Antisexisme > Le prix du ringard 2019
Antisexisme
par Hélène Hernandez le 8 mars 2019

Le prix du ringard 2019

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=3906



À l’occasion du 8 mars, les Chiennes de garde décernent le prix du Ringard de l’année à l’auteur de la déclaration publique la plus sexiste de 2018. Le Prix du Ringard de l’année 2018 est décerné à Bruno QUESTEL, député LREM de l’Eure qui s’inquiétait de candidatures féminines au perchoir de l’Assemblée nationale. Pour l’association, « les Roquets du Ringard sont » : Luc Ferry, ancien ministre de l’éducation qui a minimisé le crime de viol en reportant la culpabilité sur les femmes, et Robin REDA, député LR qui a ironisé à l’encontre de la présidente de l’Assemblée Nationale Yaël BRAUN-PIVET(LREM) : « Merci pour ces rappels au règlement quasi maternels (…) Je dis ça parce que vous pourriez être ma mère. » Notons que fin septembre 2019, les Chiennes de garde remettront le Prix du Super-ringard à l’auteur de la phrase élue comme la plus sexiste des dix dernières années, à l’occasion de la célébration de leurs vingt ans.

Quelques florilèges :
• 16 octobre 2018 – Le Figaro « Le buzz TV » : « Une femme qui commente le foot masculin, je suis contre… C’est parce que le timbre de voix ne fonctionnerait pas, dans une action de folie elle va monter dans les aigües », Denis Balbir, journaliste sportif
• 6 mars 2018 – Paris Première « La Revue de presse » : « Parce qu’aujourd’hui, tu n’as plus le droit d’avoir la moindre sensation devant une femme, sinon tu risques d’aller en taule, une dénonciation », Jean Lassalle, député
• Thibault Estadieu, maire de La Salvetat-sur-Agout (Hérault), qui a posté sur Facebook, le 20 mars 2017, à propos d’Audrey Crespo-Mara : « Pouffiasse de présentatrice de TF1 à l’allure de cagole (…) n’a qu’à aller se prostituer ailleurs. »
• François Rochebloine, candidat dans la 3e circonscription de la Loire, qui le 17 juin 2017 a dit, à propos de Valéria Faure-Muntian, élue députée le lendemain : « Le problème c’est sa compétence, même si elle a l’air très agréable. Je ne pense pas qu’elle aura le temps de faire sa lessive et d’emmener ses enfants à l’école… » (France Bleu Loire)
• Philippe Fasan, adjoint au maire de Montauban (Tarn-et-Garonne) qui a posté sur Facebook le 13 octobre 2017 : « En chaque femme, il y a quelque chose de bien mais je dois l’introduire moi-même. »

Depuis 1999, les Chiennes de garde défendent la dignité des femmes en dénonçant les violences symboliques (mots et images) contre les femmes dans l’espace public.

Hélène Hernandez
Groupe Pierre Besnard

http://www.chiennesdegarde.com/
PAR : Hélène Hernandez
Groupe Pierre Besnard
SES ARTICLES RÉCENTS :
La peste brune contre les femmes
Le non-Grenelle contre les violences conjugales
La mort de Camus
#Female Pleasure
Inventons, résistons, chantons 3ème CD des Chorâleuses
Femmes en exil. Les réfugiées espagnoles en France 1939-1942
Quand je veux, si je veux !
Dix petites anarchistes
Le procès d’Hélène Brion en 1918
Violences sexuelles au travail, le gouvernement contre l’AVFT !
C’est toute l’année qu’il faut lutter !
Berta Càceres, Presente !
Celles de 14
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler