- Sélection du 10 mai 2017 - Autres nouveaux arrivages -
Vie du journal
par CRML le 10 mai 2017

ÉDITO DU ML n°1788

Dossier : Ils, elles ont voté, et après ? l’Anarchie !

Ça y est, c’est fait ! Au moment où vous lisez ces lignes, le premier tour de l’élection présidentielle est passé. Ouf !
Il en reste encore un, et nous, au moment où nous rédigeons cet édito, nous serions bien en peine d’établir un pronostic, quel qu’il soit… Et d’ailleurs, on s’en fout un peu.
Nous ne nous faisons aucune illusion concernant les cinq prochaines années : le.la président.e ne sera présent.e que pour administrer, pour quelques temps encore, l ...

Chroniques du temps réel
par Loran le 6 mai 2017

Vercingétorix votera Macron

Ça y est ! C’est l’heure des doutes chez quelques compagnons et l’heure des rodomontades pour les militants de l’urne. « Alors, hein, les anars, hein, vous faites le jeu du FN, hein ». Vous entendez la bonne vieille tartufferie républicaine de pacotille ? Celle qui vous somme d’obtempérer à l’ordre … pardon, à la liberté (ou au devoir, tout ça est bien confus) durement acquise par des hordes de courageux libérateurs assoiffés d’émancipation : la liberté de voter. Mes ...

Histoire
par R.B le 3 mai 2017

Brésil : grève générale à São Paulo (1917) et insurrecton à Rio de Janeiro (1918)

En juin 1917 eut lieu au Brésil une grève générale qui paralysa l’industrie et le commerce, à la suite de la constitution des organisations de travailleurs d’inspiration anarcho-syndicaliste alliées à la presse libertaire. Cette mobilisation ouvrière fut l’une des plus globales et longues de l’histoire du Brésil. ...

BRÈVES DE COMBAT

SUD Culture Solidaires / Section de la Bibliothèque nationale de France

le 23 juin 2018 | PAR PAT DE BOTUL
Le samedi 16 juin a marqué le cinquième jour de grève à la BnF, pour améliorer nos conditions de travail, pour mettre fin au sous-effectif chronique, pour défendre un service public de qualité et pour enfin faire entendre les revendications des agent.e.s de la bibliothèque. Cette grève a de nouveau était fortement suivie, avec une perturbation importante du service public. Elle a été suivie mardi 19 juin d’une mobilisation nationale du ministère de la Culture, lors de laquelle nous avons rejoint les autres établissements en grève et avons défilé jusqu’au siège du ministère. Mais confrontée à cette mobilisation, la direction de la BnF se moque des agent.e.s grévistes, en convoquant des simulacres de réunions de négociations qu’elle ne prépare pas et où elle n’a rien à dire. Nous dénonçons cette attitude méprisante et nous exigeons la tenue immédiate de vraies négociations pour répondre aux demandes des grévistes. Face à ce blocage et face aux nombreux problèmes qui touchent toutes et tous les agent-e-s de la BnF, le personnel mobilisé, soutenu par notre organisation syndicale, a décidé de reconduire la grève pour le samedi 23 juin !
> ZADs

Procès des militants de Bure

le 23 juin 2018 | PAR PAT DE BOTUL
Les gardes à vue de huit militants opposés au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), interpellés mercredi, ont pris fin et trois d’entre eux ont été mis en examen pour des actions commises en 2017. Parmi les huit personnes interpellées, âgées de 20 à 60 ans, les trois mis en examen ont été placées sous contrôle judiciaire. Deux personnes étaient en cours de déferrement devant le magistrat instructeur vendredi après-midi, tandis qu’une autre a été remise en liberté avec poursuite d’enquête. Une femme de 60 ans et un avocat parisien, principal conseil des opposants, ont été placés sous le statut de témoin assisté. Les huit militants avaient été interpellés mercredi sur commission rogatoire d’un juge d’instruction pour des faits commis en 2017 : des dégradations commises sur des bâtiments appartenant à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), dont un départ d’incendie volontaire, et une manifestation illégale, le 15 août, au cours de laquelle des violences avaient éclaté entre opposants et forces de l’ordre. Neuf habitations appartenant aux antinucléaires, principalement en Meuse, dont la Maison de résistance à Bure, avaient été perquisitionnées par plus de 200 gendarmes. Lors de la perquisition du domicile de l’avocat à Paris, où est installé son cabinet, son matériel informatique et son téléphone portable ont été saisis. "La procédure judiciaire prévoit qu’un débat devant le juge des libertés et de la détention doit avoir lieu pour confirmer ou infirmer les saisies opérées par le juge d’instruction", a dit le procureur, précisant qu’il aurait lieu "la semaine prochaine". Le Conseil national des barreaux a dénoncé vendredi, dans un communiqué, "ces méthodes d’intimidation qui visent un avocat dans l’exercice de sa profession, dans un dossier où il était lui-même constitué et cette atteinte intolérable aux droits de la défense et au secret professionnel". Une cinquantaine d’avocats de différents barreaux de France avaient dénoncé mercredi "une gravissime remise en cause du plein exercice de la profession d’avocat". "Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle affaire Tarnac, dont l’objectif est de détourner l’attention des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce des suspects et d’affaiblir la lutte", ont réagi dans un communiqué des associations et collectifs opposés au projet Cigéo. Le projet Cigéo à Bure, mené par l’Andra, vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets les plus radioactifs ou à vie longue du parc nucléaire français