Religions et autres mythes > Sur l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray
Religions et autres mythes
par Groupes Poulaille, Aubenas, Botul, Liaison Metchnikoff 04, Gaston-Leval de la Fédération Anarchiste le 31 juillet 2016

Sur l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

Dans une église de Haute-Normandie, deux hommes se réclamant de Daech ont égorgé un prêtre et blessé grièvement une autre personne, le 26 juillet 2016.

La « classe politique » unanime appelle à faire bloc, la droite se contentant de réclamer encore plus de mesures répressives. Et ainsi celle-ci veut augmenter un arsenal policier et juridique liberticide. Par des déclarations d’intention guerrières, Hollande annonce qu’il mènera par tous les moyens la guerre contre l’État islamique. Ce qui permet aux marchands d’armes français de conforter leurs finances grâce à une économie de guerre : les revenus liés aux ventes d’armes par la France n’ont jamais été aussi élevés.

La prétendue « guerre de religions » qui se déroule au Proche-Orient est en train de mettre en place en Occident une stigmatisation qui attise la haine contre l’ensemble des populations musulmanes ou considérées comme telles. Il ne fait pas de doute que cette stigmatisation est l’un des objectifs poursuivis par Daesh, qui cherche à rallier la population musulmane à ses vues. Mais nous n’avons pas affaire à une « guerre de religions » entre musulmans et chrétiens, mais aux conséquences à la fois d’une politique étrangère impérialiste et post colonialiste et d’une politique intérieure socialement catastrophique.

On oublie de dire qu’à l’échelle mondiale, en terme de morts, ce sont les musulmans qui sont les principales victimes du fondamentalisme salafiste ou wahhabite.

Naturellement, Hollande se garde bien de dire que l’intensification des interventions guerrières à l’extérieur est l’une des premières causes des attentats car c’est là un prétexte à la surenchère sécuritaire à l’intérieur qui a permis, pour la première fois depuis la guerre d’Algérie, l’instauration de l’état d’urgence, et qui justifie aujourd’hui la mise en place de la « réserve opérationnelle ». Une manière insidieuse de réintroduire une sorte de conscription et une forme de volontariat.

Des fanatiques abrutis de propagande s’attaquent à une église, à d’autres dieux en s’imaginant prouver la primauté du leur !

Nous autres, anarchistes, refusons toutes les religions, nous condamnons toute vision spéculative qui veut s’imposer par la violence. Nous gardons à l’esprit que Dieu n’existe pas, que les religions et les faits religieux ne sont que des outils pour nous asservir, et nous répondons à leur haine par la seule chose qui nous soit réellement acquise : la raison !

Ni spiritualisme religieux, ni autoritarisme !
Ni Dieu, ni Maître !
PAR : Groupes Poulaille, Aubenas, Botul, Liaison Metchnikoff 04, Gaston-Leval de la Fédération Anarchiste
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 5 août 2016 20:36:13 par armand vulliet

Bien sûr, nous avons affaire "aux conséquences [...] d’une politique étrangère impérialiste et post colonialiste et d’une politique intérieure socialement catastrophique". Mais nous avons AUSSI affaire à une guerre de religion. Tant que ce point aveugle ne sera pas abordé de front, on ne s’en sortira jamais. Les guerres de religion historiques ne furent bien évidemment jamais séparées d’un contexte social et politique. Et alors ? Le poids de l’aliénation religieuse donna sa spécificité à ces guerres-là, tout social qu’en fut le fond. C’est bien pourquoi on les appela "guerres de religion".

2

le 9 août 2016 18:33:37 par luc lefort

" Nous gardons à l’esprit que Dieu n’existe pas, que les religions et les faits religieux ne sont que des outils pour nous asservir, et nous répondons à leur haine par la seule chose qui nous soit réellement acquise : la raison !"
les individus qui font sans arrêt des prières, en référence à des textes "sacrés" très anciens, simplement pour prolonger la religion de papa maman et en espèrant une vie éternelle, seront toujours a mettre au pas en gardant une fibre laïque intègre.
la lutte à mort pour la liberté, qui se profile éventuellement, se fera entre les non croyants, athées, mécréants....et tous le tenants d’une chimère divine improbable.

3

le 11 août 2016 04:47:15 par AGOSTINHO

Inspiration démesurée j’ai peur de te perdre. Aujourd’hui ma rage est épuisée, et je me sens mourir, je sens cette haine bénéfique se désagréger pour laisser place à un ennui reflétant mon incapacité à me révolter, crier, hurler ma colère que je nourris envers ces politiques.
Qui ? Qui dans ce monde, peut se permettre de dormir, dormir derrière son beau bureau de bois, le bide débordant de graisse accumulée sur le dos de millions de fourmis fatiguées de travailler, de construire cette fourmilière qui ne rapporte qu’aux gros, qu’aux corrompus, qu’aux dictateurs de cette démocratie ? Aujourd’hui viens le temps de la révolte, des révoltés et des révolutionnaires. Seulement il n’y en a plus. Tout habitant de la terre est désormais lobotomisé par un écran appelé télé, reflétant des images appelées médias, créées par des hommes en costard et en belle voiture appelés politiques.
C’est après des années de réflexion et d’exaspération face à cela que je me sens partir, que je me sens faible face à ce système si puissant que rien ni personne n’est en mesure de stopper. Tant de discours sont apparus de mes pensées, tant d’arguments construits et parlants dans lesquels les gens pouvaient se retrouver. J’aime ça. Le dialogue. L’expression de ses idéaux. Accompagnés de l’émotion sincère les caractérisant c’était parfait, j’avais trouvé mon crédo, ma voie, ma raison d’exister : ouvrir les yeux sur MA vérité.
Mais désormais tout est fini, je n’ai plus la force ni le courage de le faire, peut-être à cause de la solitude inévitable que cela a engendré ?
Nous ne sommes qu’un, réunis sur cette terre dans un mélange de couleurs et de cultures infinis que nous ne pourrons abréger. Alors pourquoi persister à se battre, tromper, manipuler et tuer ses semblables pour la religion et l’ARGENT, puisque nous n’avons pas le choix d’être réunis et que notre venue sur terre n’est qu’un passage éphémère ?
La simplicité de la vie est à l’origine bien définie : pour vivre se nourrir, se reproduire et finalement mourir ( étape de la vie en soi inévitable ) est la base de tout, et comme tout être vivant nous avons cependant cette capacité à RESSENTIR.
Aujourd’hui la nature même de l’Homme a été foutue aux chiottes, cet état nous crée à tous des bonheurs éphémères. Tu seras content d’avoir le dernier I-Phone, tu seras heureux de le posséder pendant que l’on te dépossède de la véritable raison de ta venue sur terre, qui va au-delà du simple sentiment d’insatisfaction que l’on te procure tous les jours. Et tu finis là, dans la rue, à crier « nique ta mère » à des inconnus qui ne t’ont pourtant rien fait, malheureux, et jurant pourtant être le plus chanceux des Hommes. Oui tu as les dernières Nike air, oui tu as le dernier téléphone I Tech qui puisse exister et oui tu as payé ton loyer mensuel que tu te dois de renflouer. Mais bonhomme, es tu sûr de mener l’existence que tu aurais véritablement souhaité ?

4

le 22 août 2016 11:43:35 par Luis Piernas

Juste un merci à AGOSTINHO pour mettre des mots à ce que je ressent.

5

le 3 octobre 2016 10:46:34 par jean

vrai

6

le 16 octobre 2016 21:38:57 par armand vulliet

A Agostinho : Ta réaction, ô combien justifiée ! vient à mon avis de ton désespoir, ou plutôt du contraire : d’un espoir qui vole en éclats. Artaud a écrit que "L’espoir est la disposition infernale par excellence". Ce que tu exprimes, je le vis comme toi et comme beaucoup d’autres, mais c’est la banalité même, ce que vit la quasi- totalité de l’humanité. J’ai 65 ans, je crois avoir rarement agi en dehors de ce que j’estime être une position anarchiste ( et je continue ), et pourtant je suis comme toi persuadé que "tout est fini" ( je pense que l’humain ne passera pas la fin du siècle ). Mais c’est précisément parce que je n’ai jamais espéré que je continue de me comporter comme je l’ai toujours fait et d’essayer de vivre aussi paisible qu’on puisse l’être dans le pire des mondes possibles. Il n’y a pas de dieu et il n’y a pas de raisons de désespérer par rapport à une nature indifférente. Les atrocités commises par l’homme font partie de cette nature, tout comme ta réaction et celle des gens comme toi. Vivre aussi serein qu’on peut l’être sans jamais abdiquer !