Dans un sale État > Samedi 7 Avril :Journée d’action hexagonale contre le projet de loi asile-immigration
Dans un sale État
par Fédération Anarchiste le 4 avril 2018

Samedi 7 Avril :Journée d’action hexagonale contre le projet de loi asile-immigration

Le gouvernement, au travers de son ministre de l’intérieur G. Collomb, a lancé son grand plan anti-migrants et sans papiers dès le 12 décembre 2017 en publiant la nauséabonde circulaire autorisant le « recensement » des personnes étrangères dans les centres de d’hébergement d’urgence par des « équipes mobiles » de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Ces équipes seront composées d’au moins un agent de préfecture compétent en droit des étrangers et d’agents de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, auxquels peuvent s’ajouter «des personnels compétents en matière de veille ou d’évaluation sociale» elles ont pour but de «s’entretenir avec les personnes étrangères» pour «procéder à l’évaluation administrative» de leur situation.
Sous couvert de pouvoir mieux les « orienter en fonction de leur situation », comme le disent très bien les associations d’aide aux migrant-e-s, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une logique «de recensement, d’étiquetage et de triage» qui va conduire à instaurer un contrôle généralisé des personnes étrangères. Cette mesure n’aboutira qu’à augmenter la précarisation, le passage à une certaine forme de clandestinité des personnes et enfants en les éloignant des centres d’accueil, les renvoyant de fait dans la rue, impliquant déscolarisation, rupture de soins, …
On peut craindre aussi des sanctions financières envers les associations qui s’opposeraient à cette circulaire, sachant que pour la plupart elles dépendent d’aides publiques.
Le juge des référés du conseil d’État a été saisi par des associations d’aides aux migrant-e-s pour en demander la suspension, le ministre de l’Intérieur a assuré qu’elle serait maintenue qu’elle qu’en soit la décision.

Le projet de loi « asile-immigration » présenté en conseil des ministres le 21 février, s’inscrit dans la continuité des lois anti immigré-e-s qui se sont succédées ces vingt dernières années. Le président la présente comme une loi « d’humanité et de fermeté », mais n’est en fait qu’une loi anti-migrant-e-s et sans papiers, compliquant les démarches administratives, facilitant les mises en rétention et les expulsions, qu’ils appellent maintenant avec sobriété « éloignement ».
Pour faire croire à son « humanité » et donc nous la « vendre », le gouvernement annonce que cette nouvelle loi va améliorer, faciliter le traitement des demandes d’asile. Ce traitement passerait de 1 an à moins de six mois, en regardant de plus près, toutes les mesures ne sont faites que pour, au contraire, compliquer la dépose de dossiers par les migrant-e-s, voir même les dissuader et augmente par contre les possibilités de fichage et facilite les expulsions. On pourra noter l’absurdité qu’entre le dépôt et la réponse de demande, les personnes ne sont pas considérées comme des demandeuses d’asile et peuvent donc avoir des difficultés à obtenir un hébergement d’urgence, voir même être placées en en centre de rétention.





Plus précisément dans le projet de loi concernant la demande d’asile :

Le délai pour déposer un dossier de demande d’asile passe de 120 à 90 jours
Pour déposer un recours en cas de refus de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), la personne n’aura plus que 2 semaines à la place d’un mois actuellement, sachant qu’il faut environ 30 jours pour avoir un rendez-vous en préfecture
Le budget 2018 prévoit 150 postes supplé-mentaires en préfectures, mais ils ne sont pas uniquement alloués au traitement des demandes d’asile donc comment cela impactera la vitesse de traitement des dossiers ?
Création de 200 places en centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) dans chaque région, soit plus de 2 600 places sur l’ensemble du territoire. 1 300 places seraient opérationnelles depuis le 31 janvier. Avec ces centres, l’Etat développe des structures couplant accueil et contrôle administratif afin de mieux parquer/surveiller et faciliter les expulsions
Restriction des conditions d’accès au titre de séjour «étranger malade» alors que dans le même temps il y a la création d’un "passeport santé" pour la patientèle solvable des hôpitaux.






En ce qui concerne les sans-papiers :


Passage de 6 à 24 h pour la durée de retenue administrative pour vérification du droit au séjour
augmentation du délai maximum de rétention, il passe de 45 à 90 jours avec prolongation possible de 15 jours si la personne fait obstacle à son éloignement
Maintient en rétention dans le délai courant entre l’ordonnance de libération prononcée par le juge et l’appel du préfet.
400 places de plus pour la rétention admi-nistrative
Possibilité de recourir à l’assignation à résidence pendant le délai de départ volontaire
Renforcement du régime de l’assignation à résidence avec obligation de demeurer au domicile pendant une plage horaire
Possibilité de placer en rétention un demandeur d’asile présentant une « menace grave pour l’ordre public » (arrêté d’expulsion, interdiction du territoire)

Le gouvernement se félicite d’avoir augmenté les expulsions de 14 % en 2017 et de 100% celles concernant les « dublinés » (personnes ayant fait des demandes d’asiles dans plusieurs pays européens), pourtant Emmanuel Macron annonçait encore le 5 septembre 2017 : "Nous reconduisons beaucoup trop peu" d’où cette nouvelle loi asile-immigration qui va plus loin dans le fichage, le parcage et les expulsions. Car ne soyons pas dupe, quand le président parle « d’humanité » dans cette loi c’est avant tout pour une immigration choisie, des mesures « en faveur de l’attractivité et de l’accueil des talents et compétences » en passant par notamment l’extension du "passeport talent" à de nouvelles catégories, la directive facilitant l’installation en France des étudiants chercheurs, … Cela se retrouve même dans le domaine de la santé où bientôt seul-e-s les patient-e-s étrangers/ères riches auront accès au soin, le président ré-affirmant que les migrants économiques n’ont pas vocation, selon lui, à rester sur le territoire. On voit clairement la politique anti-migrant-e-s mise en place par ce gouvernement, en organisant le recensement, le fichage, le parcage, la rétention, l’expulsion des demandeurs/euses d’asile et des sans papiers qui ne seraient « pas assez bien pour la France ».


La fédération anarchiste s’est opposée et s’opposera toujours aux lois racistes, anti-immigré-e-s et contre les sans papiers des gouvernements en défendant la liberté de circulation, d’installation par l’abolition des frontières et des nations.




PAR : Fédération Anarchiste
SES ARTICLES RÉCENTS :
Non à la nouvelle loi asile-immigration
CA GRONDE
Maudite soit la guerre.
[Communiqué FA] NDDL, contre la nouvelle vague d’expulsion, solidarité !
Notre-Dame-Des-Landes, face à la vengeance étatique, solidarité, action !
Facs en lutte entre répression policière et attaques fascistes
Solidarité avec la CNT de Lyon attaquée par des fascistes
Motion sur la situation politique et sociale
Bure : État nucléarisé – État policier
Solidarité avec Fabien de l’Organisation Anarchiste
Dossier Fédération Anarchiste spécail Notre-Dame-Des-Landes, symbole de résistance !
Dossier de la Fédération Anarchiste "Sur les ordonnanes Macron, ou comment tuer le code du travail !"
Communiqué du 76ème congrès
DOSSIER : ENTREE DE L’ETAT D’URGENCE DANS LE DROIT COMMUN ASSERVIR NE SIGNIFIE PAS PROTEGER !
Contre les lois répressives, liberticides et autoritaires, organisons-nous et luttons !
Communiqué Piotr Riabov (FA et IFA )
Agression sexiste Paris : Communiqué de la Fédération Anarchiste
Communiqué de la Fédération Anarchiste suite à la nouvelle vague de répression à Bure
Homophobes = assassins
Charlottesville, l’extrême droite tue … une fois de plus
Soutien aux camarades de « La plume noire »
Vers un état d’urgence permanent ?
Communiqué de la Fédération anarchiste
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler