Les articles du ML papier > Grenade !
Les articles du ML papier
par Bâtard le Chien – 10 janvier 2017 le 22 avril 2018

Grenade !

Article extrait du « Monde libertaire » n° 1792 de février 2018
C’est le cri de la flicaille dans les bois ! Non, en fait, c’est même pas vrai : ils ne préviennent pas, les lanceurs de mort ! Tu penses bien ! J’en ai la truffe qui frémit.

Rémi Fraisse est mort. Une grenade non létale lui ayant explosé dans le dos. Non létale... Cherchez l’erreur !

Alors, y’a eu un peu de grabuge, les gens ont défilé un peu. Du coup, l’État s’est dit : « Merde, faut quand même qu’on fasse semblant de s’occuper de cette histoire », par l’intermédiaire de ses ministres. « Et hop ! qu’on ouvre une pseudo enquête et que la justice fasse semblant de prendre un peu les choses en main »…

Pseudo enquête ? « Ben ouais, tu crois quoi toi, qu’on allait faire une vraie enquête ? » Y’a même pas eu de reconstitution ! C’est un vrai beau foutage de gueule, hein ! Un mec est mort, explosé par une grenade et on essaie même pas de comprendre pourquoi ! Tout ça parce que ça part du principe que le gendarme, « il a fait son travail ». Oui, oui, son travail c’est de balancer des grenades sur des gens…

La justice, elle a fait encore mieux : elle a traîné, elle n’a rien cherché, et le procureur (tu sais bien, le sbire aux ordres de l’État), il a demandé un non-lieu parce que « c’était son travail de gendarme ». Non-lieu ? Nom d’une croquette au tofu ! Tu lis bien ! Fais tomber un pot de la fenêtre et tue quelqu’un... T’auras des emmerdes ! L’État, pour t’éduquer, te condamnera à minima pour homicide involontaire. Mais là, non, c’est un non-lieu… Alors que le gendarme qui a lancé la grenade a tué une personne. Mais « c’est son travail »…

T’as bien lu : c’est donc là, clairement, une jolie justification du droit de tuer des forces du désordre. Si c’est ton travail, on te demandera pas de compte si tu tues. « Tant pis, l’avait qu’a pas être devant la grenade aussi, pendant que le monsieur en bleu il fait son travail »

J’sais que je ne suis qu’un sale cabot mais, franchement, j’me dis que les gens sont un peu à côté du vélo en ce moment. J’entends des gens dire que « la police assassine » et qu’elle « tue ». Ben ouais, mais comme on te le dit là, « c’est son travail ». Du coup, il ne faudrait pas oublier ce que c’est que la police et la gendarmerie : des morceaux de l’État, le bras armé, dirons-nous. Le truc qui lui sert à « papa État » à tous nous maintenir dans le calme le plus possible. À la niche à coup de tonfa, à la morgue à coup de grenade si besoin. « Grenade ! », bon sang !

Et tant que nous, on continuera à dire que c’est la police qui assassine, en oubliant qu’en fait, ben, c’est l’État, on ne se sortira pas de la merde, et on ne luttera pas contre ce qu’il faut !

Rémi, comme tant d’autres personnes, est mort parce que l’État estime qu’il est légitime que ses forces du désordre fassent leur travail, et il le prouve par sa justice aux ordres.

Voilà, j’retourne à ma niche, moi, parce que fait pas bon se promener dans les champs, ces temps-ci. Il y pleut des grenades, « parce que c’est leur travail »…
PAR : Bâtard le Chien – 10 janvier 2017
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler