Nouvelles internationales > Sur l’arrivée à Madrid des délégations zapatistes, du CNI-CIG et du Front des Peuples pour la Défense de l’Eau et de la terre de Morelos, Puebla et Tlaxcala
Nouvelles internationales
par CNT (Espagne) le 22 novembre 2020

Sur l’arrivée à Madrid des délégations zapatistes, du CNI-CIG et du Front des Peuples pour la Défense de l’Eau et de la terre de Morelos, Puebla et Tlaxcala

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5242

Traduction Monica Jornet Groupe Gaston Couté Fa

7 novembre 2020
Compagnes et compagnons, compagnon.ne.s [note] zapatistes,





Une fois de plus, nous sommes surpris et ravis d’écouter votre parole posée, juste, émouvante, bouleversante, rebelle, profonde, sage. Nous sommes un certain nombre de compagnes [sic] dans toutes les branches de notre syndicat CNT, à vous écouter depuis des années, des décennies, à vous lire toujours, vous écouter et vous admirer. Nous avons aussi partagé des rencontres internationales, galactiques et extra-galactiques, dans vos communautés et vos communautés et "caracoles" (escargots). Même si une organisation de ce soutien a manqué à notre organisation, ce que nous souhaitons résoudre prochainement, nous observons votre cheminement et nous réfléchissons sur vos communiqués depuis ce fameux 1 janvier 1994. Nous vous avons à l’esprit chaque jour, aussi bien sur des questions "purement" organisationnelles que sur le plan de l’utopie, si importante pour aller de l’avant et que nous avons peut-être un peu oubliée.

La nécessité d’aller à l’immédiat et au concret pour chaque lutte, la situation d’urgence sociale qui ne cesse de s’aggraver, la doctrine du choc que l’hydre capitaliste applique à nos vies et l’urgence des fins de mois difficiles, font qu’il n’est pas toujours facile de trouver le temps et l’énergie pour regarder un peu au-delà et imaginer comment sera ce monde où de nombreux mondes sont possibles. Comment nous approcher, dans notre cadre géographique et notre calendrier, de ce monde nouveau que nous portons dans nos cœurs [note] .

A cet égard, votre dignité rebelle, le confédéralisme démocratique de nos compagnes [sic] kurdes ou tant d’autres expériences ou savoirs de luttes sur les cinq continents, sont en train de démontrer que la vie l’emporte bel et bien sur l’argent. Que l’alternative à ce vieux désordre mondial passe par l’autonomie des peuples, par le transféminisme et le décolonialisme, l’écologie et le coopérativisme. Et plus par les vieux États-nations, ni par l’extractivisme, ni par le consumérisme, ni par l’individualisme, ni par le libre marché, plus du tout.

Il est bien possible que nous, communautés qui loin d’être des minorités sont en réalité majoritaires, ayons au cours de ces dernières années de plus en plus pris conscience des nombreux problèmes qui auparavant n’étaient jamais mis sur la table, autonomisant avec toujours plus de force toutes ces voix qui n’étaient pas écoutées précédemment. Bien entendu, il reste du travail, beaucoup de travail et d’une grande complexité.

Comment réussir à articuler les résistances et les rebellions contre notre ennemi commun, la modernité capitaliste, si on ne tient compte en même temps du fait que ce même ennemi nous place en des endroits bien distincts, hiérarchise nos vies à travers ces nombreux systèmes qui sont le système : le cis-hétéro-patriarcat, le système raciste-colonial, le capitalisme lui-même classiste et écocide... C’est-à-dire, comment pouvoir être compagn@s [note] malgré les (dé)privilèges qui nous traversent, pour toutes ensemble [note] , arrêter ce massacre et faire en sorte que la vie en vaille la joie et non la peine...
Avec tous les collectifs et organisations de cette ville de Madrid rebelle, populaire et libertaire, la Madrid de la PAH (Plataforma Afectados por la Hipoteca - Collectif de Victimes des Crédits Immobiliers) et des groupes e logements, des collectifs féministes, antiracistes et LGTBQ+, des organisations de migrant.e.s, des syndicats de base, des plateformes pour la défense des services publics, de la Madrid d’en bas et à gauche, nous aimerions nous joindre à l’organisation de l’accueil, du soutien et de l’accompagnement dont pourrons avoir besoin les délégations indigènes qui, depuis lee Mexique, 500 ans après la prétendue conquête, viendront dans notre ville et notre continent, nous dire "nous sommes toujours là, en vie, c’est-à-dire en résistance". Nous les attendons avec beaucoup de joie et un peu de trac. En nous organisant.

Avec la permission de feu le Sub Marcos, du Sous-Commandant Insurgé Moisés, du Commandement Général de l’EZLN et de toutes les bases de soutien zapatistes, nous vous saluons en adaptant un classique [note] ...

Depuis les quartiers sud-est de Madrid. CNT Comarcal Sur Madrid
PAR : CNT (Espagne)
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler