Cinéma > Lea
Cinéma
par Christiane Passevant le 26 juillet 2016

Lea

Film de Marco Tullio Giordana

Lea vit dans un village de Calabre, toute la famille est sous la coupe de la mafia. Son père est assassiné alors qu’elle est une enfant, et son frère n’a de cesse que de le venger. De l’entrée dans la mafia, on voit le serment, le sang et l’image sainte brûlée, puis le passage à l’acte de la vendetta par le clan.

Bien qu’elle soit plutôt rebelle aux traditions, Lea se conforme d’abord aux règles du clan jusqu’au jour où elle se révolte pour protéger sa fille Denise de la violence quotidienne. Elle habite Milan avec le père de sa fille, un petit malfrat qui vit de la drogue et du racket des immigrés, et bientôt elle ne supporte plus les cris, les règlements de compte, la « famille »… Elle retourne en Calabre et demande de l’aide à son frère, mais celui-ci lui conseille de prendre la direction du trafic pour se faire respecter. Lea refuse, mais comprend que la rupture avec le système mafieux, que se libérer de sa férule et gagner son indépendance signifie une fuite incessante… Toute sa vie.






C’est pourtant le choix qu’elle va faire, elle brave les règles « familiales » de la mafia et réclame la protection de la police. Denise grandit, de déménagement en déménagement, car Lea est recherchée par tout un réseau familial sur lequel repose la mafia calabraise. Abandonner le clan, surtout de la part d’une femme, c’est une trahison avec tout ce que cela implique et le père de Denise ne va pas se gêner pour faire payer à Lea le prix de son insoumission.

Le film s’inspire de la réalité, du combat de Lea Garofalo qui fut victime du système mafieux calabrais pour avoir voulu s’en émanciper. Avec ce film, Marco Tullio Giordana réalise la suite des Cent pas, son autre film réquisitoire tourné quinze ans auparavant sur l’assassinat d’un journaliste radio opposé à la mafia sicilienne. Les deux films ont été écrits en collaboration avec la même scénariste, Monica Zappelli. Lea était une femme qui luttait pour s’émanciper et assurer un autre avenir à sa fille. Peppino était un journaliste radio qui dénonçait les pratiques mafieuses.

L’histoire de Lea a marqué l’opinion en 2009, à la fois par l’horreur des faits et par le courage de Denise, sa fille, qui a dénoncé les assassins de sa mère, à commencer par son propre père. En Italie, Lea est un symbole de résistance pour toutes les femmes subissant une culture rétrograde qui alimente la possessivité et la violence.

Marco Tullio Giordana a également réalisé, entre autres films, Nos meilleures années (2003) et Piazza Fontana (2012).
Dans un entretien, il a déclaré : « cette histoire devait être racontée et à travers le cinéma, toucher le plus grand nombre. […] On m’a dit que lorsque Denise était petite, sa mère lui avait montré Les Cent pas. Quand je l’ai appris, j’ai compris combien il était important pour moi de faire ce film. »

Lea sera sur les écrans à partir du 13 juillet.
PAR : Christiane Passevant
SES ARTICLES RÉCENTS :
Rester debout
Dernier train pour Busan (Train to Busan)
L’effet aquatique
Toni Erdmann
Race (La couleur de la victoire)
Je me tue à le dire
Mimosas. La voie de l’Atlas
Contre-pouvoirs
La Reine de beauté de Leenane
Qui a tué Ali Ziri ?
40 ans des Productions de la Lanterne vus par leurs réalisateurs
In Jackson Heights
This is my Land
Argentina (Zonda)
À peine j’ouvre les yeux
Un monstre à mille têtes de Rodrigo Plà
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler