Luttes syndicales > Retraités mais pas inactifs
Luttes syndicales
par Ramón Pino le 21 octobre 2018

Retraités mais pas inactifs



Une fois de plus dans la rue, on a pu voir les retraité-e-s manifester leur colère dans toute la France en ce jeudi 18 octobre. À Paris il y avait bien de 5 à 8000 têtes grises et blanches à battre le pavé (estimation personnelle mais j’ai toujours eu du mal à compter les jambes et diviser par deux !) Quoiqu’il en soit, beaucoup de monde pour défiler à l’appel conjoint de neuf organisations syndicales (CGT, Solidaires, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, FGR, LSR, et UNRPA), c’est-à-dire presque toutes sauf la CFDT (faut pas rêver).




Tract commun pour réaffirmer que non, les retraité-e-s ne sont pas ni des nanti-e-s, ni des privilégié-e-s ; qu’au contraire, les dernières décisions gouvernementales concernant leurs pensions aboutissent à un net recul social, avec l’augmentation du taux de la CSG, avec une revalorisation annuelle des pensions bien inférieure à la hausse du coût de la vie … et une « réforme » à venir qui veut instaurer un système à points prenant en compte, non pas les années d’activité les mieux rémunérées, mais toute la carrière, avec les périodes d’inactivité ou de précarité que peut connaître un travailleur (chômage, mi-temps payés des clopinettes …) et surtout une travailleuse (salaires moindre de 40%, la plus souvent sollicitée pour interrompre son boulot afin d’élever ses enfants …) Avec ce système à points il est évident qu’on se retrouvera avec des pensions bien inférieures à celles (déjà pas lourdes) que l’on touche actuellement.




D’Opéra à République, c’est ce qu’ont dénoncé les manifestants tout au long du parcours où l’on a pu reconnaître nombre de libertaires (FA et autres) dans leurs syndicats respectifs. À noter aussi la présence amicale sur les trottoirs de nombreux membre de Droit au Logement (DAL) venus apporter leur soutien aux manifestant-e-s.
D’autres rendez-vous sont à prévoir pour dire au gouvernement tout le mal que l’on pense de son projet de « réforme » s’inscrivant dans une entreprise de casse sociale généralisée.
La retraite ? Ça n’intéresse pas que les retraité-e-s mais aussi les actifs d’aujourd’hui qui seront les retraité-e-s de demain. Alors partout, tous ensemble contre ce système qui nous oppresse pendant notre vie active et après.



PAR : Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
Mort programmée de la distribution de la presse
La lutte de classe c’est ici
Expulsions - inculpations
14-N : un pas en arrière, trois pas en avant
Eduardo Colombo (1929-2018)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 25 octobre 2018 18:39:53 par alain-yves sieuzac

Je ne pense pas que les défilés aussi importants soient ils fassent reculer ce gouvernement, à l’inverse de ceux qui l’ont précédé. Ils ne tiennent pas compte de la situation de la société, seule le mercantilisme et la comptabilité les intéressent. aussi je suis convaincu que seule une situation insurrectionnelle les fera reculer. Mais les retraités ont ils encore une puissance physique suffisante pour descendre dans la rue et affronter les séides de ce gouvernement, ou alors une partie de ces gendarmes se joindront aux manifestants, ce n’est pas impossible.