Nouvelles internationales > Notre amie, Aung San Suu Kyi...
Nouvelles internationales
par Biscotte le 20 septembre 2018

Notre amie, Aung San Suu Kyi...



L’avait l’air pourtant bien sympathique quand elle défiait la junte militaire au pouvoir en Birmanie. Fallait la voir, sur un escabeau, au-dessus du portail vert de sa résidence surveillée avec des fleurs piquées dans ses cheveux noirs. "like in San Francisco, sister !"
Et puis adepte du "tiens voilà du bouddhisme" avec ça. F’raient pas de mal à une mouche ces gens-là. C’est donc tout que du bien normal alors qu’elle aie été encensée pour son opposition non-violente à la dictature militaire qui faisait rien qu’à museler toute parloe en Birmanie. Alors, en 1991, on lui avait donné le prix Nobel de la paix avec félicitations du jury et la p’tite bise...

Non, pas la p’tite qui fâche... 27 ans plus tard, un ancien journaleux du Global New Light of Myanmar à la botte de la junte vient de se prendre 7 ans de prison pour "sédition".
What that ? Le ga’s en question se serait permis d’écrire des posts pas gentils contre Madame la Conseillère d’Etat donnant aux gens des idées fausses sur elle.
Jugez donc de la méchanceté du gus :
Sur Fesses de bouc, Môssieur aurait rappelé qu’en 2014, durant sa visite dans le pays de la dame, Barack Obama président avait fait un petit bécot à Aung San Suu Kyi fort gênée par ce geste. Et vas-y que le gus dénonce bien plus tard cette accolade comme un outrage à la culture birmane très pudique.

Heureusement que la Dame, en résidence surveillée, n’avait pas pu recevoir son prix Nobel en 1991. P’t-être qu’il y aurait eu la p’tite bise qui dérange. L’a fallu qu’elle attende jusqu’en juin 2012 pour enfin pouvoir recevoir son beau diplôme.
Cérémonie toute simple avec une poignée de mains. Toute simple mais chargée d’émotion, la "Dame de Rangoon" a rappelé qu’"un prisonnier d’opinion est un de trop (...)." "S’il vous plait, souvenez-vous d’eux et faites tout ce qui est en votre pouvoir pour parvenir au plus tôt à leur libération inconditionnelle"

7 ans de prison pour un nostalgique de la junte adepte du post haineux, Aung San Suu Kyi applaudit sans faire la bise au juge.
7 ans de prison pour deux journalistes de Reuters après une enquête sur un massacre de musulmans rohingya par l’armée, Aung San Suu Kyi défend leur emprisonnement. " Ils n’ont pas été emprisonnés parce que c’étaient des journalistes " mais parce que " le tribunal a décidé qu’ils avaient enfreint la loi".

Une autre Dame, Louise Michel, restée grande jusqu’à son dernier souffle avait dit "Le pouvoir est maudit et c’est pour cela que je suis anarchiste"


PAR : Biscotte
groupe d’Aubenas
SES ARTICLES RÉCENTS :
Le crépuscule des vieux
sinistre senestre
carte postale de grèce
Pour Mathieu, mort à 24 ans en 2011, tué par un chasseur alors qu’il cherchait des champignons
Ignorance fatale
caca pipi talisme
Mourir ? Plutôt crever !
Méfions-nous des contrefaçons…
L’ANDRA nous Bure le mou
Déraisons d’État
Assistance à liberté en danger !
Le paradoxe des ZADs
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler