Littérature > QUAND LES COMMUNISTES FLINGUAIENT LES ANARCHISTES
Littérature
par Ramón Pino le 11 février 2024

QUAND LES COMMUNISTES FLINGUAIENT LES ANARCHISTES

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=7691






Il y a 100 ans, le 11 janvier 1924, avait lieu au siège de la CGT Unitaire un meeting à l’appel du Parti communiste français. Au cours de celui-ci, communistes et anarchistes s’affrontèrent verbalement d’abord, puis à coups de poing et coups de feu. Bilan : des dizaines de blessés et surtout la mort de deux anarchistes.

Cet évènement voyait pour la première fois en France des ouvriers tirer sur d’autres ouvriers. Évènement historique décortiqué par Sylvain Boulouque dans son livre récemment paru, Meurtres à la Grange-aux-Belles . Il s’agit là d’une véritable enquête nous permettant de suivre causes et conséquences de cette tragique soirée. S’appuyant sur les articles parus à l’époque dans la presse (entre autres, L’Humanité et Le Libertaire), également sur divers témoignages et les rapports de police, l’auteur nous plonge au cœur des faits. Nous prenons ainsi connaissance de l’appel du PCF paru dans l’Humanité convoquant ses militants à ce meeting, ainsi que l’article dans Le Libertaire appelant les anarchistes à porter la contradiction au nom de l’indépendance syndicale (le 33 rue de la Grange-aux-Belles étant la Maison des syndicats et non le local d’un parti politique quel qu’il soit).

Ce sera le point culminant de l’opposition entre communistes d’une part, et anarcho-syndicalistes et syndicalistes révolutionnaires de l’autre.
Le sous-titre du livre précise : « Quand les communistes flinguaient les anarchistes ». L’enquête de Sylvain Boulouque démontre que ce sont bien deux militants communistes (dont les noms sont révélés) qui ouvrirent le feu sur les anarchistes. Ce qui n’empêcha pas le PCF dans un communiqué, d’en rejeter la responsabilité sur les anarchistes. Tordre le coup à la vérité était déjà une pratique courante des partis communistes de tous les pays. En France, cette pratique du « mensonge déconcertant » permettra peu à peu au PCF de phagocyter le mouvement syndical, faisant fi de la Charte d’Amiens (1906) et de l’indépendance syndicale vis-à-vis des partis politiques, indépendance prônée par les anarcho-syndicalistes et les syndicalistes révolutionnaires.

Le livre de Sylvain Boulouque est un admirable travail de recherche qui nous permet d’appréhender ce qui fut à l’époque, un véritable traumatisme pour le mouvement libertaire.

Ramón Pino
Groupe Salvador Seguí

Meurtres à la Grange-aux-Belles
Sylvain Boulouque
Éditions du Cerf
21 euros
PAR : Ramón Pino
Groupe Salvador Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
BRUITS DE BOTTES OUTRE-PYRÉNÉES
ÉTRANGES ÉTRANGERS
L’histoire revisitée
De la mémoire historique à la mémoire démocratique
Sous-traitance encore, maltraitance toujours
Levée du piquet de grève à Monoprix belleville
Travailleurs sans papiers en lutte
Hôtels : Les grèves se multiplient
Les retraités ne battront pas en retraite
Monoprix : Toujours en lutte
Victoire !
La précarité dans la rue
Certains ont la mémoire qui flanche
Les élections passent, l’exploitation demeure
Manif !
FRANCO EST MORT DANS SON LIT. BILLY AUSSI
JUST DO IT
SOUS-TRAITANCE = MALTRAITANCE
QUELQUES RÉFLEXIONS
Hôtel IBIS en grève
Secteur hôtelier : encore une victoire
UNITÉ OU RAVALEMENT DE FAÇADE
Anti-syndicalisme primaire
Casse-tête chinois en Espagne
anarcho-léninistes ( ?), anarcho-capitalistes (??), anarcho-collabos (!!)
MONOPRIX ST ANTOINE CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE
Mort programmée de la distribution de la presse
La lutte de classe c’est ici
Retraités mais pas inactifs
Expulsions - inculpations
14-N : un pas en arrière, trois pas en avant
Eduardo Colombo (1929-2018)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler