Cinéma > Rester debout
Cinéma
par Christiane Passevant le 11 novembre 2016

Rester debout

Afectados, film documentaire de Silvia Munt


Conséquence de la crise en 2008, le chômage atteint les 27 % en Espagne et ce sont des centaines de milliers de personnes en rupture de remboursement de leur prêt immobilier, qui sont expulsées, expropriées, dépossédées, mais se voient obligées par contrat à rembourser l’emprunt auprès des banques.
Dans une situation désespérée, que faire ? Beaucoup tombent malades, se suicident… Mais à Barcelone, un collectif d’activistes issus du droit au logement crée la PAH (Plataforma de los afectados por las hypotecas) qui bientôt se développe partout en Espagne : lutter ensemble, s’entraider et occuper des appartements « libérés ».





Silvia Munt a tourné pendant un an dans le local de la PAH. Auparavant, il était essentiel pour elle, d’écouter la parole des « sans voix », des autres pour se sentir proche de ces gens dont elle fait partie, à la merci comme tout le monde des spéculations bancaires et d’une plongée dans la misère. Pas question ici de dramatiser des situations qui le sont déjà suffisamment, aucun voyeurisme. Le documentaire se fait l’écho de témoignages bouleversants, des épreuves traversées, des expériences intimes et personnelles afin de faire comprendre le combat des personnes pour retrouver leur dignité.

« La banque joue sur l’ignorance des gens. La banque te mène en bateau. Ils savent comment faire. Ce sont des professionnels. » Ensuite, « on n’a plus de projet, plus d’avenir. Et on se sent responsable de la situation, des erreurs faites. » Le constat est terrible, mais la libération de la parole et la solidarité donnent la force de réagir : « Si nous luttons ensemble, nous pouvons le faire ! »

« C’est notre droit. Allons nous battre ! »

Du squat à l’occupation d’une banque, la prise de conscience — « Cette banque arnaque les gens et les jette dehors » — l’entraide sont le nœud de la lutte. C’est aussi l’apprentissage de vivre autrement, la gaîté de dire non, accepter les autres et leurs différences. « Je connaissais la théorie, maintenant je connais la pratique. Je ne serai plus jamais comme avant. S’entraider, ça fait grandir ».
Silvia Munt a filmé avec pudeur la vraie vie... [note]

La Bataille de Florange de Jean-Claude Poirson


« Les promesses, c’est terminé ! On va prendre notre avenir en mains ! ». Un début qui présume une lutte déterminée contre un capitalisme, que les sidérurgistes qualifient de « féodal » et qui s’inscrit dans la durée, deux mandats présidentiels et… rien.





Mittal, PDG d’Arcelor-Mittal, est un prédateur financier qui a fait fortune en bourse et décide de tout, notamment de casser une région même si le secteur fait des bénéfices. Cette aberration a poussé Jean-Claude Poirson, ancien ouvrier et militant, à suivre pendant trois ans le combat pour l’emploi des ouvriers sidérurgistes de Florange. « On n’est pas des criminels. On veut juste du travail. » En réponse, les CRS qui débarquent… De victimes, ils deviennent les coupables, mais la résistance ne fléchit pas.
Ils reçoivent le soutien des commerçants, du maire : c’est la dernière grande ville de la vallée… Ils occupent les voies ferrées, bloquent l’usine, organisent une marche sur Paris.
La Bataille de Florange est le journal d’une lutte ouvrière… On lâche rien chantent-ils face au mépris et aux mensonges des politiques.

Le film, suivi de débats, est sorti le 24 octobre.
PAR : Christiane Passevant
SES ARTICLES RÉCENTS :
Dernier train pour Busan (Train to Busan)
L’effet aquatique
Toni Erdmann
Race (La couleur de la victoire)
Je me tue à le dire
Lea
Mimosas. La voie de l’Atlas
Contre-pouvoirs
La Reine de beauté de Leenane
Qui a tué Ali Ziri ?
40 ans des Productions de la Lanterne vus par leurs réalisateurs
In Jackson Heights
This is my Land
Argentina (Zonda)
À peine j’ouvre les yeux
Un monstre à mille têtes de Rodrigo Plà
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler