Les articles du ML papier > Obso, l’essence du capitalisme
Les articles du ML papier
par Bernard le 11 mars 2019

Obso, l’essence du capitalisme

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=3914

article extrait du Monde libertaire n°1803 de février 2019
En 1901, le hangar des pompiers de Livermore (Californie) fut doté d’une ampoule électrique au bout d’un fil. L’ampoule à filament incandescent n’avait été breveté par Thomas Edison que 22 ans plus tôt.

Edison fut aussi à l’origine d’une autre invention tristement célèbre, la chaise électrique utilisant du courant alternatif, et ceci dans l’unique but de prouver que le courant alternatif – découvert par son grand rival Nikola Tesla - peut être utilisé pour tuer alors que le courant continu - développé par la « Edison Electric Light Company » - est sans risque pour ses utilisateurs…

« Nous devons faire passer l’Amérique d’une culture du besoin à une culture du désir. Il faut apprendre aux gens à vouloir un nouvel objet avant que l’ancien n’ait fait son temps »

Revenons à notre ampoule de Livermore : Depuis 1901, date de sa mise en service, elle est allumée sans discontinuer hormis quelques arrêts dus à des pannes d’alimentation. Son secret : « « l’ampoule est restée vivante toutes ces années car ceux qui l’ont fabriquée lui ont donné une étanchéité parfaite, empêchant l’air d’entrer dans l’ampoule et de désintégrer le filament de carbone. L’ampoule opère donc dans le vide et ne chauffe pas. Voilà le secret » dixit Tom Bramell, le pompier à la retraite qui veille sur la célébrité de la caserne.




N’étant ni californien ni pompier à la retraite, je n’ai pu qu’observer des ampoules à incandescence tristement « mortelles », pourquoi ?
L’ampoule de tous les records a donc un filament de carbone de la même épaisseur que les filaments de tungstène des ampoules « périssables » qui lui succédèrent. Du dépôt du brevet jusqu’au milieu des années 20, les fabricants devaient répondre à un besoin : doter le plus de foyers possibles de l’éclairage électrique. Gros marché, gros profits…
1924, les ampoules très résistantes éclairent maintenant la quasi-totalité des clients potentiels, comment relancer la production ? En baissant la qualité des ampoules…
Le 23 décembre, les représentants hollandais de Philips, leurs homologues français de la Compagnie des Lampes, allemands de Osram, étasuniens de General Electric se rencontrent en Suisse, fondent le cartel Phoebus pour ce que l’on pourrait considérer comme le premier complot économique mondial de l’histoire : comme la grande durée de vie des ampoules menaçaient le chiffre d’affaire de ces requins, ils décidèrent de la réduire de moitié donc de ne plus réfléchir à l’amélioration de leurs produits mais à leur dégradation. Exit le carbone, bonjour le tungstène. On peut donc dire que le cartel Phoebus venait de lancer l’obsolescence programmée.

Il va de soi que cette naissance fut saluée, applaudie par les principaux économistes du monde capitaliste. Paul Mazur, un partenaire de Lehman Brothers, a même qualifié l’obsolescence programmée de « nouveau dieu » des affaires étasuniennes. Il avait alors écrit : "Nous devons faire passer l’Amérique d’une culture du besoin à une culture du désir. Il faut apprendre aux gens à vouloir un nouvel objet avant que l’ancien n’ait fait son temps".

On appela ce « nouveau dieu » à la rescousse – in gold we trust ! – pour lutter contre la Grande dépression. Étonnamment, ce modèle ne s’est pas arrêté avec la fin de la dépression mais est devenu la base de toute l’économie de marché moderne…

« Il faut apprendre aux gens à vouloir un nouvel objet » … sinon ils devront se passer du travail procuré par la réalisation de ce nouvel objet. Vaste chantage : « Si tu n’achètes pas cet objet que tu as fabriqué en laissant une bonne partie de ta sueur se transformer en dividendes alors traverse la rue et va pointer au chômage. » L’obsolescence programmée a donc encore de beaux jours devant elle.

Même si une loi, la Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte lui déclare la guerre : « I. L’obsolescence programmée se définit par l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement. II. L’obsolescence programmée est punie d’une peine de deux ans d’emprisonnement et de 300 000 € d’amende.
III. Le montant de l’amende peut être porté, de manière proportionnée aux avantages tirés du manquement, à 5 % du chiffre d’affaires moyen annuel, calculé sur les trois derniers chiffres d’affaires annuels connus à la date des faits. »


Même si des grandes marques – Apple, Samsung, Canon, Espon…- sont attaquées en justice par des associations de consommateurs.
Il restera dans la tête de qui travaille pour « gagner sa vie » dans cette société capitaliste que sans obsolescence moins de production, moins de production moins de travail, moins de travail…

Il reste bien une solution ou plutôt la solution : l’obsolescence programmée à très court terme de cette société capitaliste et de sa drogue dure qu’est le salariat...
PAR : Bernard
groupe d’Aubenas
SES ARTICLES RÉCENTS :
Homard m’a tuer
Chansons...
Que le coupable se dénonce ou alors je punis toute la classe !
la reculade
Maréchal, nous voilà...
La réponse qui tue
Résistance pacifique
Les enfoirés du Pirée.
Pour défendre le plombier polonais
Terrorisme légal
Et le Valls a mis le temps...
No comment !
Méfiance
Un réfugié parmi tant d’autres : Le caricaturiste bielorusse Denis Lopatin.
Et une [MA]c[R]onnerie de plus !
Vox populi...
Notre père qui êtes odieux.
Goaaaaal !
Actualité brûlante
Champagne !
Le coupable, c’est 68 !
Tartarin à la récré
Sévice national à l’horizon !
Des paroles, des paroles, des paroles...
stupeur
bruit de vieilles bottes
froid dans le dos
Le Pandraud le l’année
Crosse en l’air !
Tri sélectif des données d’une info...
Castaner : de "castanea", châtaigne
Et avec ça, 3 "pater" et 2 "avé"...
Regardez-les passer...
Big brother is listening you
Les gilets jeunes ?
l’ajustice a encore cogné !
Comme un air de déjà vu
C’est lui qui a commencé
les accros au LBD.
Sur les traces de Ptolémée Macron *
Elle s’appelait Zineb Redouane. Elle avait 80 ans.
Non mais, qui c’est qui commande !
Hausser le thon...
En direct du direct
"I have a dream"
Quand on voit ce qui se passe ailleurs...
appel à ordure
Et ça continue...
Espèce de bachibouzouk
Le Père-Noël est une ordure
Donne-moi ta montre et je te donnerai l’heure
La connitude, ça dégouline...
Y a dix ans, un meurtre
"Zéro de conduite"
Meurtre à Marseille
il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les éprouvettes
Mad Donald
Y a pas que la banquise qui va fondre...
Electrons, piège à cons
Le salariat, père de tous les vices
Mais on n’apprend pas à un porc à cesser de se gaver. Tant qu’on remet de l’or dans son écuelle d’acier.
Seymourite aigüe
Les sages de La Haye...
Le retour de Bob l’éponge
Message de Colomb aux fachos lyonnais ?
Les coups et les douleurs
BURE
11 novembre à Joyeuse (07)
80 ans, toujours debout...
péripatéticienne de patronyme du père tout puissant !
C’est moi Le Maire, c’est toi Rugy. C’est moi le méchant, c’est toi le gentil...
vade retro, loi de 1905 !
ah, ah ,ah, ah, Pétain de toi !
Un gendarme au lycée
Expulsée
Départ vers le passé
Tristesse et colère
cherchez le militaire
Mon oncle un fameux bricoleur
C’est Bysance !
Quand passent les faisans
Fuel legal racket
La retraite sent le roussi
Kanaky, année zéro ?
Proposition de loi LR contre les black blocs adoptée au sénat
On nous ment !
Fidel à lui-même
Caché ce mot que je ne saurais croire
mort d’un journaliste
insoumis, soumets-toi !
Fo pas exagérer !
Fausse joie
"Oh, pétard !"
FO ce qui FO
Une valse à quatre sortants, comme c’est charmant, une valse à quatre sortants...
les brèves. "Ze retour"
Hidalgo parle de toits
Réquisition d’une maison pour loger les personnes sans-toit
à l’extrème droite, sur la photo de famille...
La mac(r)onnerie du jour
казакһстан
L’habit ne fait pas le moine
Happy Good Year ?
Flamanville, de la fuite dans les idées.
Collomb, top gone ?
La mémoire qui flanche
Beurk !
balle dans le pied
Laissez venir à moi...
Lasso de plomb
Bonne récupération
allez, vole petit zoziau !
Maîtresse, il m’a traîté !
Tu me prêtes ta femme ?
Quand le Collomb roucoule
Pour les Collombophiles
Les Consigny ça osent tout
Budget
Le temps de prendre l’air
Campion l’immonde
Le juste prix
hommes en blanc...
C’est le tango des bouchers de la Villette
Fake macronnesque
Pas fake
Fermez des écoles, vous ouvrirez des prisons !
Nuit à l’Assemblée
info incomplète
Ni Depardieu ni maître
LREM lave plus blanc
fausse joie
"je vois ! "
Corées graphies
A table
Fallait y penser avant !
ein BZV
verdict
C3H8NO5P
le vrai verdict
no fake
fake
une ex "prisonnière ultra médiatisée" favorable à l’emprisonnement de 2 journalistes d’investigation
Débranche !
Affaire Maurice Audin
Foutage de gueule
Le palais est trop bon avec les pauvres
Casse-toi Le Pen !
Manu 1er, petit frère des pauvres...
descente infernale
ça c’est rapé !
On leur fera payer l’addition
ça gaze !
Attaque sur la ZAD alsacienne
Un château en Suède
Déluge de bombes amorcé en Syrie
La musique qui marche au pas...
T’ar ton handicap à la récré
nedlagd ! *
les temps changent...
On s’en fout
De quoi se réjouir
Répression ou représailles ?
Brésil, campagne électorale à couteaux tirés
Dialogue social plombé en Irak
Non à l’Europe, oui à son fric
ça chauffe pour lui
Trump pas content
Décision historique
Naufragé.e.s
"Vénus noire", quel mec !
Libre choix ?
Re(ma)niement ministériel
Le permis de chasse, ça coûte un bras !
T’ar ta gueule à la mi-temps !
Le tri des ordures
l’Homme, nombril de l’univers ou trouduc intergalactique ?
L’anarchie, une amie de cinquante ans
Toujours plus haut
victimes
Louis l’anARTIste
En avant, marche !
Les habits neufs du châtelain
La propriété c’est le bol
pas la frite
on the road again
Comme un sale goût dans la tronche
Autour d’une pizza
Repas gaché
le fugitif
Ogres de barbarie
Caumare
La musique qui marche au pas...
Fermez des écoles, vous ouvrirez des prisons
Marée bleue sur la ZAD
comme une journée sans pain
49.3 nuances de gré
Choisis ton camp, camarade !
Bébert le bousier
l’argent n’a pas d’honneur
"Ecce homo ! "
Education Nationale : une porte ouverte sur l’Armée
État de terrorisme
Terrorisme d’Etat
L’noisavé
Alors, rat... compte !
Révoltée !
C’est pour ton bien
Usine d’aliénés
Prédateur Social
Fourrière pour tous
Maudits codes-barres
Troisième démarque
11 novembre 2015, intervention à Joyeuse (Thème « exodes »)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler