Actus anarchistes > nous avons reçu
Actus anarchistes
par des libertaires de Lorient le 26 juillet 2020

nous avons reçu

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5007

Communiqué de presse

Des militant.es libertaires ont envoyé au comité de rédaction le communiqué de presse suivant en nous demandant de le publier. Nous ne ferons aucun commentaire. Le CRML.



BASTA YA !

Oui, ça suffit !

En tant que libertaires et féministes militant à l’UCL Lorient, il y a des choses que nous ne pouvons ni tolérer ni cautionner.

Une de nos camarades, salariée de l’UL CGT Lorient, a fait l’objet d’un licenciement sans cause réelle ni sérieuse et, fait aggravant, sans que les procédures prévues par le droit du Travail n’aient été respectées.
Parmi les membres du Bureau exécutif de la CGT impliqués dans ce déni de droit figure un adhérent historique de l’UCL Lorient. Celui-ci, non content d’avoir participé activement à ce licenciement, s’est illustré par un comportement indigne de quelqu’un qui se prétend communiste libertaire. Il n’est donc plus crédible dans l’organisation.

Nous nous étonnons que certains camarades de l’UCL ne dénoncent pas ouvertement de tels agissements, qu’en temps ordinaire nous serions unanimes à condamner avec la plus grande vigueur chez un patron voyou. Devons-nous conclure qu’ils/elles les cautionnent ? La CGT serait-elle devenue un patron intouchable aux yeux de quelques libertaires syndiqués, qui se réclament de la lutte des classes et qui prétendent défendre les intérêts de l’ensemble des travailleurs.ses et des précaires ?

Nos camarades ont-ils oublié le sens de leur révolte ? Ont-ils oublié qu’un.e libertaire ne peut et ne doit pas se taire devant l’injustice sociale d’où qu’elle vienne ?

Notre camarade se trouve toujours confrontée aux déboires administratifs dus à l’incompétence du bureau de l’UL CGT.

Nous dénonçons les manœuvres de certains militants du groupe UCL Lorient, tous des mâles et tous liés à la CGT, visant à influencer notre camarade pour éviter que l’affaire ne soit judiciarisée. Devons-nous comprendre que le droit des travailleurs, et surtout celui des travailleuses, s’arrête là où commencent les intérêts de la CGT aux yeux de certains communistes libertaires lorientais ?

Nous réaffirmons le principe d’égalité de traitement pour tous les membres de l’UCL et la nécessité pour l’organisation de se débarrasser de ses éléments toxiques.

En signe de protestation, nous décidons de boycotter l’AG plénière du 26 juillet 2020. Et, considérant que nous n’avons plus notre place dans ce groupe, nous décidons de le quitter.

Signé : les camarades Azucena, Sophie et Michel
PAR : des libertaires de Lorient
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler