- Sélection du 22 mars 2016 - Autres nouveaux arrivages -
Dans un sale État
par Bernard le 22 mars 2016

État de terrorisme

La bourse aux alibis

« C’est vraiment dégueulasse. »
Un peu comme si Michel (Jean-Paul Belmondo) avait exporté sa mort sur le pavé parisien vers le bitume de Bruxelles. A bout de souffle…
Le « Côté obscur de la Force » a frappé. Sauvagement, pour faire entrer des gens dans une histoire qui n’est pas la leur, pour faire mal aux peuples et pour défier leurs gouvernements. En réaction, les gouvernements du « Côté lumineux de la Force » vont appeler à l’unité nationale. ...

Nouvelles internationales
par Anonyme le 14 mars 2016

Ville de Mexico

Halte à la diffamation et à la persécution contre nos compagnon-e-s anarchistes Mario González et Nuria Ramírez.

« La répression directe, les rafles, la surveillance, la police militarisée, l’espionnage, la prison reviennent : les anarchistes sont la cible d’une persécution nationale et internationale. Depuis les tranchées de cette prison, j’élève ma voix pour aboyer ma rage et montrer mon mépris pour les porcs policiers soumis au système capitaliste, autoritaire et brutal » écrivait Mario González depuis la prison, quelques mois après son arrestation.


Sciences et technologies
par Élan noir le 12 mars 2016

Nirradieux ni maîtres !

Cinq ans après, la catastrophe de Fukushima répand toujours, invisible et sans odeur, la contamination radioactive dans l’atmosphère et l’océan, inoculant dans le vivant la maladie et la mort. Depuis le largage de Little boy à Hiroshima en 1945, combien de dizaines de milliers de complices ont légué ces êtres radioactifs à des centaines de générations ? Combien de millions ont fermé les yeux ? ...

Dans un sale État
par Biscotte le 16 mars 2016

Déraisons d’État

les amitiés singulières

Manu « Droit dans ses bottes » Valls sur RMC :
"Il faut arrêter les hypocrisies, nous avons une relation stratégique avec l’Arabie Saoudite. Il faut l’assumer. Est-ce que pour autant nous partageons la nature du régime, son action? Non, bien évidemment". "C’est une tradition que d’honorer des dirigeants. Sinon nous ne discutons avec personne, nous n’avons aucune relation".

Mardi 15 mars, le Premier ministre français tente ainsi de justifier la remi ...

Littérature
par Hugues Lenoir le 14 mars 2016

Trop classe !

Enseigner dans le 9-3, de Véronique Decker - aux éditions Libertalia

Trop classe !, Enseigner dans le 9-3
Véronique Decker
Editions Libertalia, collection n’autre école, 2016, 128 pages, 10 euros


Trop classe ! est un superbe petit livre d’une instit puis directrice d’écoles Freinet en Seine-Saint-Denis. Un livre de souvenir d’une jeune retraitée qui nous narre ses trente années de carrière dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui les "quartiers" ...

Dans un sale État
par Bernard le 20 mars 2016

Terrorisme d’Etat

Le gouvernement français a beaucoup de chance : Le Côté lumineux de la Force vient de marquer un point dans son combat contre le Côté obscur. Les Jedi belges ont capturé le Sith recherché par toutes les polices jedi de la République galactique. L’Empire galactique de Daesh est mené au score… Manuel Skywalker Valls, disciple de Michel Obi-Wan Rocard, se frotte les mains… Les médias français tiennent là un sujet capable de remplir nombre de journaux écrits, radios ou télévisé ...

Nouvelles internationales
par R.B. le 18 mars 2016

Chicago contre Trump

Blancs, noirs, asiatiques, latinos, vieux, jeunes, les habitants de Chicago ont réussi une chose inédite : fermer le clapet de Donald Trump. Les protestataires – un regroupement de travailleurs, immigrés, femmes, étudiants – ne l’ont pas fa ...

Littérature
par Olivier Bouly le 21 mars 2016

Noire de Tania de Montaigne aux éditions Grasset

Les récentes affaires de brutalité policière raciste sont là pour nous le rappeler, tout comme la réception dithyrambique l’été 2015 aux États-Unis, du livre Between the world and me de Ta-Nehisi Coates (titre français, Une colère noire, ...

BRÈVES DE COMBAT

Situation critique dans les hôpitaux psychiatriques

le 21 août 2018 | PAR Pat de Botul
La psychiatrie publique n’en finit pas de craquer.
A Paris, Richard Delorme, le chef de service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l’hôpital Robert-Debré, un établissement de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) situé dans le nord-est de la capitale, a adressé le 6 juillet une lettre à la direction de l’établissement pour l’avertir de la situation devenue « critique » pour les personnels mais « plus encore » pour les patients et leurs familles.
Dans ce courrier, le médecin fait valoir que plus d’un tiers (37 %) des effectifs infirmiers de son service sont en arrêt maladie ou en accident du travail, soit 7 personnes sur 19, ce qui entraîne une « désorganisation des plannings » et aggrave « la fatigue des équipes ». Ces derniers mois, celles-ci ont dû faire face à un accroissement du nombre de patients « complexes et violents » et, de ce fait, à une « augmentation significative » du nombre d’agressions (64 signalements en un semestre).
Alors qu’en dix ans le nombre de passages en première consultation d’orientation, dans ce service, a « quasiment quadruplé » (de 600 à 2 300), tout comme celui aux urgences pédiatriques pour motif pédopsychiatrique (de 400 à 1 500), Richard Delorme déplore la pénurie de lits d’hospitalisation en Ile-de-France pour faire face à ces situations urgentes, « l’incapacité, voire le refus de plus en plus fréquent » des services de pédiatrie hospitaliers de prendre en charge des patients pour des indications pédiatriques, ou encore « l’insuffisance » du réseau de consultation psychiatrique dans la région.
Un peu partout en France, des médecins et des soignants continuent d’alerter sur la dégradation de leurs conditions de travail, comme galvanisés par les succès des grévistes de la faim à l’hôpital du Rouvray,...

Argentine : les Prochoix revendiquent la séparation de l’Église et de l’État

le 20 août 2018 | PAR Pat de Botul

Après les foulards verts, symbole de la lutte en faveur de la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), ce sont des centaines de foulards de couleur orange qui ont déferlé, samedi 18 août, en plein centre de Buenos Aires, sur la mythique avenue Corrientes. La revendication de ceux qui les portent : la séparation de L’Église et de L’État. Vert ou orange, « c’est le même combat : en finir avec l’intromission de L’Église dans nos vies de citoyens », affirme Mariana Ceballos, militante féministe. Comme des centaines d’autres personnes, elle est venue remplir un formulaire d’apostasie, c’est-à-dire de renoncement à L’Église catholique. « J’ai été baptisée à ma naissance, donc sans mon consentement, dit-elle, mais aujourd’hui, à 30 ans, je refuse de cautionner une institution hypocrite et perverse. »