Non-Violence
Non-Violence
par Bernard le 13 juillet 2016

La musique qui marche au pas...

Un texte lu au rassemblement pacifiste de Joyeuse (07) le 11 novembre 2012. Ou comment parler du 14 juillet un jour de souvenance... On pourra remplacer Françoise Parisot par Pierre Gattaz.

Le 11 novembre 1918 était signé la fin de la grande boucherie, les industriels des deux camps s’étant suffisamment engraissés. Dans chaque village, dans chaque famille les dividendes étaient de larmes et de sang.
Le 14 juillet 1919 le défilé traditionnel céda la place ...

Non-Violence
par Mélusine Vertelune le 6 juin 2016

Ni silence, ni pardon

Dans le titre du livre chaque mot a son importance, et il n’est pas anodin que ses premiers mots soient « ni silence » : le premier travail à faire, c’est celui-là, rompre le silence ?
Beaucoup de gens parlent du viol en général, du viol en théorie. C’est facile. Tant que le viol est perçu comme une violence exceptionnelle qui ne pourrait être commise que par un inconnu, condamner le viol n’engage à rien. Tant que la représentation que l’on se fai ...

Non-Violence
par Bernard le 2 avril 2016

Education Nationale : une porte ouverte sur l’Armée

Lu sur le site de l’académie de Nice :
"Lutte contre le décrochage : 13 jeunes immergés au sein d’une unité d’intervention de Brignoles
Dans le cadre du plan ministériel "Égalité des chances", la délégation militaire départementale du Var (DMD 83) et l’Education nationale ont développé pour l’année scolaire 2015-2016 une action partenariale innovante qui vise à vaincre le décrochage scolaire et à renforcer le lien Armées-Jeunesse. Ce dispositi ...

Brèves de combat

L’autre 11 novembre

le 13 novembre 2017 | PAR PAT DE BOTUL
Le 11 novembre, une soixantaine de personnes se sont rassemblées à Château Arnoux pour des allocutions pacifistes devant le monument aux morts. A la demande du maire de Château Arnoux, l’institutrice est venue avec des élèves et leur a fait chanter deux couplets de la chanson de Craonne. Et ce devant les corps constitués ! Une centaine de ont assisté au rassemblement pacifiste de Joyeuse (07). Interventions multiples dont celle du groupe d’Aubenas de la fédération anarchiste. Bon accueil et des contacts sympas.

Saine utopie

le 8 novembre 2017 | PAR PAT DE BOTUL
Le Mouvement de la paix a rassemblé 300 militants le week-end dernier à Gennevilliers. Ils ont mis en avant la priorité du désarmement nucléaire et vont organiser une série d’actions partout dans le monde.

L’ETA désarmée

le 10 avril 2017 | PAR PAT DE BOTUL
Alors que Madrid et Paris se refusaient à négocier, un collectif de citoyens a livré l’arsenal de l’ETA aux autorités françaises. Des milliers de basques ont salué cette opération civile. Nous aussi !

Manif contre les violences policières

le 20 mars 2017 | PAR Pat de Botul
À Paris, environ huit mille personnes ont marché contre les violences policières et leur impunité, derrière une banderole où étaient dessinés les treize visages et treize noms des dernières victimes de la police du capital : Amine Bentounsi, Lamine Dieng, Rémi Fraisse, Ali Ziri, Babacar Gueye, etc.

Ni oubli, ni pardon !

le 7 janvier 2017 | PAR Pat de Botul
Le CRS Alexandre M. est mis en examen pour avoir "volontairement causé des violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente sur la personne de Laurent Theron, en l’espèce la perte de l’usage d’un œil", le 15 septembre à Paris, place de la République, lors de la dernière manifestation syndicale contre la loi sur le travail. Le CRS avait lancé une grenade de désencerclement (GMD) "en cloche" contrairement aux consignes d’utilisation au ras du sol. La juge d’instruction chargée de l’enquête a estimé son tir « illégitime ».

Enfin !

le 14 décembre 2016 | PAR Pat de Botul
Le parquet de Paris a demandé la mise en examen du CRS Alexandre M. pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation permanente. Il est l’auteur d’un tir de grenade à main de dés-encerclement (GMD) qui a éborgné le 15 septembre Laurent Théron, un manifestant de 47 ans qui se trouvait place de la République, à Paris, dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail.

Vérité pour Adama !

le 5 décembre 2016 | PAR Pat de Botul
Communiqué du Comité Vérité pour Adama Traoré (Pour rappel : Adama a été tué le 19 juillet lors de son interpellation par les gendarmes de Beaumont sur Oise lors d’une interpellation policière des suites d’une prétendue "crise cardiaque" pendant sa garde à vue, alors que le jeune homme a été tabassé, des témoins le prouvent, ainsi que son frère présent lors de son interpellation). Or : "Youssouf et Bagui Traoré (son frère) ont été mis sous mandat de dépôt au vu des faits dont ils sont accusés lors d’une manifestation de protestation le 17 novembre dernier, devant la mairie de Beaumont sur Oise. Ayant refusé la comparution immédiate, nous demandions leur libération jusqu’au jugement. Ils seront finalement gardés sous écrou jusqu’au 14 décembre prochain, date de leur jugement. Neuf policiers municipaux portent plainte, les gendarmes de la ville sont témoins. Une bien honteuse machination : ce jugement est un acharnement. Youssouf et Baguy sont accusés "d’outrage, rébellion et violence" sans avoir ne serait-ce que provoqué la violence des gendarmes. La police et les gendarmes présents devant la mairie ont gazé les habitants, mais ils n’attendent aucune sanction ! Nous savons que cette criminalisation vient de plus haut que la mairie. Les gendarmes ont tenté d’intimider Bagui en lui disant tout simplement qu’Assa, sa sœur, devait faire profil bas et qu’ils n’appréciaient pas ses prises de paroles : "Dis à ta sœur qu’elle fait trop de bruit". Ces mots prouvent bien que nous devons faire face à des méthodes indignes, de déstabilisations et d’intimidations. Après avoir subi les pressions de la gendarmerie et de la mairie, voilà les pressions judiciaires... Nous avons besoin de tous les soutiens. Nous ne reculerons pas sur notre revendication principale, qui est la mise en examen des gendarmes, pour la justice et la vérité pour Adama. Il est certain désormais que notre mobilisation et nos prises de décisions mettent ces institutions en difficulté, d’où cette obstination à vouloir condamner une famille toujours en deuil, en brisant leur cellule familiale. Aujourd’hui, Youssouf et Bagui passent leur première nuit en prison. Pas de justice pas de paix !" Signez la pétition en ligne sur le site Vérité pour Adama.

Communiqué des 44 victimes du LBD40

le 2 décembre 2016 | PAR Pat de Botul
"Depuis 9 ans, les mutilations causées par les armes de la police se sont multipliées. Nous recensons aujourd’hui 44 personnes ayant perdu l’usage d’un œil après avoir été atteintes par des balles en caoutchouc, dont 5 blessés graves à Nantes. Le jugement du Tribunal Administratif de Nantes vient d’être rendu. L’État est condamné et la dangerosité du LBD40 est reconnue par la justice. En revanche, les juges de Nantes ont décidé de ne pas suivre le rapporteur public en opérant un partage de responsabilité à 50%, comme si les blessés et ceux qui leur ont tiré dessus étaient également responsables de leurs préjudices. Il ne s’agit plus de droit mais bien d’une présomption de culpabilité des victimes de violences policières, et de fait, d’une remise en cause extrêmement préoccupante du droit de manifester. Enfin, les réparations sont dérisoires. En 2012, le préfet de Nantes, par courrier confidentiel, me proposait près de 100 000 euros contre un abandon de toutes les poursuites engagées. Une des victimes du LBD40 a refusé cet arrangement, et a choisi d’aller au bout des procédures entamées en justice, pour mettre en lumière la dangerosité du LBD40. Aujourd’hui, c’est finalement une somme bien inférieure qui est proposée par le Tribunal Administratif. Dans tous les cas, aucune somme d’argent ne remplace la perte d’un œil. Nous sommes à présent des dizaines de personnes en France à vivre avec des séquelles permanentes causées par la police, à subir ce préjudice jour après jour. Ce jugement du TA de Nantes tombe dans une période particulière, où la mairie de Nantes a décidé à son tour de doter sa police municipale de Lanceurs de Balles de Défense. Un choix extrêmement grave qui confirme le processus de militarisation de la police et l’escalade sécuritaire observés ces dernières années, au niveau national et local."

Que fait la police ?

le 21 novembre 2016 | PAR Pat de Botul
Trois policiers comparaissent aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des blessures infligées à six personnes par des tirs de Flash-Ball. Les faits remontent à la soirée du 8 juillet 2009. Ils se sont déroulés à Montreuil (Seine-Saint-Denis), dans le cadre d’un rassemblement devant un squat évacué le matin par les forces de l’ordre. Ils ont notamment entraîné la perte définitive d’un œil pour Joachim Gatti, 41 ans aujourd’hui.

Manif pour la vérité

le 7 novembre 2016 | PAR Pat de Botul
Plusieurs centaines de manifestants ont défilé à Paris pour réclamer la justice après le décès d’Adama Traoré.

Italie : Amnesty dénonce les pratiques policières vis-à-vis des migrants

le 3 novembre 2016 | PAR Pat de Botul
Des policiers italiens ont eu recours à des pratiques « assimilables à de la torture » pour obtenir les empreintes digitales de migrants, affirme Amnesty International dans un rapport. Amnesty International rend l’Union européenne en partie responsable de cette situation : "Les pressions de l’UE sur l’Italie, pour qu’elle se montre "dure" envers les migrants et les réfugiés, ont conduit à des expulsions illégales et à de mauvais traitements qui, dans certains cas, sont assimilables à la torture, notamment en obligeant violemment les migrants à donner leurs empreintes".

La vérité sur l’assassinat d’Amada Traoré

le 28 octobre 2016 | PAR Pat de Botul
La famille d’Adama Traoré a obtenu satisfaction. Comme elle le souhaitait, l’enquête ouverte sur la mort du jeune homme de 24 ans lors de son interpellation par des gendarmes en juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) a été dépaysée à Paris. Visant des faits de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, l’instruction était jusqu’alors en cours à Pontoise. La famille de M. Traoré, très critique à l’égard de la conduite de l’enquête, avait demandé le dépaysement de l’affaire. C’est fait.

Il y a deux ans : le meurtre de Rémi Fraisse

le 27 octobre 2016 | PAR Pat de Botul
Quelques centaines de personnes ont rendu hommage à Paris, Toulouse et Nantes à l’écologiste Rémi Fraisse, tué il y a deux ans par une grenade des gendarmes lors d’affrontements sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn).

Répression contre un militant de Justice pour les Kurdes

le 14 octobre 2016 | PAR Pat de Botul
Le 1er avril, une dizaine de militants du collectif "Justice pour les Kurdes" ont symboliquement ensanglanté l’Office de Tourisme de Turquie à Paris sur les Champs-Élysées, avec de la peinture rouge. A l’issue de cette action non-violente, Xavier Renou a été placé en garde à vue, puis libéré sous la pression de la mobilisation internationale. Lors de l’audience où il comparaissait ce mercredi 13 octobre pour « dégradation légères », près de 3000 euros d’amendes ont été requis contre lui et son jugement a été mis en délibéré au 3 novembre.

Anti-nucléaires en GAV

le 8 août 2016 | PAR PAT DE BOTUL
Rémi Filliau et Sophie Jallier, deux participants au jeûne contre l’armement nucléaire organisé tous les ans à l’occasion du jour anniversaire du largage de la bombe atomique sur Hiroshima, sont toujours en garde à vue. Ils doivent être déférés devant le tribunal à la demande du parquet de Paris. Les deux pacifistes ont été interpellés samedi matin alors qu’ils apposaient des autocollants et inscrivaient des slogans à la craie en face du siège des « Républicains », rue de Vaugirard. « L’action non violente consistait en un die-in pour rappeler aux candidats à l’élection présidentielle la nécessité d’arrêter l’armement nucléaire français, qui coûte autour de 4 milliards d’euros chaque année », selon le collectif des « Désobéissants ».

Monde pourri

le 11 mai 2016 | PAR Pat de Botul
Amnesty International et la Fondation de recherche Omega dénoncent que des objets assimilés à des instruments de torture, officiellement interdits dans l’UE font l’objet d’une publicité commerciale sur Internet mais aussi sur des salons militaires. Qu’il s’agisse de menottes super-sophistiquées, de boucliers à pointe ou encore, de paires d’entraves lestées pour les chevilles.

Massacre en gros dans le bio

le 25 février 2016 | PAR Pat de Botul
L’abattoir "bio" du Vigan vient d’être fermé à titre conservatoire, grâce entre autre à l’association L214 qui avait déploré que même dans un abattoir tourné vers le bio et le local, les animaux perdent la vie dans la souffrance. Une vidéo du site montre en effet notamment comment un employé force les agneaux récalcitrants à rentrer dans le couloir de barrières et lancer à plusieurs reprise des bêtes contre les clôtures. Des bovins et des porcs sont égorgés vivants, un employé s’amuse à donner des coups de matraque électrique pour tester la réaction des animaux. À gerber !