Les articles du ML papier > Saisonnier agricole (ou « Le loup et le chien »)
Les articles du ML papier
par Bitch le 29 juillet 2019

Saisonnier agricole (ou « Le loup et le chien »)

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4149

Article extrait du Monde libertaire n°1807 de juin 2019



Le métier de saisonnier agricole est très méconnu voire complètement invisible. Je dis bien métier car si quelques-uns font ça uniquement à certaines saisons voire très ponctuellement, comme les étudiants par exemple, nous sommes nombreux à faire cela de manière constante.
Constant ne veut pas dire toute l’année et c’est un choix ! Personnellement, il me suffit de travailler un tiers ou la moitié de l’année pour subvenir à mes besoins en les réduisant au strict nécessaire. Il y a tellement d’autres choses à faire que de bosser !

Mais je parle de métier parce que je ne travaille que dans les saisons agricoles. Évidemment le côté saisonnier de la chose fait que ce n’est pas toujours le même travail ni la même culture, ce qui est très enrichissant...

Comme beaucoup d’entre nous, il m’arrive souvent d’être dans la viticulture étant donné qu’il y a de la vigne partout en France et qu’il y a des travaux toute l’année, comme les vendanges, la taille, le relevage, etc. Mais il m’arrive aussi de ramasser les pommes, les clémentines ou le tabac, de faire le castrage du maïs ou de couper la canne à sucre pour ne citer que quelques exemples.

Le problème de ces jobs c’est qu’ils sont très précarisés n’étant pas reconnus comme un métier, ce qui entraîne qu’il est souvent compliqué de joindre les deux bouts entre les saisons du fait qu’il n’y ait pas de statut d’intermittent agricole sur le modèle des intermittents du spectacle. On peut rajouter qu’il est dur de se faire payer correctement et de faire valoir les droits élémentaires du travail.
De l’autre côté, pour les gens dont je fais partie, qui ont choisi ce mode de travail parce qu’il colle très bien avec un certain style de vie, nomade et en marge de la société capitaliste, il nous permet d’être libres ! Libres de changer de patron, de changer de région ou de pays, de travailler un mois ici un mois par là, de changer de pratique ou de métier tout en restant dans le même domaine.

Et cette liberté engendre une liberté d’esprit et une autonomie d’action qui compensent largement, à mon sens, les mauvais côtés de ces boulots précaires.



PAR : Bitch
Groupe Libertad
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler