Les articles du ML papier > Île d’Oléron, ni Dieu, ni maître, ni McDo
Les articles du ML papier
par Jean-Marc Raynaud le 13 juillet 2018

Île d’Oléron, ni Dieu, ni maître, ni McDo

Article extrait du « Monde libertaire » n° 1793 de mars 2018
Toi qui es jeune et moderne, va sur le site de Sud-Ouest. La Pravda locale. Tu y verras deux pages sur Dolus-d’Oléron. C’est à propos d’une conférence de presse médiatisée ce jour à Paris au niveau international. Grégory, dit Greg, maire de Dolus-d’Oléron y présente son projet de mise en place dans sa commune (3 500 habitants) d’un MacDol (« dol » pour Dolus) et d’un marché communal de produits bio et locaux. Pour mémoire, Greg (40 ans) est connu au niveau international pour être l’initiateur de Roule ma frite (il récupère les huiles des restos, les recycle et les intègre au carburant diesel. Et ça marche à donf !

Lors des dernières municipales, son élection fut un séisme à Oléron. Il avait deux mesures phares : interdiction de l’implantation d’un McDo à Dolus et création d’une mutuelle communale pour les plus démunis. À Oléron, on vote traditionnellement au centre, donc à droite modérée. Donc, aucune chance avec un tel programme. Sauf que, il est passé au premier tour, élu avec 65 % des voix. Pourquoi ? Parce que les jeunes qui ne votent jamais sont allés voter en masse. Les vieux cons habituels n’ont toujours rien compris au film. Première mesure, refus de signer le permis de construire pour McDo. Procès. Le tribunal administratif de Poitiers a donné raison à McDonald’s et l’a condamné à une astreinte de 300 euros par jour tant qu’il n’aurait pas signé. Appel. En attendant, il faut payer. Tous les élus ont mis leurs émoluments dans une caisse commune. Un financement participatif a été mis en place. Et ça marche.

Mieux, Greg, sur notre sollicitation, a inauguré il y a quelques mois la plantation d’un chêne en souvenir du bombardement de Guernica. Notre camarade basque Térecha a fait un discours en basque (traduit). Sur le chêne figure le drapeau basque. Mieux, encore, lors du dernier 11 novembre, Greg a fait un discours relatif aux mutineries de 17. Les anciens combattants ont frôlé la crise cardiaque, se sont barrés, et sont revenus pour chanter La Marseillaise. Mieux encore, Greg a accepté que notre initiative de créer une « assoce 1901 » pour que le monument aux morts pacifiste de Dolus soit domicilié à la mairie. Le 11 novembre dernier, après la cérémonie, il y avait 50 personnes à notre réunion publique, dans un local, gratos, de la commune. Nous avons vendu 40 bouquins des Editions libertaires. Merci à Thyde et à Thierry. Bref, ça bouge à Oléron.





J’oubliais : sur la liste de Greg, il y avait un membre de notre groupe (Nous Autres), en position non éligible, of course. Et voilà que je raconte tout cela pour le Monde libertaire de mars, juste la vraie vie du militantisme anar à la campagne. Comme seule la vérité est révolutionnaire, je ne tairai pas la présence d’un de nos membres sur une liste électorale. Je préciserais que telle n’est pas notre ligne stratégique (quel vilain terme) mais que nous privilégions l’opportunité du réel par rapport à la théologie. En clair, chers camarades gardiens du temple, vous faites quoi dans vos quartiers et communes ? Quoi qui puisse faire avancer le schmilblick de la révolution sociale en dehors des messes traditionalistes se déroulant dans des églises de plus en plus désertées… En soi, ce que fait Greg est formidable. Le fait que les anars, dans cette histoire, aient leur mot à dire et que ça se traduise en actes devrait interpeller. Merci aux « intégristes anars » d’aller coucher ! Comme disait mon père : on ne discute pas avec les brouettes, on les pousse. Nous ne prétendons pas avoir raison. Simplement, sans dogmatisme aucun, nous tâtonnons dans la « recherche expérimentale ». Et ce qui peut marcher ici peut ne pas marcher ailleurs… Bref, à Dolus-d’Oléron, le dernier petit village gaulois qui résiste à McDo, nous n’entendons donner de leçons à personne mais pas davantage d’en recevoir…
PAR : Jean-Marc Raynaud
SES ARTICLES RÉCENTS :
Actes de colloques sur la Grande Guerre
D’un municipalisme libertaire sans étiquette mais avec une réalité avoisinante!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler