Antisexisme > Virus féministe contre le virus sexiste et capitaliste
Antisexisme
par Hélène Hernandez le 8 mars 2021

Virus féministe contre le virus sexiste et capitaliste

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5502

A Paris, deux événements pour affirmer que les femmes sont dans la rue, qu’elles ont des milliers de raisons pour manifester et crier haut et fort leur colère. Un rassemblement sur la Place de la République le dimanche 7 mars et une manifestation le lundi 8 mars, de Port-Royal à République, jour de grève à l’appel des féministes et des syndicalistes regroupés dans le collectif On arrête Toutes.

La crise sanitaire a mis en lumière le rôle fondamental des femmes dans la société mais les premières de corvée ne sont toujours pas reconnues, notamment par des salaires et des carrières revalorisés. Les femmes restent parmi les plus touchées par la pauvreté et la précarité, effets de la crise économique et sociale engendrée par la COVID et par les politiques gouvernementales. L’augmentation des violences au sein du couple en période de confinement et tout récemment les témoignages concernant l’inceste et les violences sexistes et sexuelles appellent à une mobilisation générale de la société pour qu’enfin les victimes soient écoutées et entendues ! Mais force est de constater que les dénis de justice s’accumulent et qu’il a fallu que des milliers de témoignages affluent après la parution du livre de Camille Kouchner pour qu’une loi fixant un seuil d’âge pour le « consentement » soit proposée. Mais Julie, violée à 13 ans par vingt pompiers, serait consentante selon le Tribunal !



Concernant l’avortement, l’obstruction de parlementaires réactionnaires a fait échouer la proposition de loi d’allongement des délais, de suppression de la clause de conscience spécifique (double clause) et permettant aux sages-femmes de pratiquer une IVG instrumentale.

Ce 7 mars, le rassemblement se confondait avec les collectifs algériens et tunisiens qui manifestent tous les dimanches sur la Place de la République. Mais élément à souligner, la présence massive des femmes algériennes et tunisiennes se mêlant au rassemblement féministe si bien que la place était couverte de toutes les couleurs : le violet, bien sûr, mais aussi le vert et le rouge, affirmation donc de la solidarité avec les femmes du monde entier. A la tribune, après des chants féministes et antimilitaristes, les prises de paroles ont dénoncé les violences et les discriminations : notamment la maman de Julie en guerre contre les pompiers qui ont violé sa fille, les femmes de chambre de l’Ibis Batignolles en grève depuis 19 mois,



le collectif contre les violences obstétricales et médicales,



les lesbiennes de CQFD contre la lesbophobie, les sans-papières et migrantes pourchassées, etc. Noémie Delattre, comédienne, les Attentives, dans un spectacle féministe, les Femen,



se sont intercalées, chacune à leur manière, pour crier leur colère. Les Femen ont ainsi lancé une Alerte violette.





Et cela, avant ce 8 mars, avant la grève féministe à l’appel de On arrête Toutes. Grève féministe qui touche à tous les domaines où les femmes sont reléguées à un rôle subalterne, opprimées, exploitées, violentées, invisibilisées : travail salarié mais aussi violences, vie politique, travail domestique, expression artistique et culturelle, etc.

Hélène Hernandez
PAR : Hélène Hernandez
Groupe Pierre Besnard
SES ARTICLES RÉCENTS :
Le manifeste des 343 a 50 ans.
Argentine : Aborto legal ya !
Partage de la contraception
Solidarité avec les femmes Polonaises ! Czarny Protest !
Marches des solidarités, Paris le 17 octobre
Violences de genre en explosion
Confinement : violences conjugales en hausse
Le corps des femmes
Sarah Haidar, féministe et anarchiste !
La peste brune contre les femmes
Le non-Grenelle contre les violences conjugales
La mort de Camus
#Female Pleasure
Inventons, résistons, chantons 3ème CD des Chorâleuses
Femmes en exil. Les réfugiées espagnoles en France 1939-1942
Quand je veux, si je veux !
Le prix du ringard 2019
Dix petites anarchistes
Le procès d’Hélène Brion en 1918
Violences sexuelles au travail, le gouvernement contre l’AVFT !
C’est toute l’année qu’il faut lutter !
Berta Càceres, Presente !
Celles de 14
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 11 mars 2021 09:40:26 par Luisa

Quelle indécence ce rapport continuellement victimaire aux Autres !
Lorsque le lynchage et l’outrance sont la norme, les personnes et les faits ne sont plus respectés :
ambulanciers, brancardiers, infirmiers, aides-soignants, fossoyeurs, éboueurs, agents d’entretien, agents des pompes funèbres, caissiers, manutentionnaires, livreurs, employés de voirie, etc ... ils ont été touchés eux aussi !!
Votre intolérance, à entendre, à regarder, à voir, ce qui vous gêne , n’a rien à voir avec l’actualité sociale. Le lynchage et l’outrance n’effaceront jamais que la chair à canon et la chair à patrons sont la même chair.
Votre volonté d’éclipser, d’occulter une Histoire qui , hier comme aujourd’hui, relègue les hommes à ne figurer que sur les monuments aux morts et dans les rapports et statistiques d’accidents et risques professionnels, et maladies professionnelles, est une violence insupportable qui interroge sur votre perception du réel ( ... ).
« La crise sanitaire a mis en lumière le rôle fondamental des femmes » ET des hommes exploités eux aussi !!
Combattre les hommes parce qu’ils sont des hommes n’a rien à voir avec la lutte anticapitaliste

2

le 11 mars 2021 12:23:44 par Luisa

Et enfin, Gardez-vous d’exclure les hommes des luttes sociales, sauf évidemment, si vous voulez conquérir le pouvoir !