Les articles du ML papier > Centrale centrale
Les articles du ML papier
par Rodkol le 11 juillet 2018

Centrale centrale

Chronique néphrétique

Article extrait du « Monde libertaire » n° 1793 de mars 2018
Il y a des nouvelles qui ont un goût d’ancien...
J’ai appris qu’EDF envisageait de réaliser une grande piscine pour y laisser refroidir entre 6 000 et 8 000 tonnes de métal lourd irradié, l’équivalent de 69 à 93 cœurs de réacteurs nucléaires de combustibles brûlants et hautement radioactifs. Des éléments concentrés au même endroit, hautement sécurisé et bunkerisé, cela va de soi… Une preuve de plus qu’à la fin des années 1960, début 1970, les scientifiques, les entreprises et les politiques qui ont poussé à l’adoption du programme électronucléaire n’avaient pas pris réellement en compte la gestion des déchets à venir. Plus de quarante ans après le démarrage des centrales, nous en avons des tonnes sur les bras, et nos dirigeants, toujours aussi « responsables », cherchent une solution à ce choix irresponsable.

Il y a des nouvelles qui ont un goût d’ancien...
Ça m’a rappelé quand gamin j’ai appris, en même temps, ce qu’était une centrale nucléaire, et que la plus grosse d’Europe (six réacteurs de type PWR) allait s’installer à 20 km de chez moi à Gravelines. Le souvenir de ce chantier gigantesque, des manifestations et des charges de CRS. Les arguments dont tout le monde ou presque se foutait…
La présence de ces six réacteurs n’est pas pour rien dans ma décision de changer de région.

Il y a des nouvelles qui ont un goût d’ancien…
Cela revient comme un boomerang lancé qui vous taperait dans le dos des années plus tard…
La réponse aux questions que l’on posait alors et dont, justement, tout le monde se foutait : « On en fait quoi des centrales une fois qu’elles sont hors service ? On en fait quoi des déchets radioactifs ? On les refroidit comment les réacteurs ? On les surveille pendant combien de siècles ?  Avec quelle assurance de ne pas multiplier les risques de catastrophes ? »

Il y a des nouvelles qui ont un goût d’ancien…
Vous allez trouver cela risible : Belleville-sur-Loire se trouve à quelques kilomètres de mon nouveau logis ! Les dirigeants d’EDF ont dû se dire la même chose que moi : « C’est central… Ce n’est pas trop mal desservi par le train et l’autoroute. Cela limite les déplacements pour voyager, on peut facilement venir d’un bout ou l’autre de la France. Et, en plus, c’est une des rares zones non sismiques. »

Et s’il y a un accident, on évacuera dans un périmètre de combien de kilomètres ? 25 ? 50 ? Qui sera assez stupide pour croire que le périmètre arrêtera quoi que ce soit ? 100 ? 200 km ?
J’habite un pays gangrené, à l’avenir obscurci par des réacteurs en fin de vie, mais aux fonctionnements prolongés pour qu’EDF ne plonge pas tout de suite dans la catastrophe… budgétaire. Un pays dans lequel on ne peut nulle part être certain d’éviter les conséquences d’un accident nucléaire : il y a des réacteurs partout, il y aura des décharges de déchets radioactifs partout !
J’habite un pays qui a laissé faire, obnubilé par la croissance et la consommation d’énergie, trompé par des discours remplis de « progrès », « technologie de pointe » et « indépendance énergétique ».
J’habite un pays qui va le payer très cher.
Et l’on pourra créer toutes les ZAD que l’on veut : les réacteurs sont là, les déchets sont là. Des ZAD pour quoi ? Pour placer ces décharges ailleurs que près de chez nous ? Ailleurs qu’au bout de notre jardin,  mais plutôt chez le voisin ? Á moins de chercher à les « externaliser » dans un quelconque pays pauvre ?
Il y a des nouvelles qui ont un goût d’ancien…
PAR : Rodkol
SES ARTICLES RÉCENTS :
« Fake news » toi-même !
Chronique néphrétique
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler