Arts et Spectacles > Mourir ? Plutôt crever !
Arts et Spectacles
par Biscotte le 5 mai 2016

Mourir ? Plutôt crever !

Pour Siné, dernière séance...



Exit Siné... Les pisse-vinaigres viennent de perdre une de leurs cibles favorites. Manquerait plus que Philippe Val - ex big boss de Charlie Hebdo - se rapplique pour nous refaire le coup de la veuve éplorée.
Siné, Bob, était juste incontrôlable, ne respectant rien comme tout bon humaniste.

Il a quand même écrit beaucoup de trucs hors-limites...

Siné écrit dans le Charlie Hebdo du 11 juin 2008 : «Je n’ai jamais brillé par ma tolérance mais ça ne s’arrange pas et, au risque de passer pour politiquement incorrect, j’avoue que, de plus en plus, les musulmans m’insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le cul !» Puis il continue, et on peut lire de sa plume : «Leurs maris barbus embabouchés et en sarouel coranique sous leur tunique n’ont rien à leur envier point de vue disgracieux. Ils rivalisent de ridicule avec les juifs loubavitchs ! Je renverserais aussi de bon cœur, le plat de lentilles à la saucisse sur la tronche des mômes qui refusent de manger du cochon à la cantoche». Propos islamophobes acceptables pour Philippe Val puisque publiés sans la moindre retombée directoriale.

Siné écrit dans le Charlie Hebdo du 02 juillet 2008 : «Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !». Propos jugés antisémites par Philippe Val qui se justifie en expliquant : «Je suis rarement d’accord avec ce que Siné raconte mais il y a une latitude à Charlie pour exprimer des opinions différentes des miennes» et «cette latitude est bordée par une charte qui proscrit notamment tout propos raciste et antisémite dans le journal».
Viré le Siné qui avait quand même commencé en prenant la défense du journaliste belge Denis Robert vs Clearstream. Clearstream dont l’un des avocats était avocat de Charlie Hebdo…

Siné avait publié des textes islamophobes ? antisémites ? Difficile d’affirmer le contraire.
On le critiquait et lui râlait en disant que, ben non, il avait toujours été antiraciste. Même si certains de ses textes sentaient le rance.
Mais chez lui, ça sentait l’air frais, porte toujours ouverte oblige... sinon comment accueillir toute l’humanité moins les cons.

Un peu anar le Bob ? Oui quand il criait "élections, piège à cons" et puis ça s’estompait très vite, le temps d’aller se faire piéger dans un bureau de vote... ’l’aimait bien crier "Vive Ravachol" histoire de réveiller l’ordre établi avant d’aller vitupérer contre les militaires, et les toréadors, et les flics, et les gendarmes, et les juges, et les curés, et les mollahs, et les rabbins, et tous les autres modèles de bouffeurs de libertés.
Parce que le Bob, il ne pouvait pas voir une pyramide de boites de fayots sans vouloir en prendre une à la base. Et savourer le bordel causé...

Siné, Bob, était juste incontrôlable, ne respectant rien comme tout bon humaniste.

Siné était un emmerdeur, un râleur ? Y a des chances...
Bob est mort ? Surement...

Bon, je vais écouter le bon vieux Mingus à Antibes, avec Eric Dolphy, bye...
PAR : Biscotte
SES ARTICLES RÉCENTS :
Ignorance fatale
caca pipi talisme
Méfions-nous des contrefaçons…
L’ANDRA nous Bure le mou
Déraisons d’État
Assistance à liberté en danger !
Le paradoxe des ZADs
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 6 mai 2016 23:47:05 par André du CRAC

souvenir : Après le gorille de Brassens, le taureau de Siné faisant subir les derniers outrages à un toréador...
Un dessin qu’il avait fait en soutien au Comité Carrément Anti Corrida.

2

le 7 mai 2016 14:42:06 par luc lefort

à la mort de cavana, on avait déjà eu droit, a un règlement de compte, vis à vis du charlie-hebdo de val et cabu. d robert a même écrit un bouquin sur le sujet. c’est la même antienne dans cet article médiocre, après la mort de siné.
le charlie-hebdo de val et cabu, volinski,riss,fourest....a publier un numéro, dont le courage blasphémateur, est rentré dans l’histoire, à sa parution, et le 7 janvier 2015. les "commentateurs" peuvent commenter en se servant de siné ou cavana... cabu aussi est mort.

3

le 18 mai 2016 14:41:01 par Ggérard (Radio Libertaire

Les religions nous font chier ,leurs grands prêtres comme leurs ouailles stupides propagent l’obscurantisme et la soumission .
Une victime qui se fout un torchon sur la gueule ,suce de l’eau bénite ou bouffe casher veut nous circoncire les neurones.
les concepts d’islamophobie ou d’antisemitisme sont à géométrie variable pour leur utilisation et selon la connaissance et les compétences du journaflic
Le dessin de Siné a au moins le mérite d’être précis sur ses intentions ,ce n’est pas le cas pour le rédacteur de cet article

4

le 19 mai 2016 18:57:25 par Biscotte

Réponse à Gérard et Luc. Ce papier médiocre était juste une réaction aux commentaires entendus après le décès de Bob. Entendu que Bob avait écrit et dit de grosses conneries. OK, mais qu’attendre d’autre de quelqu’un qui avait la provoc dans son adn. Alors ne pas oublier ses dérapages, ne pas oublier que ses dérapages étaient attendus. Et ne pas oublier que sa vie, ses potes de toutes races, de toutes confessions témoignaient de son humanisme. Pour le 7 janvier, no comment... parce que j’ai eu l’occasion de croiser la route de Cabu quelques trop rares fois. "Cabu aussi est mort", ouais, t’as raison.
“Parfois, le rire s’étrangle, mais c’est notre seule arme, l’humour, la dérision...”
“Parfois, le rire s’étrangle, mais c’est notre seule arme, l’humour, la dérision...”

5

le 21 mai 2016 20:04:37 par luc lefort

@biscotte
ok pour cette réponse, moi aussi j’aimais siné et ses dessins. si j’ai réagis à ton article, c’est pour défendre le courage de cabu et de val, d’avoir publié une couverture qui était, oh combien risquée! les parcours des uns et des autres, sont toujours critiquables, mais la littérature style d robert, qui règle des comptes ( en parlant, entre autre, du pognon de cabu qui laisse cavanna dans la misère ) me fait
chier.
cordialité rouge noire.