque en sanglotant d’un chat roux qu’il a vu mourir.

Jérôme GRACCHUS étonnant, n’interprète pas un tyran odieux mais plutôt un homme Roi ridicule sans être grotesque qui retombe en enfance (retomber en enfance n’est pas synonyme de gâtisme) dont le Moi je décline jusqu’au baisser du rideau.

Drôle de pièce intense sans être éprouvante sans doute parce que l’humour et la fantaisie de Ionesco font toujours mouche pour chasser la tristesse. Il est possible, eh oui, de sortir heureux d’une représentation du Roi se meurt.
La distance est grande croit-on entre ce Bérenger là et les tyrans que nous connaissons ; il y en a un aujourd’hui, hélas, tout désigné par l’apostrophe de Jérôme GRACCHUS au public « Et surtout n’oubliez pas et cette pièce le démontre que tout tyran qu’il soit, tout roi qu’il soit, il finit par mourir ».

Eze, le 28 Mars 2022
Evelyne Trân

Les représentations ont eu lieu du 11 au 27 Mars 2022
Au Théâtre de l’Impertinent 7, rue Tonduti de l’Escarène 06300 NICE
.
PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Le brigadier qui ne dit mots, passant...
Le brigadier, festivalier en Avignon
Le brigadier se fait faire la lecture
REPAS DE SOUTIEN AU PROCES DE TRAN TO NGA
Un spectacle musical pour le brigadier
Mais de quoi as-tu l’air ?
Quand le brigadier "rewind" la dernière bande
Le Brigadier connait-il Nora ?
Le brigadier se souvient de ce temps-là
Marguerite et le brigadier
Belle rencontre pour le brigadier
La femme est l’avenir du brigadier
S’accompagnant d’un doigt ou quelques doigts le brigadier se clowne.
Assieds-toi, brigadier !
Le brigadier et le sourire noir de Mémé
Ne Bruscon pas le brigadier...
Le nouveau brigadier
Brigadier, écoute... Elles te parlent...
AY Brigadier !
Le brigadier témoin de l’Histoire
Joséphine BAKER. Les dernières années. La renaissance d’une étoile.
Le brigadier nous dit qu’au milieu coule une frontière
Un livre : Correspondance avec la Mouette Anton TCHEKHOV et Lydia MIZINOVA
En hiver, le brigadier songe à une mouette en avril
Le Brigadier à perdre la raison
Le brigadier aux violons
Joséphine Baker racontée par un de ses enfants
Le brigadier et lui
Un brigadier slave
Le brigadier sur l’autre rive
Brigadier, un double !
Le brigadier, en attendant Antigone...
Agent orange : un film.
Le brigadier connaît la chanson
La passeggiata del brigadiere a Roma, città aperta
Conférence de soutien à Tran To Nga
Le brigadier a l’âme slave
Le soleil n’a pas encore disparu !
Des nouvelles du procès de Tran To Nga contre les fabricants de l’agent orange
Le brigadier en ce début d’octobre
Le brigadier rencontre Romain Gary
Le brigadier rencontre Camus
Le brigadier du temps perdu
La rentrée du brigadier
Exposition sur l’agent orange
Affect ou éthique?
Le vigile et la flûte traversière
Le brigadier a-t-il son pass ?...
Poupée en chiffons
Quand le brigadier rencontre Proudhon et Courbet
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier en Avignon
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Ecoutez, c’est le brigadier...
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Candide, le brigadier ?
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 31 mars 2022 17:14:03 par Guillaume Morana

Toute la troupe se joint à moi et vous remercie pour ce magnifique article ! Bravo pour votre analyse fine et intelligente.