Nouvelles internationales > Casse-tête chinois en Espagne
Nouvelles internationales
par Ramón Pino le 29 avril 2019

Casse-tête chinois en Espagne

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4009

Dimanche 28 avril : le résultat des élections législatives redessine le paysage politique en Espagne. À noter tout d’abord une forte augmentation du taux de participation à ces élections : près de 76%. Augmentation qui semble avoir surtout bénéficié aux partis indépendantistes catalans et basques. Pour le reste, le PSOE (socialistes) sort vainqueur des urnes mais sans majorité absolue (123 députés aux Cortès quand la majorité est de 176). Le PP (droite) avec 66 députés, se prend une claque historique en perdant la moitié de ses représentants, plombé qu’il était par toutes ses casseroles aux cul accumulées par des années de corruption éhontée. Cs (Ciudadanos, centre droit) grimpe et talonne le PP avec 57 députés ; UP (Unidas Podemos) perd en audience, miné par des querelles internes, et se contente de 42 représentants (des Indignés à la politique politicienne, la pente est savonneuse). Quant à Vox, récent parti d’extrême droite, deux choses à retenir : certains de leur partisans n’hésitaient pas à leur prédire 70 % de votes, les sondages leur donnaient 12 à 15%, finalement ça sera 10%, donc désappointement chez nombre de ces nouveaux faschos. Par contre ,10 % ça leur permet d’envoyer au Parlement (Cortès) 24 députés et de perturber le jeu politique espagnol.





Casse-tête chinois chez les Ibères :

On récapitule :
Majorité absolue : 176 sièges
Si les socialistes (PSOE) s’allient avec Unidas Podemos (UP) ils obtiennent 165 votes aux Cortès : insuffisant.
S’ils s’allient à UP et à des partis non-indépendantistes ils arrivent à 175 (on y est presque mais toujours pas de majorité pour faire passer leurs lois).
Plus compliqué maintenant : les mêmes plus des indépendantistes : 199 sièges. La majorité est atteinte mais comment unir indépendantistes et non-indépendantistes ? La quadrature du cercle est à découvrir.
Plus simple : Le PSOE s’allie avec le centre-droit (Ciudadanos), qui n’est jamais qu’une droite relookée. Bingo : 180 voix. Socialistes et droite (même qualifiée de centre-droit) ensemble ? Impossible ? Les socialistes de partout et d’ailleurs nous ont maintes fois prouvé qu’ils étaient prêts à tout, du moment que ça leur permettait de rester aux commandes du pays.
À droite, les tractations vont également commencer en coulisses : une alliance PP+Cs+Vox donnerait quand même 147 voix, insuffisant pour imposer leurs idées, mais ils les exposeront quand même notamment avec Vox qui a déjà inscrit à son programme les suppressions des lois sur la Mémoire historique, la Violence de genre, et l’IVG.
Reste la position des indépendantistes catalans qui varient au gré des accords qu’ils réussissent à obtenir avec l’État central.
Et pour arranger le tout, dans un mois ce sont les élections municipales. Les résultats à Barcelone et Madrid nous éclaireront mieux ? Rien n’est moins sûr.
Et en bas, tout en bas loin des Cortès, les salariés des services publics comme l’éducation et la santé continuent de manifester et de grêver, les femmes de manifester aussi contre les violences machistes, les locataires non solvables continuent d’être expulsés à tout va, les travailleurs du privé d’être de plus en plus exploités, les étudiants diplômés de s’exiler à l’étranger pour trouver du boulot, les … On arrête là. Pendant que le jeu électoral se poursuit, les exploités n’en finissent pas de subir les dérèglements du capitalisme. Jusqu’à quand ?

Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
PAR : Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
SOUS-TRAITANCE = MALTRAITANCE
Hôtel IBIS en grève
Secteur hôtelier : encore une victoire
UNITÉ OU RAVALEMENT DE FAÇADE
Anti-syndicalisme primaire
anarcho-léninistes ( ?), anarcho-capitalistes (??), anarcho-collabos (!!)
MONOPRIX ST ANTOINE CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE
Mort programmée de la distribution de la presse
La lutte de classe c’est ici
Retraités mais pas inactifs
Expulsions - inculpations
14-N : un pas en arrière, trois pas en avant
Eduardo Colombo (1929-2018)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler