Actus anarchistes > intervention de la FA au congrès de la Libre Pensée
Actus anarchistes
par Didier le 24 août 2021

intervention de la FA au congrès de la Libre Pensée

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5900

Voiron. 2021




à droite, Christian Eyschen, secrétaire général de la Fédération nationale de la Libre Pensée — à gauche, Didier, mandaté par les RE de la Fédération Anarchiste (photo Monica)

En tant que mandaté, je viens adresser nos remerciements à la Libre Pensée pour avoir invité la Fédération Anarchiste.
Mais le congrès de La Fédération Anarchiste vient juste de se terminer avant-hier et nous n’avons pas eu la possibilité de rédiger un texte collectif dans le temps imparti, ces quelques mots n’engageront donc ici, dans la forme, que moi-même.

Je souhaiterais néanmoins, en premier lieu, exprimer le souhait d’une solidarité indéfectible entre organisations dans le combat pour la défense de la laïcité et contre les intrusions cléricales dans l’instruction publique comme dans l’appareil d’État, dans la condamnation des prises de positions papistes et déistes de son petit chef, mais aussi dans l’ouverture à la mise en œuvre d’actions ou de projets d’intérêts communs et dans la joie toujours partagée de se retrouver lors d’événements comme la célébration, cette année, du 150e anniversaire de la Commune de Paris.

Je voudrais alors, pour illustration, faire très simplement quelques courtes évocations et d’humbles hommages. L’une des meilleures défenses solidaires de la pensée libre étant certainement de pouvoir librement s’exprimer en toutes circonstances, y compris à travers le blasphème.
J’invoquerai d’abord la figure de Marc Prévôtel, que nombr d’entre vous gardent encore certainement en mémoire.
Car Marc était militant, entre autres et à la fois, à la Fédération Anarchiste et à la Libre Pensée.
Marc, disparu il y a dix ans, aimait à nous rappeler une formule d’André Comte-Sponville.

Citation de citation : « L’athéisme est une forme d’humilité. C’est se prendre pour un animal, comme nous sommes en effet, et nous laisser la charge de devenir humains ».

Echo flash-forward à la célèbre inversion de Voltaire par Bakounine qui précisait, lui et à ce sujet, dans Dieu et l’État :

« Cette contradiction est celle-ci : ils veulent Dieu et ils veulent l’humanité [...]
Ils disent d’une seule haleine : Dieu et la liberté de l’homme, Dieu et la dignité, la justice, l’égalité, la fraternité, la prospérité des hommes, — sans se soucier de la logique fatale, en vertu de laquelle, si Dieu existe, il est nécessairement le maître éternel, suprême, absolu et, si ce maître existe, l’homme est esclave ; or, s’il est esclave, il n’y a ni justice, ni égalité, ni fraternité, ni prospérité possible [...]
Donc, si Dieu existait, il n’y aurait pour lui qu’un seul moyen de servir la liberté humaine ; ce serait de cesser d’exister. »

Enfin, pour conclure, dans ses Mémoires Inédits, l’édition établie et présentée par Claude Rétat parue seulement en 2015, Louise Michel écrit, elle :

« [...] l’étymologie du mot grec : anarké, pas de gouvernement.
C’est l’harmonie dans les groupes humains accomplissant leurs travaux par attraction, par affinité et non par la force.
C’est l’harmonie qui existe dans l’univers où gravitent les groupes stellaires sans que nulle autre force que l’accord universel les guide dans l’infini.
»




PAR : Didier
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler