Vie du journal > ÉDITO DU ML N°1799
Vie du journal
par Nathanaël pour le CRML le 4 octobre 2018

ÉDITO DU ML N°1799



Vieillesse et Anarchie, une perspective différente sur la vieillesse Alors que la vieillesse est une problématique majeure de notre temps, spécialement dans nos sociétés occidentales vieillissantes, et que nous avons tous à l’esprit des exemples de proches avançant en âge, le traitement médiatique général de cette question se fait sur le mode, hélas désormais extrêmement répandu, de la gestion et de la gouvernance. Il faudrait "gérer" la vieillesse, comme on gère des flux ou des dispositifs.

Dans un monde ou la réification est une norme, à savoir où le rapport des humains aux humains est remplacé par le rapport des choses aux choses, la vieillesse devient un problème de plus à régler de façon gestionnaire, en débloquant des budgets et en ouvrant des établissements. De ce fait les personnes âgées, disons les vieux pour ne pas faire dans la langue de bois officielle, sont souvent traitées comme des poids, comme des coûts, voire uniquement comme des corps. Le triste exemple médiatisé des EHPAD - premier arbre d’une forêt d’éléments qu’il faut prendre en compte -, principalement des EHPAD privés, montre bien la réalisation de cette pensée de la gestion où les places sont chères et où les vieux sont utilisés comme des façons de faire du profit. Ainsi la vieillesse est à la fois spécifique et représentative.
Spécifique dans ses problématiques relatives à la perte d’autonomie et à l’accompagnement, mais représentative et centrale politiquement en ce qu’on lit dans les problématiques relatives à la vieillesse les mêmes problèmes qui courent dans l’ensemble de la société : l’isolement et l’atomicité, la concurrence, l’égoïsme et la perte de liens et la réduction des individus à des choses.

La position anarchiste refuse par principe cette logique : la revendication de liberté qui la caractérise et la définit refuse toute forme de gestion qui, comme on le sait, reconduit une domination de l’homme par l’homme. Pourtant si ce principe est avancé par les anarchistes il n’a pas touché immédiatement la question de la vieillesse : rares sont en effet les ressources libertaires sur cette question pourtant centrale et amenée à le devenir encore plus.
Ce numéro vise à introduire - à défaut de combler totalement le manque existant- à des réflexions sur ce sujet, en faisant état de diverses situations, comme la difficulté d’accompagner la vieillesse, la réalité des EHPAD, le jeunisme, les modes de gouvernance, quelques ébauches de solutions libertaires.

Tout cela n’est qu’une invitation, une invitation à inventer, à innover, à détourner et à retourner des modèles,
PAR : Nathanaël pour le CRML
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler