Luttes syndicales > Retour sur les grèves et manifestations du 9 octobre 2018 : contexte et mise au point
Luttes syndicales
par Frédéric Pussé le 12 novembre 2018

Retour sur les grèves et manifestations du 9 octobre 2018 : contexte et mise au point



le 9 octobre dernier, ont eu lieu dans toute la France, grèves et manifestations interprofessionnelles et intersyndicales pour dire non aux nouveaux projets gouvernementaux, toujours aussi ignobles .

Depuis sa prise de pouvoir, le gouvernement macroniste, aux ordres du jeune empereur des français Emmanuel 1er, orchestre un véritable façonnage de casse sociale sans précédent.
Les grands acquis sociaux (Code du travail, services publics, protections sociales, libertés publiques…), toujours conquis dans la douleur je le rappelle, se retrouvent, un par un, anéantis, au plus grand plaisir du Medef, qui en coulisse se frotte les mains d’une telle collaboration de laquelle il doit lui-même s’étonner. Successivement, Laurence, Pierre et Geoffroy en avaient rêvée, Emmanuel l’a fait ! D’autant que la plupart des principaux syndicats peinent à se rassembler et à réellement faire front face aux attaques gouvernementales et patronales. Pire même, certains d’entre eux proposent carrément une collaboration avec le Medef, en expliquant sans honte aux travailleuses/travailleurs que le dialogue social est une source de progrès !!? Ben tant que vous y êtes, expliquez leur aussi que le libéralisme et le productivisme ne leur apporte que joie et bonheur ! Attention là : à force de trop s’éloigner du noir et du rouge, on arrive vers le jaune ou vers le bleu (marine) !!

Les offensives antisociales ne se négocient pas ! Elles se combattent !!

Ces luttes et résistances, attirant de plus en plus de gens d’horizons différents, s’organisent et croissent au rythme des coups portés par LE CHEF de l’État et sa clique de suiveuses/suiveurs et de renifleuses/renifleurs de derrières. C’est pourquoi, le gouvernement et le patronat, criminalisent ces luttes et résistances et coordonnent une répression policière, judiciaire et disciplinaire jamais vue encore sous la Vème République.

Les partis d’opposition ne seront d’ailleurs pas plus en mesure d’apporter au peuple son salut car ils ne comptent en rien changer de système et de paradigme.

La Fédération Anarchiste, évidemment opposée au libéralisme, au productivisme et à l’étatisme, ne s’étonne pas de cette accélération des injustices sociales puisqu’elle n’ait que la conséquence de ces trois tares creusant un fossé de plus en plus profond entre les riches, toujours plus riches, et les pauvres, non seulement toujours plus pauvres, mais aussi toujours plus nombreuses/eux. C’est par conséquent un projet de société radicalement différent que propose notre organisation, le fédéralisme libertaire : gestion directe, participation de tous, entraide, solidarité, autonomie…
Et c’est bien pour offrir une visibilité à ce projet, il me semble, mais aussi, plus généralement, à nos idées, que nous, anarchistes et libertaires, membres d’une organisation ou pas, participons aux manifestations, la plupart du temps aux côtés d’entités diverses (Partis politiques, syndicats, coordinations, associations, collectifs...) avec lesquelles nous avons des divergences parfois criantes. De plus, il me semble encore, qu’il ne nous est pas nécessaire de cautionner toutes les politiques prônées par ces entités ou de se trouver en accord avec leurs actions pour profiter d’un rassemblement populaire afin de nous faire entendre et d’être ainsi en mesure de pouvoir peser dans le débat.

Pour nous, anarchistes et libertaires, il ne s’agit pas seulement de lever le peuple contre ce gouvernement (ou un autre d’ailleurs), aussi abominable soit-il. Ça, d’autres le font déjà. Mais il nous importe plutôt de le dresser contre ce système inique qu’on nous impose, de le défaire de l’électoralisme et de l’amener vers nous et nos idées. C’est bien pour ces raisons, du moins, je le crois, que nous participons, autant que faire se peut, à ses manifestations éclectiques. Plus nous serons visibles et plus, j’en suis persuadé, nous serons toujours plus nombreu.ses.x à tendre le vers l’anarchisme et à œuvrer pour l’avènement d’une société égalitaire et libertaire, la plus étendue possible.

Frédéric Pussé,
Groupe de Metz de la Fédération Anarchiste
PAR : Frédéric Pussé
groupe de Metz
SES ARTICLES RÉCENTS :
Travaille, consomme et tais-toi ! Triptyque de la servilité volontaire
Compte rendu de la manifestation du 9 octobre 2018 à Metz
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler