Chroniques du temps réel > comme une journée sans pain
Chroniques du temps réel
par bernard le 24 mai 2016

comme une journée sans pain

Jean Val, se sent devenir ventriloque. Quelque part dans son corps, entre l’œsophage et le duodénum, il y a truc comme une poche d’air, un ballon, une montgolfière. Le genre de truc qui se tord et qui fait mal et qui crie. Un estomac vide, c’est tout con mais c’est tout là.
« Il est terrible
le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim […] »
(Jacques Prévert, « La grasse matinée »)


Jean Val ricane. Il essaie de se souvenir à quand remonte son dernier vrai repas.





« […] On se souviendra du balthazar
Qu’on a fait ce soir, par hasard
Avec un vieux corbeau malade...
On a tout mangé, même les os
Et tu vas roupiller bientôt
Mon camarade... […] »
(Jean-Roger Caussimon, « Mon camarade »)


C’était dans une autre vie, surement… parce que là, il a faim, juste faim. Il a faim et il est seul.
Son vieux pote n’est plus là. L’a préféré suivre une bourge qui allait lui assurer des gamelles à heures fixes. Parti en remuant la queue pendant que Jean l’insultait.
Jean Val voudrait que son estomac se taise, oublie qu’il est vide comme une usine désaffectée. Le genre de lieu qu’il squatte dans la discrétion Parce qu’il est la rue, victime du sans-abrisme dirait une écolo recyclée en ministre du logement.
Jean Val ne connaît qu’une solution pour clouer le bec à son estomac braillard… Le remplir, l’obstruer, le gaver.
« Il y avait des temps et des temps
Qu’je n’m’étais pas servi d’mes dents,
Qu’je n’mettais pas d’vin dans mon eau
Ni de charbon dans mon fourneau. […] »
(Georges Brassens, « Celui qui a mal tourné »)

Ventre affamé n’a pas d’oseille…
Alors faire quoi ?
« Il alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine… »

Mais la fourmi est capitaliste alors le SDF il va rester dehors et quand Jean Val lui dit ne pas avoir mangé depuis trois jours, la réflexion bête et méchante « Faut vous forcer… ». Porte qui claque malgré la main tendue.

Jean Val regrette de ne pas avoir fait un CAP en arnaquerie, l’aurait pu finir politicard plein aux as… Il aurait pu s’en mettre plein les poches avec les félicitations du jury. Plein les poches et plein l’estomac…

Décembre 2012, le champion de la lutte contre la fraude fiscale. Tout juste si sa tête n’ornait pas les drapeaux des chevaliers du fisc… Le ministre du Budget, un certain Jérome Cahuzac, a été pris les doigts dans le pot de confiture. Médiapart a révélé que Môssieur le ministre avait un compte secret en Suisse. « Rien que des mensonges ! » Le mec, droit dans ses bottes de luxe, jure devant l’Assemblée Nationale que ces accusations sont infondées. «Je n’ai pas, Monsieur le député, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger ni maintenant ni avant.»
Mars 2013, accusé d’évation fiscale, il démissionne du gouvernement et est viré du Parti socialiste
Avril 2013, Il avoue détenir un petit pactole à l’étranger depuis une vingtaine d’années. Il publie alors un communiqué : « … dévasté par le remords… regrette de m’être laissé happer par la spirale du mensonge… je présente ses excuses au président de la République, à mes collègues du gouvernement, aux parlementaires et aux électeurs… Penser que je pourrais éviter d’affronter un passé que je voulais considérer comme révolu était une faute inqualifiable… et blablabla et blablabla… »


Ben non, Il avait juste décidé d’être honnête. Pauvre mais honnête…
Pauvre mais honnête… La belle connerie des professionnels de la charité crasse.

« Y’a des prêcheurs aux longs cheveux qui se répandent tous les soirs,
Ils essayent de te dire v’là ce qui est bien, v’là ce qui est mal,
Mais quand on leur pose la question de savoir comment crouter
Ils te répondent de leur voix tout miel.

Vous mangerez, oui plus tard,
En ce lieu de gloire, par-delà les cieux.
Travaillez et priez – crevez de faim,
De la tarte au ciel vous aurez quand vous mourrez
(C’est un mensonge) […] »
(Traduction d’un extrait de « The Preacher and the Slave » chanson de Joe Hill)


Jean Val n’a plus envie d’attendre. Finie, la manche. De toute façon, sans son chien, la recette est maigre. Les dames patronnesses déguisées en poules faisanes sont plus généreuses avec les chiens.
Parce que les chiens, les pauvres, ils sont pas responsables des mauvais choix de leurs maîtres…
Jean val ne va tout de même pas se mettre à quatre pattes et aboyer pour enfin avoir un petit rien à manger…

Quelque part dans son corps, entre l’œsophage et le duodénum, il y a truc comme une poche d’air, un ballon, une montgolfière. Le genre de truc qui se tord et qui fait mal et qui crie. Un estomac vide, c’est tout con mais c’est tout là.
Pas simple de ne pas dialoguer avec tes boyaux quand la faim te parle et que tu n’as pas de quoi lui répondre…
« […] Ma dernière heure allait sonner...
C’est alors que j’ai mal tourné. […] »
(Georges Brassens, id.)


« Et merde ! » Une grande surface, des kilos, des tonnes de bouffe, de nourriture, de victuailles…
Ventre affamé n’a pas d’oreilles…
« Il est terrible
le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim […] »

Jean val ne veut plus mendier pour manger… Se servir…
Ventre affamé n’a pas d’oreilles…
Elle est terrible, la voix sadique du vigile qui le tient. Elle est terrible cette voix quand elle insulte froidement cet homme qui a faim…

Lot, le jeudi 12 mai : Le tribunal correctionnel de Cahors (Lot) a condamné à 2 mois de prison ferme un jeune homme de 18 ans poursuivi pour avoir volé du riz, des pâtes et une boîte de sardines dans une maison de Figeac, a indiqué son avocate. Il s’y était introduit en cassant un carreau.
Le jeune homme, qui vivait dans la rue et dormait sous une tente, a indiqué au tribunal que, ce jour de février 2016, il "avait faim" et a indiqué aux magistrats avoir volé ces denrées "par nécessité", ne volant rien d’autre, relate France 3 Midi-Pyrénées.
Les proprios de la maison n’avaient pas porté plainte. Le procureur réclamait 5 mois d’emprisonnement…
Lot-et-Garonne, le jeudi 12 mai : Jérôme Cahuzac réunit 350 soutiens le temps d’un dîner. Comme l’an passé, les proches de l’ex-ministre du Budget se sont retrouvés à huis clos à Casseneuil, dans un hangar appartenant à un ami entrepreneur qui a affirmé que l’ex-ministre dans l’attente de son procès qui devrait avoir lieu en septembre prochain, a reçu le soutien de ses amis lot-et-garonnais.


«Selon que vous serez puissant ou misérable… »

Passage par la case justice pour Jean Val, accusé d’avoir voler de quoi ne pas mourir de faim…
Le juge semble de mauvaise humeur. Déteste ces affaires à traiter en pleine digestion…

« Affaire suivante. Nom, prénom, profession, adresse… Le tout dans cet ordre… je ne tolère aucun manquement, aucune fantaisie…On ne traîne pas !… »

Il redresse la tête, il est digne. Il ne courbera plus l’échine.
« Jean… Val Jean… »

PAR : bernard
SES ARTICLES RÉCENTS :
Les habits neufs du châtelain
La propriété c’est le bol
pas la frite
on the road again
Comme un sale goût dans la tronche
Autour d’une pizza
Repas gaché
le fugitif
Ogres de barbarie
Caumare
La musique qui marche au pas...
Fermez des écoles, vous ouvrirez des prisons
Marée bleue sur la ZAD
49.3 nuances de gré
Choisis ton camp, camarade !
Bébert le bousier
l’argent n’a pas d’honneur
"Ecce homo ! "
Education Nationale : une porte ouverte sur l’Armée
État de terrorisme
Terrorisme d’Etat
L’noisavé
Alors, rat... compte !
Révoltée !
C’est pour ton bien
Usine d’aliénés
Prédateur Social
Fourrière pour tous
Maudits codes-barres
Troisième démarque
11 novembre 2015, intervention à Joyeuse (Thème « exodes »)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 10 juin 2016 13:06:50 par willy

spécial big up ! on est plusieurs au bahut à lire ces chroniques sur le site. Merci à notre prof de philo de nous les avoir conseillées.

2

le 10 juin 2016 21:34:45 par Bernard

Merci pour ce commentaire. Les profs de philo sont souvent sympas...