Luttes syndicales > MONOPRIX ST ANTOINE CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE
Luttes syndicales
par Ramón Pino le 8 février 2019

MONOPRIX ST ANTOINE CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=3865

Les patrons n’aiment pas les grèves. Tant pis pour eux, il y en a eu plusieurs l’an dernier au Monoprix St Antoine (99, rue du Faubourg St Antoine à Paris).
Les patrons sont revanchards et n’aiment pas dialoguer, ils préfèrent nettement la répression. Lundi 4 février, trois salariés de ce Monoprix étaient convoqués à des entretiens disciplinaires. Comme par hasard, trois sont syndiqués à la CGT. Comme par hasard toujours, deux sont des élus CGT. La manœuvre est claire, il s’agit d’intimider le reste des salariés. Manœuvre avortée : lundi 4 février, avec l’appui de la CGT et de Solidaires, le magasin était envahi par une centaine de travailleurs et travailleuses de différents magasins Monoprix venu-e-s apporter leur soutien aux trois camarades convoqués. Beau chahut à l’intérieur entre les rayons du magasin, avec slogans et musique appropriée pour appeler à la grève et exiger l’abandon des procédures et sanctions injustifiées sans oublier :
• La réparation du monte-charge en panne depuis 6 mois
• Une augmentation bien plus avantageuse que l’aumône de la prime Macron
• Le remplacement des salariés absents
• Le droit à une vie privée familiale, le respect du repos dominical et de nuit.
Affaire à suivre donc. Le combat continue.
PAR : Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
SOUS-TRAITANCE = MALTRAITANCE
Hôtel IBIS en grève
Secteur hôtelier : encore une victoire
UNITÉ OU RAVALEMENT DE FAÇADE
Anti-syndicalisme primaire
Casse-tête chinois en Espagne
anarcho-léninistes ( ?), anarcho-capitalistes (??), anarcho-collabos (!!)
Mort programmée de la distribution de la presse
La lutte de classe c’est ici
Retraités mais pas inactifs
Expulsions - inculpations
14-N : un pas en arrière, trois pas en avant
Eduardo Colombo (1929-2018)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler