Les articles du ML papier > Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes
Les articles du ML papier
par Elan Noir le 6 janvier 2020

Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4437

Article extrait du Monde libertaire n°1812
« Vous êtes un ennemi de l’État ? », le président Jacomet
« Je suis aussi bien un ennemi de l’État qu’un ennemi de Dieu », Toussaint Bordat
Procès des anarchistes, Lyon, 8 janvier 1883




Rafaël Kempf, auteur de Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes, est avocat. Il s’occupe notamment de dossiers en matière de terrorisme, de troubles à l’ordre public, de défense des Gilets Jaunes, des droits des étrangers, intervient en urgence devant le juge des libertés et de la détention. Défendant une personne prévenue de provocation directe à un délit s’appuyant sur une des « lois scélérates », ses recherches lui font découvrir des textes parus à l’époque dans La Revue Blanche : « Dirigées contre les anarchistes, les lois scélérates ont eu pour résultat de mettre en péril les libertés élémentaires de tous les citoyens ». Côte à côte, des articles du dreyfusard Francis de Pressensé, du jeune juriste Léon Blum et du syndicaliste anarchiste Émile Pouget.
À la fin du XIXe siècle, l’anarchiste représente pour la IIIe République la figure type de l’ennemi. L’origine des attentats remonte à 1891 : le 1er Mai, l’armée tire sur les manifestants à Fourmies (10 morts, 35 blessés) et le 28 août, un procès est intenté contre 3 anarchistes, victimes de violences policières à Levallois-Perret. Quelques mois plus tard, Ravachol passe à l’action contre l’avocat général et le président de ce procès...
Pour Rafaël Kempf, « lire ces articles et ces lois permet de dégager des indices pour identifier une loi scélérate ». Elle met en œuvre les logiques du soupçon et se prolonge dans les lois d’aujourd’hui : « association de malfaiteurs », utilisée notamment contre les militants antinucléaires à Bure, assignation à résidence, état d’urgence transposé dans le droit commun, rétention de sûreté, interdiction de manifester, intention présumée de commettre des dégradations. Perquisitions, contrôles policiers,.. Rafaël Kempf expose ainsi une « dérive autoritariste du pouvoir ». Nous anarchistes y voyons la mise à nu de l’État régalien et de sa démocrature.
Rafaël Kempf conclut qu’un droit d’exception dégradé est appliqué aux « ennemis » : « Face à l’ennemi, toute la Société – gouvernement, législateur, juge, citoyen – doit s’abstenir de respecter l’État de droit. Est-ce à dire qu’une loi scélérate a pour conséquence de transformer tous les citoyens en ennemis de l’État ? ».

Élan Noir

Rafaël Kempf, Ennemis d’État – Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes, La Fabrique, 2019 (227 pages)


PAR : Elan Noir
SES ARTICLES RÉCENTS :
Ennemis d’État
Non à l’uniforme et au conforme !
"Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur" (Prévert)
La mort est dans le pré
Kronstadt dans la révolution russe, Efim Yartchouk
L’Iran entre révolution et révolte
Une démocrature national-islamique
Nirradieux ni maîtres !
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler