Chroniques du temps réel > Gilets jaunes : entre colère légitime, débordements racistes et perte des repères de classe
Chroniques du temps réel
par Groupe anarchiste Salvador-Seguí le 22 novembre 2018

Gilets jaunes : entre colère légitime, débordements racistes et perte des repères de classe



Depuis samedi dernier, c’est une vague de gilets jaunes qui semble donc s’être répandue sur l’Hexagone pour dénoncer, au départ, l’augmentation des taxes sur les carburants. Si l’on en croit les derniers décomptes, à l’heure où sont écrites ces lignes, ces rassemblements auraient regroupé près de 290000 personnes sur l’ensemble du territoire depuis samedi. Au programme, des blocages, des opérations escargots et de filtrage, et surtout pas mal de débordements racistes, homophobes et violents.

Mouvement aux origines assez floues, le large mot d’ordre de ras-le-bol fiscal a, dès ses débuts, fait sauter les oppositions de classe en rassemblant dans un même élan, prolétaire, petite bourgeoisie et patronat. Preuve en est, certains transporteurs voyant dans l’augmentation des taxes sur les carburants, une perte de leurs chers profits, ont rejoint le mouvement et participé aux blocages ce week-end. Parallèlement, l’extrême-droite s’est rapidement ralliée à ce mouvement de contestation (celle-ci, attachée à ses idées libérales, se retrouvant pleinement dans la fronde anti-impôt portée par les gilets jaunes), avant d’être rejointe par les courants politiques de tout poil, de droite comme de gauche, qui ne voulaient visiblement pas manquer d’exister dans le cadre d’un mouvement d’ampleur.

Par ailleurs, derrière l’appel premier contre la hausse des taxes sur les carburants semblent s’être rassemblées des colères et des revendications bien diverses. On retrouve ainsi chez ces gilets jaunes, aussi bien des personnes en situation de précarité, poussées à bout par les politiques de casse sociale des gouvernements successifs, que des manifestants aux revendications franchement douteuses voire clairement libérales, fustigeant fonctionnaires, cotisations et aides sociales. Grâce à eux, Macron a d’ores et déjà l’excuse parfaite pour légitimer ses futures attaques contre ce qu’il reste des services publics et des mécanismes de sécurité sociale, en faisant sauter leurs sources de financement.

En tout cas, les multiples agressions homophobes et racistes de ce week-end témoignent de l’idéologie nauséabonde qui plane chez un certain nombre de gilets jaunes. L’épisode de la jeune femme voilée, sommée de retirer son voile sous la pression d’apprentis miliciens, ou encore celui de l’agression raciste d’une jeune femme font vomir. Dernier exemple en date, un barrage de gilets jaunes qui, après avoir repéré des migrants cachés dans un camion, appelle les gendarmes pour qu’ils soient arrêtés. Ces épisodes nous montrent que certains, en prenant leur chasuble jaune, se rêvent en réalité en flic, administrant leur petite justice réactionnaire, raciste et expéditive aux abords d’un rond-point. Car disons-le aussi clairement : ces gilets jaunes, s’ils sont l’expression pour beaucoup d’une colère profondément légitime contre les dirigeants et le système politique en place, ont aussi quelque chose de bel et bien flippant, notamment quand ils se transforment en milices improvisées, sans principes ni règles clairs, jugeant et violentant parfois les individus à la tête du conducteur de la voiture.

Une chose est en tout cas certaine, ce mouvement des gilets jaunes, nous montre qu’il existe des colères bien réelles et légitimes chez nombre de personnes, fruits de la précarité qu’organisent patrons, politiciens et possédants. Cette colère est d’autant plus compréhensible dans les déserts ruraux, espaces où disparaissent années après années, hôpitaux, maternités, gares, bus, écoles. L’émergence d’un futur mouvement social n’est donc pas impossible face aux réformes que nous prépare le gouvernement Philippe. Malheureusement, en rassemblant travailleurs et patrons sur des mots d’ordre communs, les gilets jaunes sont aussi le signe de la disparition de la culture et des repères de classe. Aussi est-il plus que nécessaire aujourd’hui de diffuser massivement nos discours et nos idées, de rappeler nos oppositions de classe, et le fait que ce mouvement, dans la forme qui est la sienne aujourd’hui et les idées qu’il diffuse, ne fait que servir la soupe à l’extrême-droite et préparer le terrain aux futures politiques ultra-libérales du gouvernement, notamment celle de la réforme à venir du régime de retraite. Face aux problématiques de mobilité que posent cette hausse des taxes sur les carburants, il nous faut porter des mots d’ordre et des revendications claires en exigeant notamment la création de transports en commun dans les régions où ils sont inexistants, leur gratuité, la taxation du capital et non des travailleurs, l’augmentation des salaires, des pensions et des retraites. Mais nous ne devons pas oublier que ces revendications immédiates, absolument nécessaires, ne pourront répondre à long terme à la misère sociale que produit structurellement le système capitaliste. C’est pourquoi, nous, anarchistes, prônons une société fédéraliste débarrassée des exploitations de classes, organisée autour d’associations de consommateurs et de travailleurs, assurant la production, la sauvegarde des métiers, et le bien-être de chacun. La révolution que nous devons porter ne doit pas être un mouvement de violence tout azimut, sans principe ni repères de classe, prenant pour ennemi celui ou celle qui ne chante pas la Marseillaise ou qui porte un voile, mais un mouvement de fond de reconstruction de nos institutions sociales porté par les travailleuses et les travailleurs eux-mêmes et qui place notamment au cœur de leur fonctionnement les principes de solidarité et d’égalité.

Groupe anarchiste Salvador-Seguí
Paris, le 22 novembre 2018
PAR : Groupe anarchiste Salvador-Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
Concert de musique au son des casseroles à Park Hyatt Vendôme
Pour la régularisation immédiate
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 24 novembre 2018 13:31:44 par laucog, anarchiste individualiste (mais) solidaire

Bravo pour votre article! Il correspond tout à fait avec tous mes doutes à propos de ce mouvement. Il semble même se diversifier selon les régions... Des revendications sociales et portées par une colère saine et nécessaire dans certaines et du poujadisme néo-fasciste dans bon nombre d’autres... Cette foule lâche et imbécile prête à lyncher l’étranger au lieu de s’attaquer au système ne peut que donner la nausée... Quand au choix de la couleur de leur gilet, il est juste le symbole dégueulasse des "jaunes" qui vont travailler quand les autres font la grève. Les versaillais montent sur Paris?...

2

le 24 novembre 2018 14:41:07 par Sol

analyse parfaite! merci

3

le 25 novembre 2018 08:17:23 par J.

Merci, ça fait 2h que je lis des analyses de droites et de gauches ( dans tous les sens du terme ) et vous êtes le premier article qui parle de la nécessité d’un service public et de transports en communs. De plus votre analyse sociologique du mouvement me semble très pertinente.
Je vais diffuser cet article
Encore merci

4

le 26 novembre 2018 11:04:32 par A.

Superbe article ! J’aimerai ajouter simplement que l’extrême droite n’a pas tenté de s’accaparer le mouvement, mais en est bien à l’origine, et a réussi à se camoufler sous une illusion d’ "apolitisme". En effet, le mouvement émane d’une vidéo de Franck Buhler ( suspendu du Fn pour propos raciste, maintenant chez NDA ) massivement relayée sur les réseaux sociaux. On a pu observer avant même le 17 nov sur les groupes de soutiens l’influence et la présence de l’idéologie d’extrême droite, avec des discours racistes, sexistes, homophobes, complotistes etc... Ainsi les pires groupuscules d’extrême droite radicale ont pu être observés dans les groupes de gilets jaunes depuis le début du mouvement : du GUD à l’Oeuvre Française, en passant par Civitas et l’Action Française accompagnés d’admirateurs de Faurisson notoires. La prétendue nature "apolitique" du mouvement n’a depuis le début été qu’une stratégie fumante pour propager dans les rangs des idées nauséabondes, comme l’avait fait le poujadisme à l’époque, qui avait amené tonton Jean-Marie sur le devant de la scène. Merci encore pour l’article.

5

le 27 novembre 2018 19:12:47 par Aniouta

La mobilisation des gilets "jaunes" est politicarde. Pas d’auto-organisation, sociale, émancipatrice - seule une mise en scène spectaculaire, politiquement stratégique idiote, récupérant l’imagerie insurrectionnelle pour faire peuple, pariant sur la déculturation de chacun. Si les gilets jaunes étaient préoccupés du coût des transports, écologistes et autogestionnaires, ils saisiraient les bus obsolètes en rade, les mettraient en état de marche et créeraient des réseaux de transport contournant les impasses de l’individualisme bagnoleur. Un mouvement social réellement créateur de liberté se caractérise par des débats sur un projet social. Ici, aucun débat. Aucun débat interne sur le désir raisonné d’une autre société. Seule revendication, effrayante: "que l’Etat me paie ma bagnole électrique". Les gilets jaunes veulent la Suisse. Votations, référendum/da, xénophobie et fric à flot ( où va "mon" argent?: à vomir et c’est là sa place ). Europe Suisse: désir commun aux gilets jaunes et à Macron. Ils doivent pouvoir s’entendre: Allez, un nouvel Etat off shore, franco-écolo suisse, évangéliste et démocratique de l’entre-soi obligé. Ne faisons pas trop d’images d’histoire : ici l’histoire est en panne. Et tout est à inventer. à commencer par l’abolition de l’argent, premier dévorateur des ressources du vivant planétaire.

6

le 28 novembre 2018 17:18:40 par bernard liaison lot-Aveyron

Je ne serai pas aussi catégorique que vous, j’ai participé au barrage des routes et des ronds points, certes il y a eu des excès , mais ce qui rassemble la plus part des personnes, qui sont de mon village, c’est qu’il ne croit plus aux partis politiques, ils veulent des assemblées citoyennes, ils ne veulent plus que les politiques les enfumes, je suis présent aux assemblées générales et je peux m’exprimer. Il faut arrêter de vouloir prétendre qu’il n’y a que les anarchistes qui ont la vérité, cette révolte émane aussi de personne ayant des salaires de misère et qui n’en peuvent plus et si nous anarchiste , nous n’avons qu’a leur cracher à la gueules qu’ils sont d’extrème droite, je pense que vous êtes à coté de la plaque, mouillez vous allez à leur rencontre ,échangé avec eux

7

le 28 novembre 2018 17:54:28 par Gilet Jaune anarchiste et antifasciste

2 textes à lire et à faire lire par les camarades :
- "la conscience de classe des gilets jaunes" ( sur le site de France-Culture )
- "Les Gilets jaunes replacent la question sociale au centre du jeu politique", par Gérard Noiriel dans Le Monde.

Militant antifasciste de longue date, j’ai pour ma part fait le choix d’aller "prendre la température" puis de participer activement à cette lutte reconductible. J’y ai croisé des syndicalistes CGT, des communistes, des anarchistes, mais aussi bien plus de membres du lumpen-prolétariat que dans nos réunions et actions habituelles, ainsi que quelques personnes que je soupçonne d’avoir voté fasciste aux dernières élections, mais qui prennent soin de ne pas trop s’afficher ouvertement. Ce dernier point n’est pas sans me poser un cas de conscience : faut-il leur laisser le champ libre ou être au côté des centaines de milliers de gilets jaunes afin de porter des revendications sociales et politiques opposées au fascisme ? Exemple : le "non aux taxes" va de pair avec un "oui à l’impôt" et "hausse du SMIC". Cette revendication de justice sociale et fiscale est portée haut et fort par les gilets jaunes ( rétablissement de l’ISF, suppression de la TVA et impôts plus élevés pour les riches ). Et ça emmerde le F-Haine, qui est du côté du patronat.
Chers camarades, nous avons le choix entre deux attitudes également insatisfaisantes : chier sur le peuple en gilets jaunes à cause des fachos qui y sont présents, ou être au côté d’un peuple en lutte qui n’a pas la conscience de classe dont nous rêvons et y combattre les idées fascistes sur le fond.
Si vous vous interrogez sur la bonne attitude, je vous conseille vivement de lire ou de relire les analyses de Marx sur l’instrumentalisation du lumpen-prolétariat par la bourgeoisie.
Je pense que le F-Haine aurait dû être interdit, en tant que parti misogyne, raciste et fasciste, mais il ne l’a pas été et il a fait des dégâts. Faut y aller, au charbon, camarades ! "No pasaran !", il ne suffit pas de le dire, il faut le faire.
Salut, et fraternité

8

le 29 novembre 2018 11:00:49 par bernard bruley liaison lot aveyron

je ne suis pas content du tout que mon message d’hier soi censuré.
Je partage l’avis de rené bertier;
j’ai participé à une assemblée générale sur la commune de Figeac 46100,il n’y avait pas d’individu d’extrème droite, nous avons écrit des cahiers de doléance d’esprit libertaire, donc dde voir toutes les conneries écrites ci dessous, font que je partage l’avis de rené Berrtier, vous êtes en retard vous ne comprenez pas la misère des personnes qui gagent 900 euros par mois et je vous annonce la couleur si mon article est censuré je quitte la Fa, de plus dans cet assemblé j’ai croisé un anar non encarté à la Fa

9

le 29 novembre 2018 11:02:22 par bernard 46 12

Ces doléances vont être apporté à la députée du lot et si elle n’en prends pas compte le mouvement va se durcir

10

le 30 novembre 2018 07:13:31 par laucog, anarchiste individualiste (mais) solidaire

En effet, le mot "poujadisme" parait coller à merveille à ce mouvement dont l’une des principales revendications est la baisse des charges patronales...

11

le 3 décembre 2018 09:10:18 par aucog, anarchiste individualiste (mais) solidaire

A la suite de la journée de samedi et des lectures des derniers messages déposés ici et de l’article d’Onfray sur le "message des gilets jaunes", je commence sérieusement à douter de mes premières réactions. Comme beaucoup sans doute... Si les premières revendications à propos des taxes et des charges patronales ont pu laisser un parfum de poujadisme libéral pénétrer les débuts du mouvement, la suite semble pourtant montrer un vrai discours social et réclamer plus d’égalité. Avons nous été dupés par les médias qui insistaient tant sur la présence de fascistes et de petits patrons? Une façon de freiner l’envie des syndiqués et des encartés dans des mouvements réellement de gauche d’aller se joindre aux gilets jaunes?... Et ça a bien marché... Au moins durant quelques jours... Mais la colère populaire s’est vite imposée avec des messages clairs contre la paupérisation des plus démunis et une demande saine de plus de justice et d’égalité. Et puis, la Commune n’avait-elle pas débuté à cause de la volonté de l’armée de retirer les derniers canons présents dans Paris pourtant cernée par les prussiens? Cette formidable révolte est pourtant bien partie d’un réflexe de défense, d’un acte presque guerrier et nationaliste face aux régiments étrangers... Quand on voit comment la défense de ses canons a fini par se muer en une formidable révolution sociale et politique, on peut aussi rêver que ces premières revendications très égoïstes des premiers moments puissent déboucher sur quelque chose de bien plus beau...

12

le 3 décembre 2018 12:09:16 par Pascale

Oups ! Certains arguments lus dans cette page de commentaires me mettent autant en colère que ce que l’on peut lire ou entendre dans les médias généralistes: de "la foule lâche et imbécile" à " seule revendication ,que l’état me paye ma bagnole électrique" c’est carrément méprisant pour ceux qui n’en peuvent plus, qui se sentent de jour en jour de plus en plus exclus, dénigrés, et sucés jusqu’à la moelle, qui rament tous les jours et qui n’en ont pas moins une réelle conscience écolo et humaniste. "Un mouvement social réellement créateur de liberté se caractérise par des débats sur un projet social. Ici, aucun débat. Aucun débat interne sur le désir raisonné d’une autre société " Visiblement vous êtes mal renseigné, car des assemblées et des débats il y en a. Et puis, j’ai souvent entendu parler d’éducation populaire au sein des mouvements anarchistes, alors n’y aurait il pas là justement l’occasion de discuter avec ceux qui ne voient pas les choses comme nous, car oui il y a en effet dans ce mouvement des éléments d’extrême droite radicaux mais aussi beaucoup d’extrême droite par défaut. Mais sinon, on peut toujours continuer de discuter entre nous en étant bien convaincus de détenir La Vérité...sympathiquement.

13

le 3 décembre 2018 12:39:47 par J.H

Oui. Douteux pour des révolutionnaires. Faire le tri entre les colères vous conduira à rester dans vos chambres et à subir une dictature fasciste. Vous citez 2 événements. Je vous rappel qu’il y à une multitude de poids lourds et de migrants qui passent la frontière. Pas sûr que vous vous en rendiez compte. Allez dans les Alpes de Hautes Provence. Je me porte garant de mes concitoyens qui se comportent en masse de façon solidaire avec les migrants. Gilets jaunes ou pas.

14

le 3 décembre 2018 17:29:34 par Trucmuche

Je me retrouve à 100% dans cet article.

15

le 3 décembre 2018 18:49:35 par GERARD JAN

Les analyses des libertaires "officiels" me semblent complètement à côté de la plaque d’immatriculation du mouvement et maintenant de la forme insurrectionnelle
des gilets jaunes, ne voyant chez eux que des beaux, des racistes, des homophobes, des lepenistes.
C’est de l’eugénisme, vous ne voulez voir qu’une race pure et idolâtrée des gilets jaunes avec vos "grilles de lecture" du passé ou dépassées pour disqualifier les évènements de gens qui n’ont pas une conscience politique estampillée ou garantie par les partis, les syndicats ou les fédérations même anarchistes.
René BERTHIER ne s’y trompe pas en se référant à Bakounine sur la puissance révolutionnaire des "masses" qui n’ont pas besoin du catéchisme "de la révolution pour les nuls" pour soutenir ou participer à un tel soulèvement.
Les rédacteurs du Monde libertaire comme les radioteurs de leur organe parlé pour des émissions dites militantes semblent complètement égarés.
Ce ne serait malheureusement pas la première fois.

16

le 5 décembre 2018 12:33:24 par D.

Bon, je viens de lire votre article et je ne suis d’accord que partiellement avec vous.
Bien sûr, la genèse du mouvement est basée sur une analyse très démagogue des vrais problèmes des gens. L’anti-fiscalisme primaire est bien entendu l’apanage de la droite néolibérale et de l’extrême droite. Ca, c’était au début du mouvement. Maintenant, on n’en est plus là, les gens parlent et les langues se délient. On ne demande pas juste de supprimer les taxes prévues mais bien de rétablir l’ISF, d’augmenter le SMIC et même parfois une sixième République. Et cette République, ça pourrait bien être la sociale, celle si chère à notre cœur comme à celui de la bonne Louise. Bon sang camarades, vous ne voyez pas qu’au lieu de laisser le mouvement aux fachos, il est temps aujourd’hui de faire comprendre aux gens quels sont leurs intérêts de classe? De leur faire comprendre aussi que l’immigré, l’étranger, le sans-papier, le demandeur d’asile sont leurs camarades de classes contre les puissants? Les gens ne sont pas tous des veaux, bien au contraire. Il faut y aller et ne pas laisser gagner les fachos, qui eux ont bien compris comment s’emparer du mouvement et sont dans la rue.
Attention à ne pas regarder ce qu’il se passe de trop haut.
Anarchiste

17

le 5 décembre 2018 16:06:44 par bernard bruley liaison lot aveyron

Voici le cahier des doléances du Grand Figeac 46100 ou j’étais présent

GILETS JAUNES

CAHIERS DE DOLEANCES DU GRAND FIGEAC

Doléances des salariés

Les charges sociales des salariés sont trop élevées.
Réduction Fillon qui oblige les entreprises à rémunérer les salariés avec de petits salaires.
Fin du C.I.C.E
Fin du dumping sociale : ( délocalisation et travailleurs détachés de l’Est )
Conditions de travail :
Détérioration des conditions de travail pour les aides-soignants : manque de personnel pour assurer les taches comme il faut.
Maison de retraite : jusqu’à 45h/semaine/ fatigue, répercussion sur la qualité des prestations qui va jusqu’à la maltraitance.
Flicage des arrêts de travail. ( tous salariés confondus )
Trop de travail précaire : contrôler l’utilisation des CDD multiples.
Problème des cartes « chèques déjeuners » qui en limite l’utilisation.
Pression permanente sur les salariés qui dégradent les conditions de travail.
Demande de plus d’évolution de carrière
Incertitude sur l’âge de la retraite et de ses conditions.
Mise en cause du regroupement des caisses de retraite complémentaire.
Avec l’âge de la retraite qui recule, il y a de moins en moins d’emploi.

Problèmes économiques :

Indexation du SMIG sur le cout de la vie.
Difficultés à obtenir un emprunt des banques pour acheter, lorsque l’on est précaire.
Fin des taxes sur les carburants :
Impossibilité de se passer de la voiture en milieu rural.
Fin du 80KM/h
Demande d’augmentation du plafond des aides. ( plafond trop bas )
Augmentation des mutuelles avec de moins en moins de remboursement.
Augmentation du contrôle technique
Abonnement et taxes sur électricité trop lourdes ( 50% de la facture )

Abandon des campagnes :

Augmentation de la fracture entre métropoles et espaces ruraux ( « France périphérique » )
Augmentation de la fracture sociale entre les riches et les autres : les riches deviennent de plus en plus riches, les autres s’appauvrissent de plus en plus.
Rétablissement de l’ISF
Disparition des services publics en milieu rural : fermeture d’écoles, manque de médecins, fermeture des services de proximité.

Problèmes de société :
Fin des additifs, colorants, conservateurs, et tous produits dangereux autorisés dans l’alimentation.
Fin du glyphosates et autres produits toxiques pour la santé, utilisés dans la fabrication et dans l’agriculture.
Taxation du Kérosène, gaz oïl pour les bateaux et tankers, au même titre que le gaz oïl et l’essence du quidam.
En quoi le diésel pollue plus puisqu’il consomme moins et qu’il est équipé de filtre à Particules.
En supprimant le diésel, on consommera plus et on paiera plus de taxes.
Voiture électrique : manque de borne, prix excessif, comment fournir l’électricité nécessaire au parc automobile.
Que va-t-on faire des batteries électriques que l’on ne sait pas recycler.
Refus du compteur Linky, qui flique et n’est pas fiable ( consommation, source d’incendies )

Doléances des chômeurs et personnes en difficultés.

Exonération des taxes.
Revalorisation des minima sociaux.
Revoir les catégories et les montants des pensions d’invalidité
Aucun minima inférieur au seuil de pauvreté ( 855 E/mois )
Non à la fin des contrats aidés.
Ne pas pénaliser financièrement les personnes touchant l’AAH, et/ou la pension d’invalidité, s’ils font quelques heures de travail.
Que les personnes qui touchent l’AAH cotisent pour la retraite.
Suppression immédiate de la Taxe d’Habitation.
Baisse des prix du gaz de l’électricité et de l’eau pour les chômeurs, salariés précaires et personnes en difficultés
Baisse des prix du carburant.
Taxation du kérosène pour les avions et du carburant pour les bateaux et tanker.
Taxation des entreprises qui polluent le plus.
Fin des 80KM/h
Non à l’augmentation du prix des contrôles techniques et à l’augmentation du nombre de points contrôlés.
Mise en place de moyen de transport régulier pour permettre aux plus précaires de venir en ville pour chercher un emploi, un RDV médical, des soins etc, pour dépenser moins en carburants

Doléances des Salariés en difficultés :

Augmentation du Smic de 20
Elargissement CMU
Augmentation des minimas sociaux.
Augmentation des aides à la mobilité, voire gratuité des transports.
Baisse de l’électricité, gaz, produits pétroliers.
Suppression de l taxe audiovisuelle
Suppression des frais bancaires.
Fin de la sur-taxation.
Baisse du coût de la santé et notamment des dépassements d’honoraires.
Baisse de la TVA
Suppression de la taxe carbone.
Taxer les entreprises aux activités polluantes.
Taxation du kérosène au même titre que le carburant des véhicules.
Pas d’augmentation des mutuelles santés
Restructuration des services publics.
Simplification des démarches administratives.

Doléances des étudiants :

Revenus de base pour les étudiants, sans conditions de ressources des parents.
Plus de services publics et de transports de qualité
Revalorisation des APL et versement sans délai de carence.
Aide financière pour passer le permis.
Amélioration des remboursements dentaires et optiques par les mutuelles
Plus d’encadrement sur les hausses de loyers.
Plus de services publics.
Fin des 80KM/h

Doléances PME/TPE/artisans

Libre circulation des biens et des personnes
Baisse des prix du carburant
Payer moins de charges et impôts pour vivre dignement de son travail.
Allègement de la fiscalité du Grand Figeac sur les PME/TPE et artisans
Mêmes aides pour les artisans pauvres que pour les travailleurs pauvres.
Limiter la concurrence déloyale d’Internet.Supprimer le 80KM/h
Doléances des retraités :

Annulation de l’augmentation de la CSG de 1,7%
Revoir l’augmentation des retraites ( stagnation depuis plusieurs années )
Pas de baisse ou de disparition des pensions de réversion.
Indexation des retraites sur le coût de la vie, pour le Régime Général et les complémentaires.
Augmentation du smic de 10%
Remettre la ½ part pour les veufs/veuves/divorcés.
Revenir sur la baisse des APL.
Exiger que les médecins exercent pendant 5 ans dans les campagnes.
Gel des taxes sur le carburant.
Baisse des impôts et taxes sur les successions.
Taxation du kérosène et fioul lourd ( avion, bateau, tanker ) comme pour le carburant voiture.
Suppression des 80KM/h
Imposer le ferroutage aux camions étranger qui traversent la France.

Demandes pour un retour à une vraie Démocratie

Probité  et transparence :
Transparence des fonds publics.
Transparence des frais des députés, sénateurs et ministres.
Fin de la puissance des lobbies
Interdiction pour les députés ou sénateurs de recevoir de groupes privés, « cadeaux en nature ou en argent »
Rendre public les agendas des élus, pour connaître les lobbies qu’ils côtoient.
Faire un quota de lobbies par secteur, et que les petits secteurs soient représentés.
Gestion :
Contrôles et vote des dépenses publiques par le peuple.
Baisse du train de vie l’Etat.
Baisser des salaires du président, des députés, sénateurs, ministres, secrétaires d’Etat, hauts fonctionnaires.
Limiter les avantages en nature et défraiements de la classe politique.
Diminuer le nombre de ministères et secrétariat d’Etat.
Baisser les retraites des élus.
Supprimer les avantages conservés par les anciens présidents ( service d’ordre, déplacements gratuits etc )
Fin de l’intervention de l’Etat pour le remboursement des dettes privées .

Justice fiscale :
Restauration de l’ISF.
Lutte contre l’évasion fiscale des grandes entreprises et groupes internationaux.
Taxer les gros pollueurs et non les petits.
que les grands fraudeurs soient condamnés comme les petits ( Cahuzac, Thévenou, Carlos Gohn, etc )
Taxer les bénéfices des grands groupes comme Total, Amazone, Apple.
Prise en compte pour l’impôt sur le revenu de toutes les aides reçues.
100% des foyers français doivent payer l’impôt sur le revenu, même s’il est symbolique ( aujourd’hui, seulement 47% des foyers français payent l’impôt sur le revenu )

Vie politique :
Démocratie participative.
Réduction des députés et sénateurs.
Initiatives des lois au peuple, et non à des représentants soumis à un parti.
Prise en compte des votes blancs
Prise en compte de l’abstention, avec pouvoir d’annuler une élection tant que la majorité n’est pas obtenue.
Publier les décrets d’application de la loi sur le Référendum d’initiative populaire.
Mettre le référendum d’initiative populaire comme en Suisse.
Services publics :
Restructuration de tous les services publics.
Simplification des démarches administratives.
Egal accès aux services publics sur tout le territoire.
Europe :
Que le président applique la volonté du peuple et non celle de l’Europe
Mettre fin aux lois imposées par Bruxelles
Ne plus soumettre la volonté du peuple Français à la volonté de Bruxelles.

Territoire :
Réduire les pouvoir des communautés de communes pour donner plus de pouvoir et de respect aux petites communes.
Baisse des taxes professionnelles et apprentissage des communautés de communes.
Rééquipement des territoires en moyens de transport, Internet pour permettre le développement des activités économiques en zone non urbaine.
Economie  et finances :
Souveraineté de l’Etat dans son financement/investissement.
Séparation des banques de dépôts et d’affaires.
Mise en place d’une commission d’étude pour refonder le système économique, actuellement fondé sur : crédits/dettes/intérêts.
Sortir de la religion de l’argent
La monnaie doit redevenir un outil d’échange pour satisfaire les besoins de la société.
L’argent doit redevenir un bien commun
Le système monétaire doit servir à financer les activités rentables pour la société, et non à produire plus d’argent.
Séparation des banques de dépôts et d’affaires.
Les banques doivent servir à faire du crédit aux particuliers et aux entreprises, pas engranger les dépôts pour les mettre dans des placements toxiques.
Droit du peuple de retirer son argent des banques sans limitation de montant et sans devoir fournir d’explication à l’Etat

Constitution :
Donner au peuple le droit de confirmer ou non le président à mi-mandat par référendum.
Convoquer une assemblée constituante pour écrire la constitution de la 6ème République, avec validation par référendum à 80% des inscrits.

CONCLUSION

Il ressort de ces doléances populaires des Gilets jaunes du Grand Figeac, qu’il y a une urgence à revaloriser les revenus que sont les salaires, retraites, minimas sociaux, AAH, allocations étudiantes, etc, afin de permettre au peuple de vivre dignement de ses revenus et non de survivre.
Un arrêt définitif de l’augmentation des taxes est tout aussi indispensable, afin que cette augmentation des revenus ne soit pas annulée par l’alourdissement permanent des ponctions de toutes sortes.
Enfin seul le retour des services publics que sont les écoles, hôpitaux, préfectures, centre des impôts, tribunaux et moyens de transport tels que le train et routes, permettront aux zones non urbaines de se développer et de donner à ses habitants, le même espoir d’avenir que les autres Français.

Les Gilets Jaunes n’acceptent plus la maltraitance citoyenne due au mépris qu’on leur manifeste, et à l’abandon économique qu’ils subissent depuis maintenant trois quinquennats.

18

le 6 décembre 2018 20:50:21 par savanier

Je suis d’accord : on ne peut pas se "limiter" à la seule lutte économique ( pouvoir d’achat.... ). Il faut prendre une position politique ( et oui, je n’ai pas peur de ce terme ) : il faut changer de société et prétendre à la liberté en tout lieu et tout moment et toute activité.

19

le 7 décembre 2018 11:12:58 par Mandelier

Bonjour,

Calmons les polémiques, entre nous au moins.
Je m’étonne qu’aucun échange ( ou alors ça m’a échappé ) sur les composantes sociologiques et idéologiques des Gilets jaunes ne se réfère aux articles de Lundi.am, et notamment à celui-ci, excellent : [LIEN]
et/ou à cet article de YY :
[LIEN]
Presque tout y est dit, et cela éviterait de rajouter des commentaires souvent un peu stériles, du moins superflus, même si bien sûr chacun peut apporter son petit grain de sel.
J’ai apprécié le post n°7, de Gilet Jaune Anarchiste et Antifasciste, car il se contente de nous renvoyer à d’autres articles qui aident à penser.
Lisons et réfléchissons avant de multiplier les prises de position trop simples.
Une chose est sûre : c’est très compliqué !
Une 2ème aussi : le fascisme est réellement en embuscade et nous devons peser de toutes nos forces pour contribuer à renverser cet état et cet Etat, sans le laisser aux bruns.

20

le 9 décembre 2018 19:04:42 par Armée Verte

Dire que l’extrême droite est partie prenante de ce mouvement, voir même l’instigateur, me laisse perplexe.
Je participe à ce mouvement et mon gilet jaune est floqué d’un slogan anarchiste, acheté sur un site anarchiste... en septembre...
Ni dieu Ni maître au sein de l’armée verte...

21

le 9 décembre 2018 21:31:28 par Lph

Je suis vraimment très surprit du vide total de l’analyse de ce mouvement. ëtes vous mal à l’aise?. Il y a de la manipulation, du facho, de la vie de tous les jours, du ras le bol de se faire pomper, et je reviens sur la manipulation, de la couillonade, n’y a t’il pas là sujet à réfléchir ...? à alerter...? de mon côté je comptait sur plus de réflexion de votre journal pour m’enrichir...