Dans un sale État > « Maître de l’opportunité des poursuites » Bref voyage au pays de la justice bourgeoise
Dans un sale État
par Jean-Marc Raynaud le 15 février 2021

« Maître de l’opportunité des poursuites » Bref voyage au pays de la justice bourgeoise

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5450

Le 15 octobre 2020, à Perpignan, était jugé, pour des faits remontant à 2016, un militant faucheur volontaire d’un champ de tournesols destinés à produire des semances tolérant les herbicides par mutagénèse. Ça s’est bien terminé. Relaxe, ça arrive parfois. Tant mieux, donc, mais là n’est pas le problème.

Là n’est pas le problème

Sur les 150 personnes ayant fauché ces tournesols, 52 ont reconnu avoir été acteurs du fauchage et ont demandé à être jugés pour ce délit. Incroyable ! Des coupables demandant à être jugés ça n’arrive pas tous les jours. Et bé, encore plus incroyable, le procureur a refusé de les poursuivre et n’a jeté sa vindicte que sur une seule personne. Pourquoi cette personne et pas une autre ? Et pourquoi refuser de poursuivre des délinquants qui se dénoncent et demandent à être jugés ?

Maître de l’opportunité des poursuites

Réponse du procureur : « Je suis maître de l’opportunité des poursuites ». Au royaume d’une « république » dont on ne cesse de nous rabattre les oreilles avec ses valeurs sacrées dont l’égalité des citoyens devant la LOI, cela sonne bizarre. Ainsi, donc, selon la seule volonté d’un procureur soi-disant de la République, il y aurait des coupables méritant d’être poursuivis et d’autres, non ! Mais c’est qui ce zigomar qui s’affiche ouvertement maître de traîner au tribunal certains coupables et pas d’autres ?

C’est quoi un procureur de la « république » ?





Le citoyen lambda pense que la justice se résume à des juges dont le boulot consiste à juger TOUS les méchants. Il croit, donc, dur comme fer à la JUSTICE et au DROIT. C’est beau comme du Rimbaud. Sauf que la réalité est tout autre. Les juges (la magistrature assise) qui bénéficient d’une petite indépendance ne peuvent, en effet, juger que les affaires que les procureurs (la magistrature couchée, si bien nommée), nommés par le gouvernement (tiens, tiens), décident de leur confier. En clair les juges sont soumis au bon vouloir de fonctionnaires aux ordres qui seuls décident de qui doit ou non être jugé. Ce qui explique qu’il y a davantage de voleurs de poules que de patrons, de policiers ou de politiciens qui sont traînés en justice.
Bizarrement, ou plus exactement en toute logique, les grandes gueules des médias aux ordres ne dénoncent jamais cette insulte aux valeurs de la République, dont l’égalité des citoyens devant la loi, que représente le pouvoir des procureurs de décider de l’opportunité ou non des poursuites.

Mais pourquoi tout cela ?

Dans le cas présent, nous dira-t-on, s’il avait fallu juger 52 personnes, il eut fallu agrandir le tribunal. Et alors ! Sur la base de ce genre d’argument, pourquoi ne pas remettre à plus tard, après un agrandissement du tribunal, le jugement de TOUS les coupables ?
Mais, si on devait juger tous les coupables d’une manifestation ayant un tant soit peu pris quelques libertés avec la loi, ou simplement quelques milliers de participants à cette manifestation reconnaissant être coupables et demandant à être jugés au même titre que quelques têtes de turcs ne revenant pas à la police ou à Mr le procureur (n’oublions pas les procureures.ndlr), cela ne signifierait rien d’autre qu’une véritable égalité des citoyens devant la Loi. Et ça, ce serait une bombe ! La fin de l’hypocrisie mensongère qui fonde la justice bourgeoise, dure aux gueux et indulgente aux puissants.
On l’aura compris, cette insulte à l’égalité républicaine des citoyens devant la loi qui s’incarne dans la « maîtrise de l’opportunité des poursuites », confiée à un fonctionnaire subalterne aux ordres du pouvoir, n’a qu’un but. Un but politique. Empêcher l’expression d’une désobéissance civile massive et non violente.

Alors que faire ?

À l’évidence multiplier des demandes d’inculpations volontaires collectives. Les exiger par voie judiciaire, médiatiques… Passer à l’action directe en allant s’enchaîner massivement et systématiquement aux grilles des tribunaux. Utiliser à fond les réseaux sociaux. Inviter les médias du reste du monde. Les russes, les chinois, les hongrois… se feront un plaisir de venir. Organiser systématiquement des manifs non violentes en cas de refus du procureur d’inculper des coupables demandant à être jugés. Harceler les partis et organisations « progressistes » pour qu’ils nous soutiennent et nous rejoignent derrière un mot d’ordre unitaire : « Indépendance du parquet. Tous égaux devant la loi ».
Il suffit de pleurnicher et de se plaindre de l’injustice de la justice bourgeoise. La JUSTICE comme la LIBERTÉ ou l’ÉGALITÉ ne se quémande pas aux maîtres du monde. Elle se gagne. Par la révolte. Et par l’élaboration, en théorie et en actes, de ce qu’il devrait en être d’une véritable justice. Cela s’appelle s’inscrire dans un processus révolutionnaire !
Un processus révolutionnaire ? Mais le gouvernement, le patronat et les syndicats ne marcheront jamais là dedans.

Étonnant, non !


Jean-Marc Raynaud
PAR : Jean-Marc Raynaud
SES ARTICLES RÉCENTS :
La vie, la mort, l’amour
Crise de foi. Si même l’Église catholique ne croit plus en Dieu… !
Crise de foi. Tout fout le camp !
Faits d’hiver. Un nouveau virus chez les gendarmes, Les procureurs et les juges… La connerie !
Faits de grand hiver. Chaud devant !
Faits de printemps : Tue ton patron !
Faits d’hiver : Là où tous puent… Un seul sent à peine mauvais !
Faits d’hiver : Sauver la République ?
Faits d’hiver : De l’instruction à domicile
Crise de foi : Fake news
Faits d’hiver : Confinement et santé publique !
Faits d’hiver. Affreux, sales et méchants… Et cons !
Du non intérêt de construire le communisme libertaire …dans un cimetière !
Faits d’été : Un métier non essentiel !
Faits d’été : Je suis athée… Dieu merci !
Au pays du sophisme déconcertant
Faits d’hiver : Des gens d’armes et des gens !
Faits d’hiver : Désobéissance civile
Faits d’hiver : 17 octobre 1961… 17 octobre 2020. Tout un symbole !
Par delà le bien et le mal !
De la servilité judiciaire… Et de la lâchitude politique
Faits d’été : Arrêtez de toujours nous dire merci !
Faits d’hiver : Et maintenant écoutons !
Faits d’hiver : Mort sans ordonnance !
Faits d’hiver : 122 ans de prison !
Faits d’hiver : De la présomption d’innocence à géométrie variable !
Crise de Foi : Laissez venir à moi les petits enfants !
Faits d’hiver : De la « légitime défense » !
Faits d’hiver : Détresses respiratoires
Crise de foi. Un manque à gagner de 70% pour l’Église
Faits d’hiver : De la liberté d’expression Sous… le Macronavirus !
Faits d’hiver : Toujours demander à parler… Au chef !
Faits d’hiver : Pour enrayer l’épidémie Une seule solution
Faits de grand hiver : Chiens policiers un jour… Chiens policiers toujours !
Faits d’été : Quand les blacks blocs offrent leurs masques… Aux hôpitaux !
Faits d’hiver : Le confinement va être terrible !
Radio Paris ment. Radio Paris est allemand !
Quand des policiers détournent les armes… Des terroristes !
Faits d’hiver : Quand la France refusait de vendre des armes à … !
Avant-garde, lutte armée et processus de paix !
Cent mille coups d’épingle tuent plus sûrement… Qu’un coup de massue !
Faits d’hiver
God save Notre Dame
Une mandoline pour Pierre
Bref voyage au pays de la « justice » déconcertante !
Faits d’hiver : "Selon que tu seras... !"
Île d’Oléron, ni Dieu, ni maître, ni McDo
Actes de colloques sur la Grande Guerre
D’un municipalisme libertaire sans étiquette mais avec une réalité avoisinante!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler