Luttes syndicales > Secteur hôtelier : encore une victoire
Luttes syndicales
par Ramón Pino le 28 juin 2019

Secteur hôtelier : encore une victoire

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4102

Oui, encore une victoire des salarié-e-s en grève depuis le 21 mai aux hôtels Campanile et Première Classe du Pont de Suresnes.




Un combat qui s’annonçait long et difficile face à une Direction quelque peu sourde aux demandes du personnel. Rappelons que ces établissements appartiennent au Groupe Louvre Hôtels, 4ème groupe mondial qui affichait en 2017 un chiffre d’affaires de 132 664 100 euros de chiffre d’affaire. Autant dire qu’il y avait largement de quoi satisfaire les justes revendications des salarié-e-s. Un peu plus d’un mois de grève devant les établissements au son des tambours et casserolades ont fait céder la Direction. 2012 avait déjà vu une grève victorieuse des femmes de chambre qui avaient obtenu la fin de la sous-traitance dans les établissements de ce groupe hôtelier (pour mémoire, voir le film « On a grevé »).




Cette fois-ci c’est un ensemble de revendications qui ont été satisfaites : amélioration des conditions de travail, augmentations de salaires et élévation des qualifications, mensualisation des salaires … Concrètement, tous les salarié-e-s à temps plein voient leur qualification rehaussées ce qui se traduit par une augmentation salariale de 50 à 150 euros par mois. Les femmes de chambres qui passent de 30 heures hebdomadaires à 34,75 heures se voient augmentées d’environ 250 euros par mois ; quant aux lingères, elles changent de qualification et de durée de travail, passant à 169 heures par mois (durée légale dans les Hôtels, Cafés, Restaurants), ce qui se traduit pour elles par une augmentation de plus de 500 euros mensuels …
Seule ombre au tableau : le non paiement des jours de grève (plus d’un mois quand même). Inutile de dire qu’un soutien financier ne serait pas du luxe, soutien qui peut être adressé à :

https//ww.lepotcommun.fr/pot/cbed8zn9

Et comme une grève c’est sérieux mais pas triste, les grévistes et leur syndicat (CGT-HPE) pour fêter la fin de ce conflit victorieux ont organisé un repas le 27 juin devant le Campanile où leur lutte s’est poursuivie pendant un mois, histoire de rappeler une fois de plus, que seule la lutte paie.
PAR : Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
UNITÉ OU RAVALEMENT DE FAÇADE
Anti-syndicalisme primaire
Casse-tête chinois en Espagne
anarcho-léninistes ( ?), anarcho-capitalistes (??), anarcho-collabos (!!)
MONOPRIX ST ANTOINE CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE
Mort programmée de la distribution de la presse
La lutte de classe c’est ici
Retraités mais pas inactifs
Expulsions - inculpations
14-N : un pas en arrière, trois pas en avant
Eduardo Colombo (1929-2018)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler